Les extraits de tous les livres sont à lire sur le site. En aucun cas, une autorisation de diffusion ou de copie (même partiellement), ne sera accordée à qui que ce soit © Richard Natter. Rappel : Les livres sont vendus en Français.

« LES GALÈRES DE L'ADOPTION »

20 / 01 / 2003

Contrôles médicaux... Enquêtes de voisinage... Extraits du casier judiciaire... Stabilité sociale... Tout ceci est pleinement justifié en ce qui concerne les postulants à l'adoption d'un enfant. Ce qui l'est beaucoup moins à mes yeux, ce sont les sordides manipulations, insidieuses, qui métamorphosent un élan du cœur, en parcours du combattant. Les délais, depuis la nuit des temps, sont d'une longueur écœurante et cynique ! Si mes renseignements sont exacts, en France, les candidats à l'adoption peuvent attendre jusqu'à SIX ANS, voire davantage ! En ce début de nouvelle ère, pleine de « Promesses », ne serait-il pas opportun de rectifier le tir ?

Pourquoi, imposer une attente de plusieurs années, à un couple désireux d'apporter du bonheur à un enfant, privé de tendresse et d'affection ? Pourquoi, le contraindre à ces attentes lancinantes ? Pourquoi, lui faire croire au bonheur, en sachant que l'échec est au rendez-vous ? Pourquoi entasser des milliers d'enfants, dans des Centres plus ou moins confortables, alors que des Parents seuls, leur offriraient tout le confort ? Pourquoi, se référer à des lois obsolètes, pour masquer ces lacunes ?

Tous pays confondus, c'est la même hypocrisie, les mêmes carences, le même laxisme qui, à plus ou moins longue échéance, vont dégoûter les volontaires. On me dirait que ces délais sont faits pour cela, que ça ne m'étonnerait pas le moins du monde ! Certes, il est facile de prétendre appliquer les lois, en matière de protection de l'enfance ! Nonobstant il est vrai, les risques inhérents à des pratiques frauduleuses, (à qui la faute ?), il n'en demeure pas moins, que tout ceci masque sans doute une vérité moins honorifique ! À l'instar de millions de personnes, résignées et silencieuses, je me pose ces questions en effet ; et j'ai le courage d'en parler. Pourquoi, aucun politicien, ne paraît vouloir s'intéresser au problème ?

Pourquoi, une fois toutes les garanties réunies, faut-il attendre des années avant d'obtenir enfin gain de cause ? Pourquoi, une démarche aussi Noble et spontanée, est-elle soumise à ces écueils ? Faut-il conseiller aux Parents souhaitant adopter un chérubin, de commencer leurs démarches à vingt ans, pour avoir une chance d'aboutir à soixante ? Au train où vont les choses, il n'y aurait rien de surprenant ! De qui se moque-t-on, je me le demande sincèrement.

À longueur d'année, on nous rabâche, à juste titre certes, la souffrance et la misère dont sont victimes des millions d'enfants à travers le monde. Chaque jour où presque, des images d'une violence inouïe, nous aveuglent et nous glacent, accentuant notre sentiment d'impuissance et de révolte ! Pourquoi, décourager les couples en leur posant des questions aussi débiles qu'infondées ? La couleur du slip de l'arrière Grand-Mère, ou la marque du caleçon de Papy, peuvent-elles influer sur l'Amour que les futurs Parents seront à même d'offrir ? J'exagère un tantinet, je l'avoue, quoi que… Le schéma réel pourtant, est assez proche de ces petites boutades, au point d'en devenir une ineptie chronique !

L'Amour, se vit au Présent, non au futur... Les enfants malheureux, ont besoin de tendresse, de réconfort, d'écoute et de soutien, à chaque seconde de leur frêle existence. Le sourire, la chaleur d'un regard, la douceur d'un bisou ou d'un câlin, qui, mieux que les Parents adoptifs, peut leur offrir ? L'anonymat d'un centre ?... L'indifférence de la plupart de ceux qui en ont la charge ?... À toutes ces questions sans réponse, il faut ajouter les risques de dérapage... À force d'être évincés, de ne pas obtenir ce qu'ils désirent, certains Parents n'hésitent plus à chercher par eux-mêmes, via Internet ! Puisque rien n'est fait pour les satisfaire, Messieurs les dirigeants, et que tout semble au contraire, être mis en œuvre pour les écœurer, alors, ne faites pas semblant de vous indigner. Ne les condamnez pas, sans la moindre compassion. Nous avons des amis qui, faute de pouvoir avoir un enfant, attendent depuis... des années..., le feu vert pour en adopter un. Hélas, ils commencent à perdre espoir, et on les comprend aisément ! L'enthousiasme qu'ils manifestaient, il y a deux ou trois ans, a perdu de sa force. L'euphorie s'est estompée, au profit de la résignation forcée.

Les années passent, l'espoir s'amenuise, la colère prend légitimement le pas sur la patience. L'enfant qu'ils avaient choisi, était une ravissante fillette de quatre ans... Elle en a aujourd'hui presque huit et... ils n'ont plus aucune chance de l'adopter, à cause d'un protectionnisme exacerbé ! C'est pour rendre hommage à leur combat, que je me lance aujourd'hui dans ce dossier.

Trop c'est trop, cette comédie bouffonne n'a que trop duré. À qui profitent ces carences notoires ? Ben oui, comme d'habitude, avec ma naïveté légendaire, je m'interroge sur le pourquoi de ces lacunes, en tout point grotesques. Partant du principe qu'un enfant adopté, est un enfant heureux, quels sont les « Critères » qui en freinent l'adoption ? Est-ce que, « Par hasard », ces lenteurs administratives, ne serviraient pas les intérêts odieux, de quelques ripoux ? Aïe... Attention, ça va saigner...;-)) N'y a-t-il pas anguille sous roche ? Qui nous dit, que les galères imposées, ne le sont pas dans le seul but de préserver le « Réservoir » de victimes potentielles ?

Que deviendrait en effet, le marché juteux de la pédophilie, si du jour au lendemain, il n'avait plus de martyrs à sa disposition ? Qui, a les moyens de s'offrir des vicaines, (week-end pour les acharnés de l'anglophonie), à plus de dix mille Euros, pour s'envoyer en l'air avec des gosses ? Simples questions que je me pose, comme des millions d'individus... De là, à imaginer, tout du moins à supputer, quelques magouilles, il n'y a qu'un pas, que je franchis aujourd'hui. Je ne conteste pas l'utilité, encore moins la nécessité, d'une enquête approfondie sur les Parents, désireux d'adopter un enfant. Au-delà du simple aspect juridique, il y a j'imagine, toute une préparation psychologique indispensable. On ne s’improvise pas Parents, comme on se propulse homme politique ! Car l'enfant, ne se contente pas de promesses... lui ! Une fois que toutes les garanties sont obtenues, qu'est-ce qui peut bien justifier ces années d'attente ? Les réseaux de trafic d'enfants, (mais à qui la faute ?), sont-ils à ce point méconnus des autorités ?

Les milliers de bénévoles, qui œuvrent au sein des plus grandes Associations humanitaires : Croix Rouge, Unicef, Terre des Hommes, Médecins et Pharmaciens sans Frontière, et tant d'autres, auxquelles je rends hommage, ne sont-elles pas à même, étant sur le terrain, de renforcer la lutte contre cette forme d'exploitation infâme ? Encore faudrait-il leur en donner les moyens, et le feu vert ! Et les services secrets, les renseignements généraux ou les polices spécialisées, tous pays confondus, seraient-ils à ce point aveugles et inefficaces ?

Que nenni, les amis ; il faut arrêter de nous faire prendre les vessies pour des lanternes ! Cette forme abjecte de terrorisme envers les enfants, à mon avis, est parfaitement connue de tous les États. Hélas, à cause d'une poignée de charognards, corrompus et pervers, aucun politique digne de ce nom, ne prendra le risque de dénoncer publiquement ces aberrations. Il y a beaucoup trop de fric en jeu et surtout, trop de « Sommités » impliquées dans ces trafics d'enfants !

D'où cette question, de savoir si ces démarches sentencieuses, auxquelles sont soumis les candidats à l'adoption, ne sont pas volontairement créées ? D'autant que pour la grosse majorité des demandes, ces dernières intéressent des enfants du Pays lui-même ! Qu'il y ait des problèmes, avec les pays étrangers, je veux bien l'admettre. Les langues, les coutumes, les religions, sont autant de barrières à ouvrir. De plus, chaque État étant souverain, il lui appartient de moduler ses lois, de les gérer à sa guise ; même si cela déplaît à certains pays, qui veulent dominer le reste du monde.

Mais qu'au cœur d'une Nation, on impose un véritable chemin de croix aux Parents, en vue d'adopter un orphelin ou un enfant martyr, là, je n'y comprends plus rien ! Quand on connaît les risques potentiels de dérives, de ces enfants perdus, livrés à eux-mêmes, je ne puis admettre que l'on ne fasse rien, pour juguler ces hémorragies, de bêtise et d'aberration typiquement bureaucratiques !

Si, au lieu de condamner avec véhémence, les frasques d'un adolescent, on lui avait offert les bras d'amour de Parents adoptifs, il y aurait beaucoup moins de délinquance ! Qu'est-ce qui manque le plus à tous ces mômes, abandonnés par une société devenue aveugle et sourde ? DE L'AMOUR, tout simplement ! Est-ce que par hasard, les trop nombreuses et inutiles « Résolutions »... les multiples « Lois »... tout autant que les « Décrets »... et la « Répression »... sont en mesure de combler ces lacunes ? Combien d'adolescents se suicident chaque année, n'ayant plus de repères ? Si on leur avait permis, quand ils étaient enfants, de retrouver leur équilibre au sein d'un foyer harmonieux, ils seraient beaucoup moins nombreux. Où se cachent-ils donc, les responsables, de ces pertes en vies humaines ?

Eh oui, je ne me contente pas de « Titiller », (pour la bonne cause), ni les hauts fonctionnaires ni les dirigeants politiques ; j'essaie, en mon âme et conscience, de trouver des solutions. En limitant l'attente, en vue d'une adoption, aux seules limites requises pour les enquêtes préalables, c'est à dire à quelques semaines, voire quelques mois, on diminuerait ostensiblement, au moins de moitié, l'augmentation de la délinquance primaire ; et à fortiori, la criminalité qui en découle. La gangrène hélas, est irréversible, aucun doute là-dessus. Je fais allusion, aux irréductibles délinquants, pour lesquels je n'éprouve aucune pitié. Mais sont-ils aussi nombreux, qu'on cherche à nous le faire croire ?

Seraient-ils devenus les marginaux que l'on déplore, si, quand ils en avaient besoin, ils avaient eu la douceur d'une famille, grandi dans le cocon douillet offert par leurs Parents adoptifs ? À l'instar du saumon, qui remonte le cours d'eau, je remonte en amont de cette détresse humaine, dans le seul but de la renforcer ; non la dévaloriser comme la plupart de ceux, qui prétendent la soutenir. Seulement voilà, y'a comme qui dirait un... « Hic » ! Car si les bonnes résolutions, c'est bien connu, ne sont jamais suivies de faits, concernant l'adoption le son de cloche est différent. Si du jour au lendemain, une LOI INTERNATIONALE était votée, pour unifier les demandes d'adoption, par milliers, les enfants délaissés auraient très vite une vie normale. Pourquoi ne pas l'envisager ? Quelles sont les preuves, authentiques et irréfutables, que l'on pourrait me fournir, pour justifier des délais d'adoption aussi monstrueux ? Entre quelques semaines et plusieurs années, il y a une marge importante et à mon avis, il serait temps de la diminuer d'une manière drastique.

Tout comme pour les assassins de la route, qui commencent à baliser avec les menaces qui pèsent sur eux, (comme quoi mon dossier brûlant « La Route Meurtrière » n'était pas aussi inutile que ça), il serait temps de considérer les enfants délaissés, non plus comme de simples « Petites choses », ou pire, des « Cas sociaux », mais comme des humains en puissance. Nés sous « X », abandonnés, battus, orphelins, ils ont le droit de vivre avant tout !

Pourquoi privilégier les homosexuels, que je respecte au demeurant, en les autorisant à vivre légalement en couple, à se marier, envisageant même de leur accorder le droit d'adoption, (là, je suis farouchement contre), et d'un autre côté, pénaliser des couples normaux, qui n'ont qu'un légitime désir, rendre un enfant heureux ? Certes, et je ne pense pas me tromper, un enfant grandissant entre deux « Papas », ne serait pas privé d'affection ni d'amour. Mais à mon humble avis, un enfant a besoin d'un père et d'une mère...

Je me pose la question de savoir, en me référant aux avantages acquis par eux, si les couples homosexuels, devraient attendre aussi longtemps pour adopter un enfant, si d'aventure, ils en avaient l'opportunité ? Ceci dit, pour mettre en exergue, les carences excessives, qui rendent les démarches administratives obscures et épuisantes, pour les couples légaux, qui ne bénéficient pas des mêmes privilèges d'audience médiatique ! Je me base uniquement sur le vécu de nos amis, pour exprimer mon ressentir ; donc, sur des faits réels, confortés hélas, par les différents reportages sur ce délicat sujet. Non contents de ne rien faire, pour améliorer le devenir de ces millions d'innocentes victimes à travers le monde, certains pays veulent encore faire la guerre... D'autres martyrs, viendront grossir le nombre déjà impressionnant d'enfants délaissés, tandis que les « Valeureux commanditaires », se partageront l'usufruit des pays qu'ils auront anéantis et ruinés.

Pour de viles intérêts commerciaux, sans aucun motif concret ni vérifiable, des milliers d'êtres humains seront de nouveau, n'en doutons pas, réduits à l'état de loques. Si tant est qu'ils aient eu le privilège, d'échapper aux massacres perpétrés ! D'autres enfants malheureux, finiront dans les rues, abandonnés, montrés du doigts, rejetés et bafoués, par ceux-là même qui osent encore, revendiquer le statut de défenseurs des Libertés !

Alors que des milliers de couples, démunis face aux arcanes de ces lois inhumaines, continueront de s'épuiser, avant de renoncer à adopter un enfant... Ces martyrs exclus de la société, vont grandir, se refermer sur eux-mêmes, avec au fond du cœur le seul désir de vengeance. Où sont les vrais responsables ? Alors qu'il suffirait d'amoindrir les délais d'adoption, pour leur permettre de retrouver la joie de vivre, au sein d'une famille reconstituée...

°o°o°o°o°o°

« « ARNAQUE ou AMOUR » »

24 / 11 / 1998

    Comme chaque année à pareille époque, tous azimuts, chacun se mobilise pour venir en aide aux plus démunis. Les artistes, les chaînes de télévision, les médias en général... Chacun y va de son refrain d'Amour et de Fraternité. Que c'est beau et attendrissant. Oui, c'est vrai, j'aurais envie de pleurer. Non pas de joie hélas, mais de tristesse. Téléthon par ci... Disque par là... À grands coups d'effets mirobolants, soudain l'humanité paraît se mobiliser contre la précarité en général. Merci quand même à ma chaîne préférée FRANCE 2, de se battre pour ces nobles causes.

        Durant quelques semaines, précédant Noël, les carences quotidiennes deviennent ces fatalités contre lesquelles il est urgent de se dresser. Ah bon... Parce que les autres jours de l'année, ces mêmes lacunes n'existent pas ? La science, la recherche en général, les personnes âgées, les exclus... Si j'en crois ces manifestations « Humanitaires », tous ces problèmes naissent par magie avant Noël ? Heureusement qu'il y a des bénévoles qui, à longueur d'année, se battent de toutes leurs forces, pour amoindrir les inégalités.

    Je vais en oublier c'est certain, et je m'en excuse humblement. Mais je tiens à rendre hommage à Médecins et Pharmaciens du Monde... L'Unicef... Terre des Hommes... Amnesty International...  La Croix Rouge... Emmaeus... et tous ces organismes PURS et SAINS autant que SAINTS, qui, dans le plus strict anonymat avec amour, altruisme, dévotion et générosité, essaient de lutter contre toutes formes d'exclusion et de précarité. Sans eux, l'humanité aurait déjà cessé d'exister. C'est tous les jours, sur le terrain, que l'on a besoin d'aide et de soutien. Pas uniquement en période de Noël, pour récolter des fonds qui hélas, j'en ai peur après les différents scandales, ne parviennent jamais ou en partie seulement, à destination. La lutte pour juguler toutes ces hémorragies humanitaires, est un sacrifice constant, et non épisodique. Un travail de fond et non un éclat ponctuel, plus ou moins déguisé en arnaque. Car, après le scandale de l'Arc principalement, (et ceux inconnus), peut-on vraiment parler de « Clarté » et de limpidité dans les comptes ? Je pose une question ! J'aimerais bien des réponses écrites, et tangibles. Et tous ces guignols d'artistes, « Solidaires », qui pondent un disque pour aider les bonnes œuvres ???

          Oui je suis en pétard. Car parmi ces généreux saltimbanques, lequel viendrait offrir son argent à un clochard en train de mourir de froid ? À un chômeur en fin de droits, incapable de nourrir sa famille ? Lequel d'entre eux, et elles... donnerait à manger à un couple de petits vieux, saigné à blanc et n'ayant plus rien ? À un enfant orphelin que la société dénigre ? Lequel encore, investirait une partie de sa fortune dans les entreprises au bord de la faillite, faute de soutien financier ? Mieux vaut s'acheter des « Yachts luxueux » ! Qui, parmi ces « Hommes providentiels », serait capable de verser tous les mois, une somme d'argent aux organismes qui en ont tant besoin ? Ils s'appelaient Coluche... Balavoine... Hélas, ils ne sont plus là, eux, pour offrir leur AMOUR, sincère et non déguisé !

          Par contre, pour se faire mousser et jouir d'une réputation de « Grand cœur », les amateurs se bousculent ! Les maladies génétiques, le sida, le cancer... Certes, en sont les premiers bénéficiaires et c'est un bien. Même si hélas, après « Paiement » des frais, (dont l'État qui au passage, pique le plus gros morceau, les cachets des présentateurs, des télés, et l'argent qui doit se perdre dans quelques poches grandes ouvertes), seulement un faible pourcentage ne parvient réellement à ces organismes. Mis à part les personnes authentiques, comme Line Renaud, Carole Bouquet... et quelques autres aussi que je ne connais pas hélas, qui elles, s'investissent à longueur d'année, les pantins qui se font valoir en ces occasions, ne cherchent rien de plus qu'à assurer de meilleures ventes ! Je l'ai écris dans mon Essai P.P.A. ; c'est le moment d'aller y jeter un œil ! ;-)))          D'où c'est vrai, le sentiment d'assister, au cours de ces mascarades médiatiques, à un déferlement d'hypocrisie jamais atteinte. Je veux bien, à genoux, venir demander pardon aux pieds de ces « Seigneurs » des shows télévisés, si demain, sur le Web, ils s'engagent à suivre les exemples de celles et ceux qui dans l'ombre, apportent réconfort et assistance aux malheureux. Faisons des comptes rapides.

   Prenons une centaine de ces « Illustres » vedettes, du show-business et de la télévision. À raison de 50 000 francs par mois chacune, cela fait... mais oui, 5 millions de francs mensuels... Au service de la science et des nécessiteux ! Répartis sur l'année, on arrive quand même à 60 millions de francs ! Par rapport aux sommes phénoménales qu'ils ramassent, un peu par leur travail, mais beaucoup plus avec leur image de marque, (merci la publicité), cela ne serait qu'une goutte d'eau dans un océan.

         Le dernier Téléthon avait rapporté combien ? Je n'ai pas les chiffres en tête, je suis navré. Mais il me semble que cela tournait autour des 350 ou 400 millions de francs. Sur le dos des gens qui, ne pouvant rester insensibles, se privent bien souvent pour offrir à plus malheureux qu'eux. Je ne parle pas des chefs d'entreprises opportunistes, qui bien entendu, profitent de l'occasion pour échapper aux impôts en se montrant généreux ! Comme toujours, c'est la base, les petits comme ils disent, qui manifestent le plus d'enthousiasme et de sincérité. Car, et j'en reviens à ces guignols déguisés en artistes, lequel a déjà participé à l'une de ces « Vitrines publicitaires », en montrant généreusement aux téléspectateurs un chèque de 100 000 francs destinés aux œuvres qu'il prétend soutenir ?

J'ai vu pire hélas... Un d'entre eux, que Dieu veille sur son âme et la protège, a même eu l'outrecuidance de faire brûler un billet de 500 francs devant les caméras ! Chaque semaine, on lit dans certains hebdomadaires, dits à scandales, que telle ou telle vedette, ou personnalité, a perçu une somme assez rondelette après un procès. Il y a les habitués... Dâme ! C'est qu'ils la défendent leur sacro-sainte « Image de marque »... Après s'être assurés naturellement, que les paparazzis sont bien derrière eux avant de partir se la couler douce ! Ben oui... Il faut ce qu'il faut n'est-ce pas ?  Remarquez, ce sont toujours les mêmes ! Si du jour au lendemain par exemple, tout le monde les ignorait, les méprisait comme ils le méritent, que deviendraient-ils ? Et dire que tout cet argent est « Net d'impôts » !

   Ils empochent des millions chaque année, comme ça... Offerts par la maison État ! Alors qu'ils aient au moins de temps en temps, une fois par mois, un geste humanitaire ! Ils s'engraissent grâce à nous... S'enrichissent grâce à nous... Sont célèbres grâce à nous... Ne pourraient-ils pas, au lieu de venir encore piquer un peu de fric au passage, d'une manière déguisée dans les actions humanitaires, témoigner leur reconnaissance authentique ? Facile de crier haut et fort que les « Droits d'auteurs » d'un C.D. seront entièrement reversés à telle cause. Mais combien d'autres C.D. ces mêmes artistes, vont-ils vendre en plus, grâce à leur coup d'éclat ? Qui sont les vrais gagnants dans l'aventure ?

         De l'Amour à l'arnaque il n'y a qu'un pas. J'ai bien peur hélas, que ce qui nous est proposé en guise de solidarité, ne soit que du poivre aux yeux. Une fois de plus, seule la solidarité émanant des catégories sociales les moins favorisées, permettra de vaincre l'adversité. Pourtant, à force de tirer sur la corde, elle va finir par se briser. Qu'adviendra-t-il ce jour là, de tous ces écrans d'hypocrisie notoire ? La recherche, les marginaux et les exclus de la société, ne pourront même plus bénéficier d'une aide substantielle.

   Car le marasme d'un côté, le chômage, l'égoïsme et les magouilles, viendront tôt ou tard à bout des plus généreux. D'autant que tout n'est pas clair et que nous sommes loin de cette apparente Fraternité, honteusement bafouée le temps d'une action. Je préfère offrir un repas à un indigent, plutôt que donner cent francs à un organisme, ne sachant pas comment sera géré cette somme. J'en ai marre c'est vrai de donner un peu d'argent, en ne sachant pas où il va d'une part, mais surtout, pour conforter l'image de marque de ces arrivistes, déguisés le temps d'une action humanitaire, en sauveurs de l'humanité. Je parlais de Coluche... Là oui, c'était un vrai, un pur ! Son argent, chaque jour que Dieu fait, servait à aider les démunis. Balavoine c'est pareil. Il a fallu attendre sa mort, pour découvrir ce que son cœur lui dictait de faire. Pas besoin de spots télévisés, comme ces artistes en manque de notoriété en sont friands, pour faire en sorte que l'iniquité s'amenuise.

   Encore une fois, que celles et ceux qui « Brillent » en ces périodes de solidarité, en assurant avant tout leurs arrières et leur compte en banque, fassent preuve de sincérité et d'honnêteté. Merci Line, Carole et les autres, d'avoir compris que la misère et la pauvreté, ne rimaient pas avec éphémère et célébrité. Tout comme la recherche a besoin de soutien permanent, qui ne s'associe que difficilement avec... « Écran » de publicité, et non de sincérité !

°o°o°o°o°o°

« « COMITÉS DE LECTURE » »

11 / 06 / 2000

            Le moins qu'on puisse dire, c'est que le ridicule ne tue pas ! Si l'on en croit l'article paru dans « VOICI », dans son édition N°653 du 15 au 21 mai 2000, les éditeurs rivalisent d'hypocrisie. Une fois encore, la preuve est faite que celles et ceux qui dirigent les sociétés d'édition, se moquent des auteurs. Pour être édité, il faut être connu... Oui mais pour être connu, il faut être édité, non ??? Oui mais comment !!! Grâce au courage de cette charmante équipe de VOICI, l'on peut affirmer aujourd'hui que le monde de l'édition est un véritable panier de crabes.

           Pour démontrer avec une certaine audace et beaucoup de lucidité, la supercherie, les journalistes de VOICI ont pris le roman écrit par une animatrice de télé. La notoriété, même relative, permet certaines libertés qu'ils soulignent avec humour ; je cite : « Le fait d'être une personne connue -animateur de télévision, artiste de variétés, sportif de haut niveau sous EPO- ouvre grandes les portes des maisons d'édition »... Je m'abstiens de nommer « L'écrivaine », car je ne peux pas l'encadrer. Elle fait partie de celles et ceux qui arrondissent leurs fins de mois, net d'impôts, grâce aux procès pour « Atteinte à leur image », dont VOICI est victime ...

            Revenons à nos moutons... Ledit roman, après quelques petites manipulations « Génétiques » (autre titre, changements des noms de personnages et de lieu etc...), mais conservant mot pour mot le contenu du récit initial, a été envoyé aux dix principales maisons d'édition parisiennes. Les envois ont été effectués le 1er avril de cette année. Quelques temps avant la parution de son numéro 653, VOICI recevait trois refus : des éditions Grasset, des éditions du Seuil, et des éditions Plon... Si, pour les deux premiers éditeurs, le doute est encore permis, pour le troisième par contre, en l'occurrence les éditions Plon, l'arnaque est démontrée ; car c'est cette maison d'édition qui avait publié « L'ouvrage » de référence !!

            Si ma mémoire est bonne, un exercice du même style avait déjà mis en exergue cette duplicité. À l'époque, et sous réserve naturellement, je crois qu'il s'agissait du best-seller d'une romancière de génie, publié aux éditions Laffont. Un journaliste avait procédé de la même manière, en ne changeant que le titre de l'œuvre et le nom des personnages. Oh surprise, le manuscrit avait connu le même refus du « Comité de lecture » de cette maison d'éditions... Si je m'en réfère à ces deux témoignages authentiques, je peux me poser une question très simple : « De qui se moque-t-on » ?? Des auteurs ou des lecteurs ? Peut-être bien des deux quand même !!

            Par expérience, je savais que le microcosme de l'édition, était un univers impitoyable ; qui a sans doute inspiré les auteurs de Dallas ?? Depuis plus de dix ans maintenant, j'ai essuyé des dizaines et des dizaines de refus pour mes manuscrits. Je n'ai jamais prétendu être ni un auteur, ni un écrivain ; j'écris avant tout pour mon plaisir. Même si, en lisant épisodiquement ce qui se « Produit » depuis des années, je n'ai pas à rougir ni de mon style ni de la verve avec laquelle, je narre mes histoires. Par contre, je peux affirmer avec véhémence, que tant que de tels comportements abjects seront autorisés, la culture en général ne sera pas valorisée !!

            Car il ne faut pas se voiler la face ! Si les éditeurs en question se livrent à de tels actes, c'est qu'à mon humble avis, ils sont autorisés à le faire ! Quel notable, quel responsable politique, oserait publiquement s'insurger contre de telles pratiques ? Quand verrons-nous s'instaurer un comité d'éthique national, pour prendre des sanctions envers les éditeurs peu scrupuleux ? Comme le soulignent à juste titre les journalistes de VOICI, il suffit d'avoir une « Gueule », d'être connu, pour se croire tout permis. Hélas, le talent ne s'invente pas ! ;-)) Merci au passage aux « Nègres » qui dans l'ombre, limitent la casse ! Plus les « Vedettes » ont du fric, plus elles en veulent, c'est le cercle vicieux. Sportifs, artistes et autres célébrités, sont tôt ou tard pris dans cet engrenage. Par conviction personnelle, par goût de l'écriture ? Bien sûr que non ! Ils sont avant tout des pions, manipulés par les commanditaires véreux. Untel doit faire si... Untel doit faire ça... « Tu laisses gagner mon équipe et je sors un best-seller sur ta biographie... Tu ne sais pas écrire ? Les nègres sont là pour ça »... L'ennui, c'est que les prétendues vedettes se prennent au jeu ! Et forcément, à l'instar de cette présentatrice de télé, finissent par croire qu'elles ont du talent.

            Je ne suis pas jaloux, encore moins envieux ; l'argent gagné de cette manière ne m'attire pas du tout. Mais une fois de plus, l'actualité me donne raison et me conforte, dans mon désir de dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas. Combien d'auteurs, d'artistes, de sportifs ou de chercheurs, restent sur la touche à cause de ces magouilles ? Car hélas, la corruption ne touche pas que le monde de l'édition. Alors plutôt que nous berner d'illusions et de mensonges, pourquoi ne pas donner au peuple, le soin de trancher ? Par référendum pourquoi pas, puisque nous sommes en pleine effervescence en ce moment !!

            Pour ce qui concerne l'édition, je parle de comité d'éthique ; je m'en explique. Dans chaque région, un bureau serait composé d'auteurs connus, de journalistes, de gens de lettres, de professeurs agrégés et de quelques personnes ordinaires, et aurait pour mission de dénicher les talents. Au lieu d'envoyer les manuscrits aux maisons d'édition, puisque l'on sait que les COMITÉS DE LECTURE ne sont que du poivre aux yeux, les écrivains les enverraient à ce comité local. Une fois accepté, revu et corrigé si besoin est, le manuscrit serait alors dirigé vers la société d'édition la plus adaptée. Ce serait, à mon humble avis, apporter la preuve d'un authentique désir de promouvoir la culture !!

            Combien de Victor Hugo, de Voltaire ou de Lamartine, demeurent dans l'ombre de ce qui prend de plus en plus, l'allure d'une mafia ? Facile de « Promouvoir » tel ou tel fils à papa... ami des amis... et autres écrivains tout aussi exsangues de talent ! Pour maintenir leurs seuls intérêts financiers, certains éditeurs se moquent bien des conséquences inéluctables que cela risque d'engendrer. Car, une fois le « Chef-d'œuvre » vendu, les lecteurs bernés ne peuvent que déplorer l'absence de valeur, des ouvrages ainsi promus au rang de « Best-sellers » ! Après avoir acheté aveuglément le livre habilement proposé, en revenant sur terre, les lecteurs perdent leur confiance.

            Si j'en crois les chiffres annoncés par VOICI, la vente du roman dont il est question, a rapporté 2 Millions de FF à l'auteur. Donc, selon moi, il revient au minimum cinq fois plus à l'éditeur !! Avec un réseau de distribution bien muselé, obligé d'acheter les débilités proposées, l'éditeur ne prend donc aucun risque ! Par contre, le revendeur lui, après le « Rush » inhérent au matraquage médiatique, se trouve comme un con avec les invendus ! Car la logique étant respectée, les lecteurs font vite la publicité contraire ! Même si, pour conforter les magouilles, une chaîne de télévision adapte un film d'après le roman ! Moralité, l'auteur, l'éditeur, la chaîne de télé sont pris pour des billes ! Hélas, les gens sont tellement canalisés, qu'ils n'osent même pas s'insurger !!!

            Le risque potentiel de voir l'édition en général péricliter, est d'autant plus évident, qu'il y a désormais la concurrence du virtuel ! Même si tout n'est pas parfait, l'engouement pour le Web est certain. Certes, les tirages papier ont encore de beaux jours devant eux ; à condition qu'il reste des auteurs !!! Au fond, les aberrations constatées au niveau des comités de lecture, ne seraient-elles pas l'aveu d'une mort annoncée ? À force de promouvoir les « Pistonnés » au détriment des vrais talents, les éditeurs ne cherchent-ils pas à se saborder ? Ne sont-ils pas en train de paniquer face au succès d'Internet ?

            Je comprendrais mieux dans ce cas, le choix dans leurs politiques éditoriales ! Si le Web représente une concurrence sérieuse, il ne leur reste plus qu'à se remplir les poches vite fait bien fait ! Voilà sans doute la raison qui les conduit à miser sur les « Célébrités », plutôt que les anonymes. Car sur Internet, pas question de gagner du fric ! Bien fort serait celui ou celle capable de préserver ses œuvres ! Les copyright sont comme les garanties des paiements soi-disant sécurisés, c'est à dire nuls et sans effet ! Qui nous dit que les requins de l'édition ne sont pas les pirates littéraires que l'on déplore sur le Web ? Sournoisement, ne seraient-ils pas en quête de nouveaux auteurs ?

            Mais alors c'est génial les enfants ! Demain, les milliers d'écrivains anonymes, seront reconnus et plébiscités ? Eh... Arrête le pinard mec... Tu rêves ou quoi ; me répond aussitôt ma voix intérieure !! Qu'ils viennent faire leurs courses sur les sites, c'est une chose ! Mais... C'est pour piquer les idées uniquement ! Ils savent que leurs nègres sont en manque évident d'inspiration et que leurs « Auteurs fétiches » ne font hélas, plus recette ! Alors ils viennent faire le plein de romans, de scénarios, d'histoires inédites, de poèmes, etc.. qui sortiront d'ici quelques mois en faisant le succès d'une autre « Sommité » !! Ah bon !.. Et moi qui croyais encore à la probité... Faut-il être naïf quand même !!

°o°o°o°o°o°

« « DÉLINQUANCE MÉDIATIQUE » »

19 / 11 / 1998

        Quel que soit le pays, en Europe ou dans le monde, le phénomène de délinquance est à la une de tous les médias ou presque. Dans cet article, je vais m'efforcer de mon mieux, de ne pas « Blanchir » les délinquants, au détriment de la presse en général. Mais je ne veux plus non plus, accepter de croire que les médias ne sont pour rien dans cette ascension vers la violence. Tout comme ils le sont dans les affaires de justice, à mon avis, certains journalistes se complaisent à anticiper de manière probante, sur l'actualité.

        Tout le monde ne peut nier cette vérité ; les exemples ne manquent pas hélas, pour étayer mes propos. Bien avant que la justice elle-même n'ait rendu son verdict, la majorité de la presse a déjà insidieusement condamné un présumé innocent. Ce qui a incité certains gouvernements, à prendre des mesures en vue de protéger l'intégrité de la justice : interdiction de publier des reportages avec un prévenu menotté, entre autre.

        C'est exactement ce qui se passe vis-à-vis de la délinquance. Au-delà des paramètres inhérents au laxisme d'un côté, à la démission des Parents de l'autre, reste l'engrenage. La plupart des jeunes, qui se livrent à des actes de  violence, le font pour « Faire parler d'eux » ! Entraînés par leurs copains, ils ne veulent pas passer pour des ringards. Sous forme de pari assez souvent, ils s'engagent sur une voie glissante, sans même s'en rendre compte. Pris dans cette spirale du ridicule, ils se laissent griser par les échos médiatiques. C'est là précisément, que le rôle des médias intervient. Si, au lieu de relater et nous rabâcher les oreilles à propos des événements, le silence était observé, il me semble bien qu'une grande partie des méfaits commis s'arrêteraient aussitôt. Ces reportages en deviennent même complices. La publicité qui est faite, indirectement, par le biais de ces rubriques à sensation, incite, plus qu'elle n'appelle à la raison.

        Mais que l'on ne se trompe pas sur mes propos. Je ne parle ici que d'une catégorie de petits délinquants primaires, ceux qui, « Pour épater leurs camarades », s'adonnent à des comportements répréhensibles. La délinquance profonde, j'en parle dans mon Essai « P.P.A.». Les fractures entre les générations, l'abandon des responsabilités parentales, l'incapacité des autorités à juguler ces hémorragies sociales, sont les points de départ de cette décadence chronique.

  Il convient donc de dissocier cette catégorie de délinquants « Fabriqués » par la société, de celle à laquelle je fais présentement référence. C'est à dire à ces jeunes qui, de plus en plus tôt, livrés à eux-mêmes, sont confrontés au mutisme des adultes. Faute de pouvoir trouver une place, dans une société qui les cloue d'emblée au mur des incapables, ils s'emploient à leurs jeux favoris, qui ne sont en fait que les prémices d'une scission irréversible.

        À l'instar du violeur, qui puise sa jouissance dans l'opposition de sa victime, les « Apprentis délinquants » se délectent en écoutant les journalistes narrer leurs « Exploits ». Radio, télé, presse écrite, ils sont fiers de voir que les médias parlent d'eux. Ce qui, inéluctablement, conduit à la surenchère dans les clans auxquels ils appartiennent. Aujourd'hui un banal vol à la tire... Demain un autre méfait... Les querelles se métamorphosent en agressions... Ils cassent, pillent, incendient...

         Ce qu'ils veulent avant tout, c'est devenir le caïd du coin, le « Chef » que tout le monde craint. La place que la société leur refuse, c'est dans cette violence qu'ils la trouvent. Ils attendent avec impatience les échos médiatiques pour faire monter leur adrénaline. L'excitation atteint très vite son paroxysme, dès l'instant où la presse s'empare de l'affaire. Comment est-ce qu'ils pourraient avoir l'illusion d'exister, si les journaux ne parlaient pas d'eux ? C'est là précisément, qu'il conviendrait de mettre un terme définitif à ces reportages, provocateurs plus qu'inquisiteurs. Ce n'est pas, selon moi, en gavant les lecteurs, auditeurs ou téléspectateurs, d'images de cette dégénérescence des valeurs, que l'on pourra éradiquer le phénomène.

  Le plus grand mépris n'est-il pas le silence ? Que deviendraient ces chefs de bandes si du jour au lendemain, aucun écho ne relatait leurs frasques ? La complicité à laquelle je fais référence un peu plus haut, se situe à ce niveau. Plus les médias étalent les faits divers, plus ces derniers se trouvent valorisés ; au lieu d'être combattus ! Car, de par cette coupable attitude de cautionnement indirect, via les reportages à sensation, les médias amplifient ces épiphénomènes. La parole est d'argent mais le silence est d'or ! Cet adage devrait être davantage usité, afin de démystifier ce qui avant tout, n'est qu'un aspect cruel de nos propres lacunes.

        Je compare ces actes, odieux au demeurant, aux caprices d'un enfant. Si, au lieu de le réprimer suite à une bêtise, on parvient à rester indifférent, l'envie de recommencer disparaît. Dès son plus jeune âge, l'être humain est soumis aux lois de la vie, dont la contestation fait partie. Plus les choses sont interdites, plus elles sont excitantes, c'est bien connu. L'adultère est un exemple probant ; s'il n'y avait pas ce côté tabou, grisant et stimulant, le désir d'infidélité ne serait pas ce qu'il est pour les inconditionnels de ces rapports peu honorifiques.

  Eh bien cette catégorie de délinquants connaît les mêmes frissons, grâce aux médias. Mais oui… ! Stimulés par les soi-disant « Reproches » qui leur sont adressés, par journalistes interposés, les délinquants savourent avec volupté leurs exactions. Ce qui les conduit naturellement à amplifier leurs délits, en devenant progressivement des voyous puis des hors-la-loi. La délinquance, à l'instar de l'alcool, de la cigarette ou de la drogue, devient progressivement une addiction.

  Simple manifestation de colère au départ, d'envie de se faire entendre ou être vu, elle devient très vite un moyen d'expression à part entière. L'intoxication hélas, conduit aux dérives que tout un chacun déplore. Je suis intimement convaincu que si demain, le silence était fait autour des actes quotidiens de violence, émanant de ces « Malfrats en herbe », cette aile réfractaire de la jeunesse aurait tôt fait de revenir dans le droit chemin. Plutôt que relater les faits mineurs, je pense qu'il serait plus opportun de songer à trouver des solutions en profondeur. Que ce soit par jeu, pour faire parler d'eux ou simplement attirer l'attention, ce n'est pas en parlant de ces délinquants que la société pourra retrouver sa conscience.

D'autant moins qu'à côté de cela, les jeunes apprécient comme il convient les magouilles, les malversations, sans oublier les cinglants « Règlements de compte » auxquels se livrent leurs aînés. Qu'ont-ils devant eux ? Un passé de haine et de guerre, sournoisement entretenu par des commémorations indécentes ; un présent narquois leur imposant les maladies, le racisme, le chômage ; et un avenir en tout point obscurci par les erreurs que ceux qui les jugent aujourd'hui, ont commises avant eux. Sans hélas, avoir le courage de l'admettre !

        Ces jeunes sont considérés systématiquement comme des bons à rien. Ils ont les cheveux longs, colorés, des boucles d'oreilles ? Ce sont des voyous ! Ils chantent et s'amusent avec insouciance ? Ce sont des fainéants ! Ils refusent la guerre, privilégiant l'amour et la paix ? La société les prend pour des demeurés. Ils n'ont pas d'expérience professionnelle ? Personne ne leur accorde une chance de pouvoir s'exprimer. Ils proposent des solutions, essaient de voir la vie différemment ? Ils deviennent des débiles ! Ils réfutent les idéologies qu'ils considèrent surannées, refusent les principes ? Ils sont caricaturés comme des marginaux !

  Voilà comment, d'une façon schématique bien entendu, la société fabrique celles et ceux qui deviennent, par la force des choses, les délinquants que l'on condamne. Voilà comment, par le truchement de ces accusations un peu trop médiatiques, les délinquants primaires se transforment en assassins en puissance. Voilà pourquoi, il devient urgent d'endiguer ce fléau. En prenant le mal à sa racine, c'est à dire en arrêtant de jouer les hypocrites. Car, au cours de ces reportages journaliers relatifs aux méfaits commis, il en découle tout un flot d'inepties grotesques. Les appels à la morale, au civisme se multiplient. Chaque journaliste y va de sa propre sensibilité, de sa perception personnelle sur les valeurs intrinsèques. C'est ce que j'appelle la course à l'audimat ! Plus les mots font appel aux principes élémentaires, plus ils sont en mesure d'émouvoir et donc, faire grimper l’audience.

  Mais ce ne sont que des leurres. Des subterfuges habiles pour masquer les carences fondamentales, d'une société en manque d'identification. Au travers de ces reportages, ce sont nos propres lacunes qui sont mises en exergue. Notre incapacité à établir des liens entre le passé et l'avenir. Ce qui bien entendu, dénature le présent ! D'où mon envie de mettre tous ces dérapages, toutes ces dérives à plat dans mon Essai P.P.A.

        Je ne fustige pas la presse en général. J'essaie par ce témoignage, de dire que si un effort est fait dans le sens du silence, à propos des méfaits commis, tout le monde y trouvera son compte. Les « Postulants » au titre de caïd du quartier, ne trouveraient plus les ingrédients nécessaire à l'élaboration de leurs recettes. Au lieu de faire semblant de contenir la violence, en la canalisant dans des principes erronés, on ferait mieux de l'ignorer. Je ne puis, pour conclure, que rappeler en comparaison, les dramatiques inondations en Chine. Ne sont-elles pas, en grande partie, liées au gigantisme des travaux entrepris pour la construction du barrage géant ?

  En voulant à tout prix dompter la nature, on finit par en provoquer des réactions fulgurantes ! Si nul ne cherche à perturber le cours naturel de la vie, avec ses points forts et ses points faibles, sous des prétextes quelconques, celle-ci s'écoule normalement. Chaque fois que l'homme veut imposer ses idéaux, en prenant ses désirs pour des réalités, la nature répond en imposant la force de sa loi.

        La délinquance est semblable à un ruisseau. Tant qu'elle n'est pas, pour des raisons d'éthique, soumise aux caprices des uns et des autres, elle se passe sans trop d'histoires. Depuis que l'être humain existe, les travers dans ses comportements ont suivi son évolution. La délinquance n'est pas loin s'en faut, une nouveauté que je sache ! Chaque génération, à des degrés divers bien sûr, a été ou est encore coupable des mêmes aberrations. À trop vouloir jeter la pierre sur les jeunes aujourd'hui, paumés avant tout, démunis de repères et sans avenir, on annihile les chances de voir disparaître l'iniquité.

 Ne perdons pas de vue enfin, que la Nature est, et restera toujours, la plus forte ! Le genre humain est une des composantes de la Nature. L'homme appartient à cet ensemble, à ce TOUT. Plutôt que s'acharner à dénoncer les imperfections des uns, au bénéfice des autres, essayons d'admettre que rien n'est parfait. Si un arbre est tordu, pensez-vous que ce soit à grands coups de vulgaires « Scoops » médiatiques que l'on parviendra à le redresser ?

°o°o°o°o°o°

« « L'EURO BIENFAITEUR » »

21 / 06 / 2001

              En dépit de son titre enjôleur, cet article n'a rien d'un dossier du Cœur. Je n'ai pas envie de sacraliser plus que de raison, le symbole de la future Nation Europe. Je ne dénigre pas loin s'en faut, ce rapprochement de millions d'êtres humains qui demain, vibreront sous la même bannière. Je déplore simplement que les fondations, sur lesquelles est bâtie l'Union Européenne, ne soient pas délestées des stigmates du passé. Je persiste et signe, en affirmant que l'union sera objective, le jour où tous ses États membres auront décidé, de ne plus commémorer « Leurs victoires » ! Seule, l'histoire doit conserver les atrocités en mémoire. Les générations actuelles, et surtout celles à venir, pourront-elles parler d'union, en visitant tel ou tel camp de concentration ?

          L'EURO BIENFAITEUR... Mais pour qui en vérité ? Plus l'échéance du 1er Janvier 2002 approche, et plus les ripoux sont actifs. Seraient-ils en train de se métamorphoser en bons samaritains ? Alors là, il ne faut pas rêver ! S'ils sont aussi prompts, à se creuser les méninges et à remuer leur popotin, c'est uniquement, à cause de cette échéance de la monnaie unique. Au sein des douze, non pas apôtres, mais pays membres de la Communauté Européenne, ce doit être la même effervescence.

   L'argent sale, puisque c'est de lui dont il est question, sera définitivement écarté, s'il n'est pas... « Régénéré » en temps voulu ! Ce qui signifie, que des milliards de francs vont bénéficier d'ici 2002, d'une cure de rajeunissement notoire ! Si j'en crois les différents journaux télévisés, depuis plusieurs semaines c'est la cohue ! Les économies, jusqu'ici bien à l'abri, sont dépoussiérées. Si, pour ce qui concerne les ouvriers, les maigres épargnes sont sorties de leurs cachettes, pour les ripoux, les coffres se vident de leurs odieux contenus ! Impunément, à la barbe de tout honnête citoyen, les centaines de millions d'argent sale seront ainsi blanchis.

   Exemple : Défiant les consignes, qui imposent un plafond maximal pour les paiements en liquide, l'appât du gain est plus fort que tout ! Grâce à une caméra cachée, on a pu voir un vendeur de télévisions, accepter l'argent liquide proposé ; le montant était bien entendu, largement supérieur au maximum autorisé. Sur les quelques trois cents millions d'âmes environ, que compte l'Europe, on imagine avec effroi, les milliards que cela va représenter !

            Quand j'ai écrit mon dossier brûlant : « Euro-Hypocrisie », le 20 Janvier 1999, j'ai reçu des messages on ne peut plus ignobles ; anonymes le plus souvent ! Tout ça, parce que j'avais eu « L'outrecuidance » d'affirmer, à l'époque, que le délai de passage à la monnaie unique était quelque peu péremptoire. Puisque tout était prêt, soi-disant : les billets et les pièces, je ne comprenais pas bien le pourquoi de cette latence ! Ce qui m'avait conduit à cette petite réflexion pour la moins logique : « Pourquoi attendre 2002 ? »... Entre parenthèse, j'attends toujours une réponse cohérente depuis cette date ;-)) Les citoyens Européens sont-ils aussi absurdes, pour ne pas faire le deuil de leur monnaie respective ? Bien sûr que non ! Mais c'est sur cet axe là, que presque tous les médias ont basé leurs campagnes d'intox.

            Je résume mon précédent dossier : « Quelle est la problématique, dès l'instant où je dois payer en Euros ? Si j'ai cinquante Euros en poche, je ne vais pas acheter pour cent Euros ? Et franchement, à quoi cela me servira, de connaître le montant que j'aurais payé avec l'ancienne monnaie ? » Une fois encore, par des subterfuges aussi vulgaires qu'obsolètes, en faisant passer les gens pour des cons, on occulte la réalité. Cette réalité, qui depuis quelques jours déjà, fait la « Une » de presque tous les médias. À savoir, la métamorphose de l'argent sale ! Que ce soit par le truchement d'achats en liquide, ou par échange pur et simple, je ne me fais pas de souci pour les ripoux : leur fric dégueulasse sera blanchi, OFFICIELLEMENT ! C'est là, que l'Euro revêt ses atours de Bienfaiteur ! Depuis ces trois dernières années, il a été une véritable poule aux œufs d'or. Pour une poignée d'opportunistes notamment, qui s'est remplie les poches avec entre autres, les fameuses « Calculettes » de conversion ! Si les capotes sont utiles, à cause des maladies transmissibles, qui, peut consolider les prérogatives de ces machines à calculer ?

     Combien de millions de ces petites « Bébêtes de poche », ont été vendues ? Auxquels il convient d'ajouter, ceux induits par les jeux et tous les autres « Accessoires » !Brrr... J'en ai froid dans le dos, rien qu'en imaginant les centaines de millions récoltés !... Sur ce point toutefois, rien à dire ; car cela a permis à des centaines d'ouvriers d'avoir du boulot. Par contre, sur la pertinence de cet ustensile, là, on peut laisser vagabonder son esprit !

            Si l'on parlait des publicités, afférentes à cette monnaie future ? Tous les jours ou presque, on a droit aux spots vantant l'Euro ! Depuis plusieurs mois, on n'échappe pas aux « Séries » publicitaires sur l'Euro. Pardon... J'avais oublié, que les gens sont trop godiches pour comprendre ! C'est ce qu'on pourrait croire en effet ! Pourtant, au royaume des absurdités, ces écrans publicitaires peuvent sans aucun doute, se vanter d'être les plus nuls !

     En attendant, j'aimerais bien connaître le montant des sommes engagées... simple curiosité !... Tout ça, pour focaliser les esprits sur les « Problèmes », inhérents au passage à l'Euro ! Plus les  utilisateurs potentiels s'évertuent à convertir, plus les ripoux ont la voie libre pour blanchir leur poignon ! Que vont faire les différents Gouvernements, pour tenter de juguler ces hémorragies financières ? Ne pourrait-il pas y avoir une loi Européenne, pour éradiquer ce fléau international ? Telle société est en dépôt de bilan ou vient de licencier du personnel ? Alors si son patron vient échanger quelques millions en liquide, il serait peut-être opportun de lui saisir l'argent ! Si tu es en faillite, c'est que tu n'as plus d'argent, non ?... J'imagine que quelques « Têtes pensantes », ont déjà plus ou moins envisagé de faire la chasse aux bas-de-laine !... Mais pas aux gros bonnets naturellement ! Les petits, qui ont trimé toute leur vie, qui ont économisé sou après sou, eux oui, risquent bien d'être obligés de rendre des comptes !

            Par contre, là où l'argent sale se trouve à profusion, personne n'ira jeter de regards inquisiteurs ! Les « Petites économies » à ce niveau, pour la majorité, ressemblent plus à des magouilles qu'autre chose. Si certains médias en parlent, ce n'est pas un leurre ! L'été arrive, comme le disait l'autre soir un présentateur du journal de vingt heures... Ce n'est pas un scoop en soi, sauf... Sauf, si l'on tient compte de ce qu'il avait dit sur l'argent sale, et que je ne fais que reprendre. À savoir, que les ripoux vont mettre à profit le peu de temps dont ils disposent, pour écouler leur fric vérolé. Certains paradis fiscaux vont accueillir comme il convient, cette manne providentielle ! Ils ne jurent que par les ricains, mais feront les yeux doux aux milliards pas très propres, « Made-in-Europe » ! Comme quoi, l'Europe n'est pas aussi néfaste que cela, pour les pays qui la critiquent !!

            L'exemple cité par la chaîne de télé, à propos de l'achat d'un téléviseur en espèce, n'est pas exhaustif loin s'en faut bien entendu ! Si le modeste citoyen se limitera à une simple conversion de son épargne, celles et ceux qui ont accumulé des sommes rondelettes, devront bien quant à eux, se découvrir ! En payant en liquide par exemple, une luxueuse voiture... ou différents matériels de loisir... voire, une villa ? Ne serait-il pas judicieux de vérifier à ce moment là, l'état de leurs comptes ? Si je gagne dix mille balles par mois et que je les dépense en totalité, comment est-ce que je pourrais « Par magie », disposer de quelques centaines de milliers de francs ? Seulement voilà... Il y a comme qui dirait... un hic !

     Je risque d'entendre des inepties du style : « On ne peut pas mettre sur pied en si peu de temps, un système de contrôle adapté » ! Ah bon ? Et moi qui croyais dur comme fer, que l'Euro était prêt depuis le début 99 ! Faut-il être naïf quand même... C'est un peu comme si on s'étonnait, hypocritement, du nombre de morts sur la route ! Certes, la vitesse, l'alcool, la débilité chronique de quelques irréductibles, génèrent chaque jour des milliers de victimes. Mais si au lieu de fournir des bagnoles qui franchissent le mur du son, on vendait des voitures à pédales, sûr qu'il y aurait moins de décès ! C'est avant qu'il fallait y penser ; non pas devant le fait accompli. Facile d'accuser les conducteurs en général, alors qu'on ferme les yeux sur la responsabilité évidente de tous les constructeurs automobiles, fiers de vendre leurs « Bolides meurtriers » ! On limite la vitesse, mais on laisse les fabricants monter en puissance les véhicules.

            Alors pour l'Euro, c'est du pareil au même. On prévoit le changement de monnaie, sans se soucier des dérapages potentiels !.. D'où c'est vrai, cette remarque à propos du délai de mise en service de l'Euro. N'y avait-il pas, au sein des comités d'étude à l'époque, des éminences grises capables d'envisager les problèmes liés à l'argent sale ? Était-ce indispensable, pour les occulter des esprits les plus vifs, de mettre l'accent sur les propres carences des futurs utilisateurs ? Certes, je ne le conteste pas, dès que l'Euro sera en place, il y aura ça-et-là, des difficultés d'adaptation.

     Contrairement à ce qui est insidieusement prétendu, les consommateurs auront vite fait de s'y habituer. Même si, inéluctablement, durant plusieurs semaines, la conversion avec l'ancienne monnaie en titillera plus d'un ! C'est vrai, la future communauté Européenne est un grand pas vers l'avenir. En dépit de la précarité et de la fragilité de ses structures, des problèmes inhérents aux différentes langues, l'union est préférable à la guerre. Ce potentiel humain et économique, résistera-t-il aux assauts des Nations qui en sont exclues ?

     L'Europe deviendra vite, la première puissance au monde. Ce qui l'on s'en doute, ne laissera pas indifférents les États qui jusqu'ici, ont imposé leurs lois. Pourquoi, à l'aube de cette naissance, ne pas envisager de la bâtir sur des bases saines ? Tout le monde se focalise sur la monnaie, occultant ce qui à mes yeux est essentiel : le rapprochement des peuples ! Les valeurs humaines sont-elles à ce point désuètes, pour être évincées des débats ? L'ouverture des frontières, ne doit pas servir uniquement à faciliter le transfert des fortunes ; encore moins permettre l'écoulement de l'argent sale ! Y a-t-il un projet commun sur le plan artistique, sportif, professionnel ? Une troupe de théâtre, une équipe de football, une chaîne de télévision et que sais-je encore, unissant en son sein des femmes et des hommes de l'Europe toute entière ? Pourquoi est-ce qu'une fois encore, les individus sont relégués au rang de figurants ? La politique et le fric... le fric et la politique... À mon humble avis, ni l'une ni l'autre de ces soi-disant « Valeurs », ne pourraient s'imposer, s'il n'y avait pas ce potentiel humain. Grâce à qui les patrons s'enrichissent ? Grâce à qui, les politiques sont hissés dans leur fauteuil comme des pachas ?

            À mon humble avis, l'Europe s'est bâtie à la hâte. Un peu comme si certaines sommités, grisées par l'euphorique appât du gain, avaient décidé un beau jour d'accroître leur pouvoir. On peut se poser la question en effet ! Car, si ma mémoire est bonne, jamais quand ce projet a vu le jour, on ne parlait des problèmes de monnaie ! Ni l'Écu à l'époque, encore moins l'Euro un peu plus tard, ne semblaient poser de problème. Il fallait avant tout insidieusement « Appâter » les futurs citoyens, pour entériner massivement le programme annoncé. Honnêtement, je me pose la question de savoir si en l'état actuel des événements, les peuples seraient aussi enthousiastes à dire oui. En principe, actuellement QUINZE Nations constituent l'Europe. Mais seulement DOUZE, adhèrent au projet de monnaie unique. Plutôt que prendre le temps de réfléchir, d'unir les peuples, d'harmoniser dans la concertation, et consolider les fondations, voilà qu'on envisage déjà de passer à VINGT-SEPT...

     Dans chaque pays membre, à cause des « Quotas » par exemple, les agriculteurs, les producteurs et les éleveurs, connaissent des difficultés énormes. Qu'en sera-t-il si demain, l'Europe atteint ce chiffre ? Je trouve inadmissible, scandaleux et abject, de voir certains producteurs laitiers contraints de jeter leurs excédents, faute d'avoir la « Permission » de les offrir aux nécessiteux !!! Où est l'humanité dans tout ça ? Les quotas... l'Euro... Bref, tous les aspects « Négatifs » qui sont mis en exergue, me rappellent l'hypocrisie avec laquelle, on incrimine les individus à propos de la couche d'ozone.  Comment ne pas s'indigner devant de telles accusations ? En effet, je suis resté pantois et pour le moins dubitatif, en suivant les caprices de ce milliardaire américain, qui s'est offert un voyage dans l'espace ! Qui, parmi les accusateurs des automobilistes et des sprays ménagers, voire des fumeurs, a cherché à quantifier les dégâts sur la couche d'ozone occasionnés par le décollage de la fusée ? Là bien sûr, c'est le silence total ! Pour se donner bonne conscience, et favoriser les bénéfices d'une poignée de spéculateurs, on focalise les esprits sur les excès des citoyens.

            Pour l'Europe c'est du pareil au même, en commençant par l'Euro. Pour permettre insidieusement à quelques privilégiés de s'octroyer des bénéfices, on canalise les esprits sur des difficultés imaginaires. Les quotas, en dépit d'une apparente équité, ne sont-ils pas quant à eux, élaborés pour éviter aux trusts de connaître des revers ? Si demain c'est vrai, les agriculteurs pouvaient offrir les excédents, ce serait autant de produits en moins vendus dans les magasins ! Et on ose nous présenter l'Europe comme étant la panacée ??? Le fric... le fric... encore et toujours ce maudit poignon !!! Est-ce qu'enfin, la valeur humaine va être prise en considération ? Si l'ambition de quelques individus passaient après l'intérêt collectif, alors oui, l'Union Européenne serait revêtue de ses plus beaux atours. Hélas, avec toutes ses aberrations, ses démesures et ses magouilles, l'Europe n'est pas prête de lutter contre les assauts de ses détracteurs.

     Je rêve de cette grande famille autant que je peux, en me laissant bercer par les doux murmures suscités par la paix entre les peuples... Il y a eu assez de guerres, de victimes et de drames. Oui, je suis un Européen convaincu, mais à condition que cette Union soit l'expression massive d'un désir humain ; et non un concept d'enrichissement personnel.

°o°o°o°o°o°

« « FUMEURS : COUPABLES OU VICTIMES » »

15 / 10 / 2000

            Insidieusement, les fumeurs deviennent une cible privilégiée. Une catégorie de « Parasites » qu'il convient d'éliminer, quels qu'en soient les moyens ! Si j'ai envie d'exprimer aujourd'hui mon ras-le-bol, c'est que je considère que l'ampleur de ce dénigrement devient critique. Dans tous les établissements, publics ou privés, les transports, les fumeurs sont montrés du doigt ! Les regards qui nous sont adressés sont pire que des coups de fusil... Ce n'est pas, à mon avis, parce que Clinton a décidé de marginaliser les fumeurs, que les autres pays doivent suivre comme des moutons !!!

            Quel fumeur n'est pas conscient du danger occasionné par le tabac qu'il ingère ? De là, à poursuivre en justice les fabricants, pour faire comme nos cousins Américains, il faut arrêter !!! Un peu de respect et de dignité ne seraient pas superflu loin s’en faut ! Est-ce qu'il viendrait à l'idée de ceux qui condamnent le tabac, d'accuser avec autant de véhémence les saloperies que l'on ingurgite à longueur de journée ? Édulcorants... Colorants... Et autres conservateurs, sont sans doute meilleurs pour la santé ??? Les poulets et bovins aux hormones... Les produits transgéniques... Les manipulations génétiques... Faudrait voir à interdire le tabac aux vaches folles tant qu’à faire !!!

            Ce qui me hérisse et m'agace par-dessus tout, c'est l'HYPOCRISIE NOTOIRE avec laquelle on canalise les esprits. J'ai entendu il y a quelques temps à la télé, que les dangers liés au tabac allaient être clairement mentionnés sur les paquets de cigarettes... Oui mais voilà... Pas avant 2004 je crois ; ben voyons !!! D'accord certes, pour prendre le risque de voir la consommation diminuer, mais... pas avant d'avoir encaissé encore des millions de bénéfices !!! Combien de taxes les Gouvernements entrent dans leurs caisses grâce au tabac ??? Faut pas déconner les mecs, comme aurait dit le pauvre Coluche. D'accord pour manipuler les esprits, mais pas touche au fric !! Quatre ans de gagnés c'est toujours ça de pris !

            Je n'approuve pas non plus naturellement ! Par contre, ce que je mets en exergue, c'est la volonté évidente du Gouvernement Canadien, de ne pas escroquer les fumeurs. Sitôt la décision prise, la mise en application a été immédiate. La lutte contre le tabac est tout aussi sévère, mais avec, et c'est une réalité, l'hypocrisie en moins ! Peu importe si les rentrées d'argent grâce aux taxes sont moins importantes ; l'essentiel, c'est de préserver la santé et là, on ne peut pas mettre en doute cet objectif.

            D'aucuns me diront, oui mais le tabac tue des milliers d'individus chaque année!... Ah bon ! Voilà une nouvelle qui est intéressante ! Car là bien entendu, il s'agit d'un scoop pour les fumeurs !!! Par contre, avec un égal sarcasme, je rétorque séant : Combien de morts chaque année sur les routes, dans les avions ou les chemins de fer ?... Va-t-on intenter des procès contre les constructeurs, ou interdire l'usage de ces moyens de transport ? Non bien sûr ! Combien de morts par contamination virale chaque année dans les hôpitaux ?... Selon le journal télévisé de 13 h sur France 2, le 9 Octobre dernier, il y en a eu 10'000 en France en 1999... Dix mille personnes décédées, suite à une infection virale contractée durant leur séjour hospitalier !!! En Suisse on nous annonçait dernièrement, que les contaminations dans les hôpitaux étaient passées de 16 à 9 % !! Va-t-on interdire pour autant à la médecine, de faire son travail ?

            Je pourrais continuer à comparer les tristes chiffres, d'une réalité autrement plus dramatique : les décès suite aux agressions... les décès suite aux intoxications... les suicides... la drogue... l'alcool... LES GUERRES... Où cela me mènerait-il je me le demande ? Nulle part c'est clair ! Lorsqu'on ne veut plus de son chien, on l'accuse d'avoir la rage... Cet adage fort bien connu signifie dans le cas présent, en filigrane, que pour se débarrasser des fumeurs, hypocritement, on les fait passer pour des moins que rien... Et ça marche !!! La tolérance est caduque... L'intolérance et le mépris ont atteint leur paroxysme ! C'est bien joli d'interdire la cigarette... Mais ce n'est pas sans risque !!! La preuve (brin d'humour) : Je sais pourquoi maintenant une certaine secrétaire, est passée de la cigarette à la pipe !!

            Au-delà de cet aspect inquisiteur et moralisateur, que s'octroient impunément la plupart des accusateurs, tous pays confondus, il y a un aspect déshonorant chronique à l'égard des fumeurs ! On a vraiment l'impression d'être des demeurés, des débiles profonds, qu'il convient de surveiller comme le lait sur le feu. Pas besoin donc, de vos « Inscriptions subjectives » sur les paquets de clopes ! En choisissant la cigarette, on sait très bien quels sont les dangers inhérents à ce plaisir éphémère. Inutile de le rabâcher, d'une manière aussi perfide et cynique. Je suis pour le respect et la liberté de tous les non-fumeurs. Hélas, la réciprocité du respect n'est pas de mise !

     En prenant l'avion pour aller au Canada par exemple, pendant les 8 h 30 de vol, nous nous sommes abstenus de fumer sans gêne !... Remarquez, on n'avait pas le choix, puisque grâce à Clinton, il est interdit de fumer dans les avions... Par contre, je trouve un paradoxe exquis, que je narre avec délectation... Dans ce même avion, sur le chariot de la boutique hors taxes, que nous proposaient les ravissantes hôtesses ??? Mais oui... Des cartouches de cigarettes ; en plus des cadeaux et autres souvenirs bien entendu !!! D'un côté on IMPOSE une règle absolue, mais de l'autre on pousse à la consommation... Cherchez l'erreur !

            De qui se moque-t-on, je vous pose la question ? Le fouet de la répression d'une main, mais... l'autre main tendue pour nous piquer du fric !!! Lorsque nous avons acheté nos billets, nous avions posé la question à propos du tabac... Certes, nous nous attendions à la réponse mais là où nous sommes restés pantois, c'est quand on nous a répondu négativement à la question de savoir si ladite compagnie, prévoyait des cachets en cas de manque !!! Que nenni ! Pourtant, sur le plan neurologique, il y a des conséquences qui peuvent engendrer des drames ! Une personne qui subit un manque violent, peut craindre dans le meilleur des cas, une bonne crise de nerfs... Dans le pire, je n'ose même pas l'imaginer ! Petite question au passage : « Est-ce qu'on interdit le tabac dans les avions spécialement aménagés et affrétés pour les grosses fortunes » ??..

           Tout ceci n'est qu'anecdote naturellement... Par contre, je vais monter d'un cran sur l'échelle du ras-le-bol... Parlons à présent des moyens thérapeutiques, mis à la disposition des fumeurs qui, comme nous, désirent arrêter de fumer. Avec mon épouse, nous nous étions inscrits à un organisme, géré par l'hôpital. Après un questionnaire très complet, nous espérions très sincèrement être admis dans l'un des groupes : patients avec médicaments réels ; patients avec médicaments placebo !!! Mon épouse a été exclue... au premier tour, sans aucune explication !! Quant à moi, j'ai été admis en qualité de « Témoin »...(???)

     Six mois après, alors que RIEN ne m'avait été proposé, ni réunion, ni concertation, ni groupe de travail, j'ai reçu un questionnaire bidon pour soi-disant « Faire le point » !! Faire le point sur quoi ? Je fume toujours autant et cet organisme fantasque a du en décevoir plus d'un ! Je vais plus loin encore. Si je veux m'arrêter de fumer, COMME C'EST LE CAS, vers qui puis-je me tourner ? Acupuncture... Laser... Médication...? Seulement voilà, c'est le prix qui devient un obstacle et non des moindres ! Les patchs, les pastilles, et combien d’autres produits faussement « Miraculeux », coûtent la peau des fesses et... ne sont pas remboursés par les caisses maladies naturellement !!! J'ai sous les yeux un paquet de 30 Nicorette 2mg, que j'ai payé 15 Francs Suisses...

            Toujours dans la famille Nicorette, je veux... le vaporisateur nasal 10mg ; qui lui, m'a coûté 52 Francs Suisses. Déçu par ces produits aussi inefficaces qu'onéreux, je reviens à mes premières amours, en achetant une boîte de NICOPRIVE en France ; prix : 150 FF... En 1980, j'avais obtenu c’est vrai, de bons résultats ; sans volonté ! On verra bien d'ici un mois, que dure le traitement ! Au passage, j'affiche clairement mon intention d'arrêter de fumer ! ;-)) Alors que penser de toutes ces arnaques ? On nous rackette en augmentant le prix des cigarettes... On nous humilie en nous faisant passer pour des êtres odieux, voire les pollueurs de la planète... On nous rackette encore en nous proposant des substituts non remboursés... Mais... on se garde bien de nous venir en aide efficacement !

            Avec ma délicieuse Bibiche, on se pose la question suivante : Est-ce qu'on ne va pas finalement opter pour la drogue ou l’alcool ? Je plaisante bien sûr !!! On pourrait quand même s'interroger, quand on sait que la plupart des caisses maladies remboursent les médicaments pour les drogués !! Ben oui... Un drogué c'est un pauvre malade ; tandis qu'un fumeur... c'est un parasite, une gangrène à éradiquer ! Je fais cette comparaison, pour que les non-fumeurs les plus virulents et les moins tolérants révisent leurs jugements. Qu'ils admettent enfin, que le parcours d'un fumeur désireux de se libérer du tabac, est parsemé de pièges. Le premier piège, c'est l'argent ! En refusant la gratuité des soins aux fumeurs, on les oblige à fumer encore...

    Moralité, ceux qui ont des intérêts à entretenir ce climat, se frottent les mains ! Ils gagnent du fric sur la vente des cigarettes... Ils en gagnent encore sur les substituts qui, en plus de ne servir à rien, nous coûtent un saladier ! Le second piège, c'est cette forme d'exclusion, dont les fumeurs sont victimes ; habilement orchestrée par les mêmes requins bien entendu ! Diviser pour mieux régner, c'est bien connu !!! L'ampleur de cette ségrégation a des effluves de racisme. C'est la course vers les sommets de l'inacceptable. Combien de manifestations sportives, depuis des décennies, étaient sponsorisées par les grandes marques de cigarettes ? Des plus prestigieuses aux plus humbles, JAMAIS jusqu'à ce début de manipulation, PERSONNE n'avait trouvé à redire. Et voilà que soudainement, tout est compromis pour les besoins aberrants de cette guerre contre le tabac ! Qui, parmi les détracteurs les plus acharnés, peut s'engager à apporter autant d'argent dans l'escarcelle des organisations sportives ? Combien d'amateurs, tous sports confondus, ne pourront plus s'exprimer faute de moyens techniques mis à leur disposition ?

            Poussons le bouchon encore plus loin. Imaginons que du jour au lendemain, tous les fumeurs au monde s'arrêtent de fumer... Combien de centaines de milliers d'individus, se retrouveraient alors au chômage ? Des emplois directs, à ceux générés par la vente du tabac, je n'ai aucun mal à supputer un nombre supérieur au million d'âmes ! QUI, toujours parmi les accusateurs obstinés, peut apporter une solution de substitution ? Car, et c'est navrant de le constater, nul ne songe un instant au désastre que cela occasionnerait sur le plan économique ! La manne financière engrangée par le tabac, dans tous les pays, se chiffre par milliards de dollars chaque année, pour l'ensemble des Gouvernements...

     À mon avis, une absence massive de revenus, risquerait à coup sûr de déboucher sur une augmentation des taxes ! Si mes renseignements sont bons, en France par exemple, les impositions sur le tabac rapporteraient près de 90 milliards de FF chaque année à l'État. Est-ce que les personnes qui considèrent les fumeurs comme des « Déchets », seraient prêtes à payer l'équivalent en acceptant une augmentation de leurs impôts par exemple ? Ah !... Là, les voix s'élèvent avec moins d'enthousiasme !!! D'accord pour jouer le jeu du dénigrement, mais... pas d'accord pour passer à la caisse n'est-ce pas ? Voilà pourquoi sans doute, les sommités des pays concernés ne se hâtent pour abolir prématurément, l'usage du tabac ! Le tabac, à l'instar de toutes les dépendances, est avant tout selon moi une maladie ; au même titre que l'alcoolisme ! Avec mon épouse, nous appartenons à la majorité des fumeurs désireux de sortir de ce paradis artificiel, authentique ghetto nébuleux. Ne pensez-vous pas qu'au lieu de nous jeter la pierre, vous seriez plus crédibles en nous apportant votre soutien ? Je sais, on va me rétorquer d'une manière narquoise : Et la volonté alors ?... OK !! Faites donc un essai, on verra bien. Que celles et ceux qui, par réflexe plus que par désir, mangent du chocolat... des bonbons... des gâteaux ou autres friandises depuis des années, et ce tous les jours, essaient d'arrêter leur vice du jour au lendemain ; on en reparlera après, d'accord ??

            Celles et ceux qui prennent leur voiture pour faire cent mètres... Qui se parquent n'importe où parce qu'ils ont la flemme de faire cinquante mètres à pieds... Est-ce qu'ils ne contribuent pas, plus que les fumeurs, à polluer l'atmosphère ? Je rigole, car là je suis à l'aise... On n'a pas de bagnole !!! Oui je sais, on va me traiter de débile, en prétextant hâtivement que je change de sujet... Pas du tout !!! Les fumeurs ne sont-ils pas traités de pollueurs ? Par le truchement de ce dossier, j'essaie de prouver que l'infamie prend le pas sur la raison. Il est grand temps de calmer les esprits et revenir à des rapports plus courtois. Les différentes campagnes publicitaires contre le tabac, navré de décevoir les plus crédules d’entre vous, sont avant tout faites pour permettre à ceux qui les génèrent de s'enrichir ! Les Gouvernements veulent vraiment lutter contre ce « Fléau » ?

    Alors qu'ils aillent au bout de leurs vœux et osent le prouver pour devenir crédibles ! Comment ? C'est simple que diable !!! Si du jour au lendemain le paquet de cibiches passe de 20 balles à 100 balles, là oui c'est sûr, il y aura une très nette réduction de la consommation ! Oui mais voilà, il y a un hic !... La contrebande et la contrefaçon effraient un tantinet !... C'est là qu'il convient de trouver des solutions. Et si, pour honorer la valeur intrinsèque de leur volonté à lutter contre l'abus de cigarettes, les Gouvernements appliquaient certaines sanctions ?  Par exemple, le parlementaire, chef d'entreprise ou autre haut dignitaire, interviewé avec son havane entre les mains, serait condamné à 10'000 balles d'amende ! On nous interdit bien de fumer dans les lieux publics à nous, modestes citoyens ! Pourquoi ceux qui en plus, votent ces lois débiles, ne seraient pas tenus de manifester au moins un peu plus de respect ?

     Car à chaque reportage, dans le microcosme politique surtout, ne voit-on pas ces « Seigneurs », répondre aux journalistes en tirant une bouffée de leur oxygène favori ? Là encore, de qui se moque-t-on ? Et cet argent, pourrait servir à guérir les fumeurs désireux d'arrêter de fumer ? Ha,ha,ha,ha.... Je me marre ! Faites ce que je vous ordonne, mais surtout pas ce que je fais !!! Sinon, à quoi servirait la hiérarchie ???

            En conclusion, une fois de plus, je déplore l'absence totale d'esprit logique et de pondération dans tout cela. D'un côté la majorité des gens qui fume, opposée à la minorité qui ne fume pas... ou plus !... Ce qui de tout temps, était un plaisir, devient un péché ! Mais je persiste et signe en affirmant que les arguments proposés, pour soutenir les thèses anti-tabac, sont vraiment maigres et dérisoires ! Ils se résument en réalité, à une sorte d'amalgame de propos humiliants et obsolètes ! En dehors du bourrage de crâne, dont les « Opposants farouches » se font les messagers, il n'y a aucun canevas digne de ce nom, susceptible d'imposer la réflexion...

            Même au prix d'un effort surhumain, je ne parviens pas à déceler la plus élémentaire forme d'opportunisme et de cohérence, dans ce qui n'est à mes yeux, rien d'autre qu'une rengaine monotone ! Santé... Pollution... Manque de savoir-vivre... Gêne pour les autres... Ras-le-bol !... Vous ne pourriez pas trouver quelque chose de plus novateur et... surtout beaucoup plus persuasif ?? Car, nonobstant la réalité des dangers inhérents au tabac, n'y a-t-il pas un péril plus évident, latent et sournois ? Comme par exemple, celui de voir bientôt les êtres humains se déchirer entre eux, avant de s'entre-tuer, sous les regards amusés de ceux qui ne désirent que ça ? Tel est le risque de dérapage auquel je n'ai pas envie d'assister ! Les qualificatifs à l'encontre des fumeurs, sont pires que les balles de ces revolvers ! Ne serait-il pas grand temps de recouvrir notre lucidité, et ne plus faire le jeu qui nous est imposé d'une manière abjecte ? Simplement parce que c'est devenu une mode, un jouet, pour une poignée d'individus en manque d'émotions fortes !!!

°o°o°o°o°o°

« « LA ROUTE MEURTRIÈRE » »

06 / 01 / 1999

        Début Octobre 1998, j'avais écrit naïvement un article intitulé « Massacres sur les Routes ». Après plusieurs messages pas très courtois, voire grossiers, j'avais décidé de le supprimer. Mais aujourd'hui, force est de constater à quel point ce que je dénonçais sans vergogne, a pu interpeller les plus hautes instances de France. Pour preuve, timidement certes mais avec détermination, le Ministre de l'Intérieur vient de parler de peines d'emprisonnement pour les chauffards pris en flagrant délit. Tiens, tiens... Comme c'est bizarre ! C'est exactement ce que je suggérais sur mon dossier précédent. Remarquez, je suis heureux de voir que ce que j'écris, n'est pas aussi nul que cela ! ;-)))

        Aussi, après l'avalanche de cadavres entre Noël et Nouvel An, je me sens presque obligé de faire péter le poing sur la table une nouvelle fois. En espérant que cette fois, d'une manière plus franche et moins hypocrite, les politiques auront à cœur de s'engager sans louvoyer comme ils savent si bien le faire. Pour éradiquer ce fléau, que représentent les accidents de la route, il ne faut pas se contenter de mesures plus ou moins dissuasives. La peur du gendarme, n'est plus ce qu'elle était. Avec les ripoux installés partout, à tous les postes de commandement, n'importe quel abruti jouit d'une impunité totale. Excès de vitesse, conduite en état d'ivresse...

  Chaque fois, grâce à ces complicités, les assassins de la route s'en tirent avec les honneurs. Je crie HALTE ! Comme je le fais dans l'exercice de ma profession, je vais essayer de proposer des solutions, visant à juguler le mal à sa source. Traiter les effets, sans s'attaquer aux causes, revient à mettre un pansement sur une jambe de bois ! C'est à la racine qu'il faut éliminer le virus ; non quand il a contaminé l'ensemble des conducteurs. À ses débuts, il ne faut qu'un petit verre d'eau pour éteindre un incendie. Après une heure, c'est un bataillon complet de soldats du feu, qui, au péril de leur vie, vont tenter de circonscrire le sinistre. Alors, arrêtons de jouer les faux samaritains en proposant des mesures à la con, qui protègent les débiles incorruptibles.

        Tout d'abord, je n'accorderais le permis de conduire aux jeunes, qu'à partir de vingt-et-un ans ; comme au bon vieux temps ! Mais pas n'importe comment. Là, ça risque de plaire à tout le monde ! Après une authentique FORMATION routière. Une ÉDUCATION totale et cohérente, répartie sur une durée de 3 ans, à partir de dix huit ans. Durant cet apprentissage, l'élève effectuera des stages dans tous les organismes de secours : pompiers, policiers, ambulanciers, hôpitaux, centres de rééducation etc... Il pourra au moins, visualiser et s'imbiber des conséquences auxquelles sont insouciante jeunesse peut le conduire. En participant activement aux opérations de secours, il sentira l'odeur du sang, entendra les gémissements, sera confronté aux drames à l'issue d'un accident. Tels que j'ai eu l'occasion de les vivre, durant mes douze années de sapeur-pompier professionnel.

        En plus de ces stages « Sur le tas », il bénéficiera de formations pratiques des techniques routières, des relations humaines, sociales, grâce aux psychologues ou autres formateurs spécialisés. Les effets traumatisants d'un accident, ont très souvent des conséquences sociales désastreuses dont hélas, personne ne parle !

  Là, ils verront tous les aspects humains des catastrophes générées par les excès de vitesse ou d'alcool. De plus, il ne faut pas négliger cet aspect, durant ces trois ans de prise en charge, les élèves percevront un salaire. Chaque organisme accueillant les apprentis « Bons conducteurs », versera un dédommagement mensuel forfaitaire ; par exemple 2000 francs ; qui comptera naturellement comme premier emploi ! Avec tous les paramètres s'y afférent, retraite, assurance sociale etc... Les jeunes, dans cette tranche d'âge de 18 à 21 ans, qui sont actuellement les plus visés dans l'ascension de la délinquance, auront, en plus d'une vraie paye, le moyen de se délester de leur inoccupation ! Sans occulter la valorisation de ces jeunes, jusqu’ici traités comme des bons à rien. Vous voyez, des solutions existent. Encore faut-il les mettre en application !

  Encore une fois, la PRÉVENTION coûte moins cher que les CONSÉQUENCES. Plutôt que de parler sans cesse, de mesures « Coercitives », pourquoi ne pas parler d'éducation tout simplement ? En faisant d'une pierre deux coups en plus ! Non seulement cette initiative permettrait d'endiguer le fléau des morts sur les routes, mais en plus, elle diminuerait d'une manière probante les phénomènes de délinquance. En occupant sainement les jeunes, en les responsabilisant, en mettant leur valeur intrinsèque en exergue, on a plus de chance d'en faire de bons citoyens. L'argent ? Qui va payer ? Là, je fais appel au sens civique de chacun. Les compagnies d'assurances, les caisses maladies, les associations...

  Plutôt que s'ingénier à détourner du fric pour échapper au fisc, voilà une occasion en or de participer à l'évolution des mentalités ! Sans négliger le fait que bien des vocations pourraient naître chez ces jeunes démunis, livrés à eux-mêmes, blasés, écœurés d'être toujours considérés comme des renégats. Cette réelle formation, serait ponctuée par un DIPLÔME, véritable CERTIFICAT DE CAPACITÉ ROUTIÈRE. Au même titre qu'un brevet, un cap ou un bac.

  Voilà déjà une mesure curative qui, en plus de ne pas coûter un radis à l'État, irait dans le bon sens. Comme quoi, en dépit de ce qui est éternellement mis en exergue, l’argent n’est pas toujours un frein au progrès. Toujours sur le registre de la guérison du mal à sa racine, avant d'aborder le sujet sur les moyens de dissuasion, voici ce que je propose pour les autres automobilistes. C'est à dire pour l'ensemble des conducteurs et conductrices :

         1)     Contrôle de santé annuel OBLIGATOIRE : pour le cœur, la vue, les réflexes etc...

        2)     Tests annuels de conduite sur neige, par temps de pluie, et de nuit ; tests qui devraient d'ailleurs, être OBLIGATOIRES pour obtenir le permis !

        3)     Tests de connaissance du code tous les deux ans.

        4)     Stage d'un week-end par an, bénévolement, dans une unité de secours routiers, avec projections de films sur des interventions réelles, et visites d'un établissement hospitalier.

        5)  Organisation régulière de conférence sur les drames de la route, avec en plus, mise à disposition dans chaque mairie, caserne de pompiers, hôpital, commissariat, poste etc... des bilans chiffrés et concis.

        6)  À partir de 65 ans, OBLIGATION d'être accompagné d'une autre personne, et de passer tous les ans une visite médicale, suivie d'un test d'aptitude à la conduite. Les gens savent-ils vraiment combien coûtent : 1 mort, un blessé, ou un handicapé à la collectivité ? Les chiffres parlent d'eux-mêmes dit-on. Oui mais à condition de les divulguer à grande échelle !

        Voilà pour la partie PRÉVENTIVE. Passons pour terminer, à la partie CURATIVE des accidents de la route. Je garde en mémoire, l'idée du « Tribunal Populaire » auquel je faisais référence dans mon article précédent. Tout d'abord, parlons des jugements actuels. À mon avis, plutôt que faire confiance à une justice plus que douteuse, pourquoi ne pas permettre aux victimes de chauffards, de siéger en lieu et place des « Jurys » traditionnels ?

 Sûr qu'il y aurait déjà moins de « Circonstances atténuantes » ! Jugé par des martyrs de la route, le contrevenant sentirait déjà très vite le poids de son erreur. Sans parler des sanctions qui lui seraient infligées ! Venons en précisément à ces sanctions. Gardons à l'esprit, l'idée de ce tribunal populaire, accompagnant systématiquement les policiers sur les lieux de leurs contrôles. Tandis que les flics verbalisent, le tribunal statue sur le sort du coupable. Voici mes suggestions :

        A/     Première infraction pour excès de vitesse : avec un dépassement de 30 km/h de la vitesse autorisée ? Simple avertissement, avec une mise à l'épreuve d'un an. Même délit, mais avec un taux d'alcool élevé ? Retrait immédiat du permis pour un mois. Si par malheur, il y a dégât corporel, l'automobiliste serait suspendu pour six mois, avec une peine de prison de six mois avec sursis.

        B/    Récidive ? Retrait immédiat pour six mois du permis, amende équivalente à dix fois le montant de l'excès, et un mois de prison ferme. Obligation de repasser le permis. En cas de mort, retrait à vie du permis, et six mois de prison fermes.

        C/     Excès supérieur à 50 km/h ? Retrait immédiat du permis pour un an, amende équivalente à cent fois le montant de l'excès, et trois mois de prison fermes. En cas d'ébriété, les peines seraient doublées. Si par malheur ce dingue a tué un innocent, là, il passerait trois ans fermes en prison et bien entendu, aurait son permis retiré à vie.

         D/     Refus des contrôles annuels : Avertissement la première fois, puis retrait du permis pour un mois. En cas de récidive, six mois de suspension du permis avec obligation de le repasser.

        Grâce aux Tribunaux Populaires, présents sur les lieux, les effets seraient immédiats. Pas de magouilles, pas de bakchichs, application sans pardon. Quelles sont les personnes, victimes de ces assassins de la route, qui ne seraient pas volontaires pour faire partie de ces tribunaux itinérants ? Dans mon dossier « Laissez-nous la Parole », je suggérais à l'ancien Premier Ministre Français Monsieur Jospin, le 24 Octobre dernier, de proposer au Peuple Souverain de se prononcer par référendum, sur des projets dignes d'intérêts ; (aucune réponse à ce jour, 06/01/99 !). Voilà un sujet qui assurément, monopoliserait l'attention de tous les citoyens dignes de ce nom ! Plutôt que se contenter de venir « Pomper » mes idées sans pouvoir les mettre en application, voilà une occasion en or de mettre pour une noble cause, le peuple à contribution ?

        Puisque hélas, les mesures actuelles de répression demeurent sans effet, il est temps de tomber les masques d'hypocrites. Plutôt que de tourner en rond autour d'un sujet brûlant, tel que les morts sur les routes, il faut cesser de se voiler les yeux avec des théories surannées et des conceptions archaïques. Les chauffards, les récidivistes, les inconscients ou les débiles profonds, se rient des sanctions « Bidon » qui, en tout état de cause, n'effraient plus personne. Si demain, des menaces AUTHENTIQUES de RÉPRESSION MAJEURE, pesaient sur ces inconscients chroniques, gageons qu'avant de vouloir passer le mur du son sur une autoroute ou prendre le volant moitié pétés, ils se feraient petits dans leurs godasses et réfléchiraient à deux fois ! Si vous ne mettez pas une muselière à un chien féroce, il dévore tout ce qui est à sa portée. Ces conducteurs irascibles, véritables bêtes enragées, doivent être tenus en laisse et muselés une bonne fois pour toute.

        Pour éradiquer le mal, encore une fois, il faut l'attaquer à sa racine. Les peines actuelles, ancrées dans l'esprit des monstres de la route, ne sont d'aucun effet dissuasif. Si d'emblée, les sanctions extrêmes planaient au-dessus de leur tête, là, leur subconscient leur imposerait, à défaut de civisme, au moins le temps de la réflexion. Qui, parmi ces assassins en puissance, tremble à l'idée de se voir retirer « Des points » sur son permis ? Qui, toujours dans cette catégorie hélas trop nombreuse d'éventreurs, redoute un contrôle d'alcoolémie ?

  Lequel, dans cette frange puante de fossoyeurs de l'humanité, se soucie des drames dans lesquels ils plongent des milliers d'individus ? Puisqu'ils sont démunis de toute forme de civisme, ce n'est pas avec des menaces « Gadget », que l'on parviendra à leur imposer, à défaut d'éducation, au moins la peur véritable ! Encore faut-il qu'en « Haut lieu », on oublie les passe-droit, les sacro-saints « Arrangements », et les intérêts personnels. Pour enrayer une épidémie, on n'hésite pas à déployer des moyens colossaux.

         Les accidents de la route, avec leurs nombres de morts, de blessés et de handicapés, de souffrances et de drames, SONT UNE VÉRITABLE ÉPIDÉMIE. Sauf qu'en ce qui la concerne, RIEN n'est fait pour la neutraliser. En éduquant les jeunes, en imposant un suivi des contrôles, et en brandissant l'épée de Damoclès au-dessus des têtes des amateurs d'émotions fortes, je crois qu'il y aurait moyen d'obtenir très vite, une nette amélioration de la sécurité routière. Et là, ce serait judicieux de poser la question aux peuples ! Car la France hélas, n'est pas le seul pays à être envahi par les chauffards irréductibles.  Seuls, les chauffards seraient touchés. Les autres, c'est à dire la grande majorité des automobilistes, n'ont rien à redouter ! Les frimeurs, les prétentieux, ceux qui se croient tout permis parce qu'ils se sentent protégés, seraient bien obligés de se plier à une discipline collective. Que ce soit sur les routes ou en ville, avant d'en arriver à ces extrêmes en matière de répression, pourquoi ne pas essayer de mettre en application l'une des propositions, la 7ème exactement, que je fais dans mon Essai P.P.A.?

        Je la résume succinctement. Les feux rouges grillés, les stationnements sur les trottoirs, en double ou triple file, les piétons méprisés, les dépassements litigieux et dangereux, les concerts de klaxons, le manque de courtoisie... J'en passe et des meilleures ! Il suffirait de former à l'issue d'un stage dans une gendarmerie, les chômeurs par exemple. Ainsi reconnus, comme auxiliaires de police, ils auraient en charge la surveillance des carrefours, des avenues, aussi bien que des grands axes routiers. Constatant l'infraction, ils relèveraient le numéro des plaques du contrevenant. Ce dernier se verrait infliger une amende pour le moins dissuasive ; exemple 1000 francs (Français), pour le non respect d'un feu rouge ou d'un stop ; autant pour refuser à un piéton de traverser la chaussée en toute tranquillité. Cette amende serait doublée en cas de faute grave aux règles du code de la route : ligne blanche, dépassement limite etc...

        Les « Apprentis policiers », seraient payés au pourcentage sur les amendes encaissées. Leur stage serait considéré comme un emploi, avec tous les avantages dont les jeunes bénéficieraient lors des stages de formation. Inutile de dire qu'en cas de non paiement de l'amende dans les quarante huit heures, le chauffard serait condamné à une peine de prison ferme, et un retrait immédiat de son permis ; équivalent à dix fois le retard mis pour s'acquitter de sa dette. Dette qui naturellement, serait réajustée et rehaussée des intérêts légaux. Puisque l'égoïsme, l'indifférence et le mépris vis-à-vis d'autrui, métamorphosent certains conducteurs en assassins en puissance, il faut faire preuve non pas de clémence, mais d'une cruauté équivalente à celle qu'ils infligent à leurs malheureuses et innocentes victimes. Car hélas, le plus souvent, eux s'en tirent sans trop de bobos.

  D'aucuns vont me reprocher de me montrer sanguinaire ou inhumain. Ce à quoi je réponds que durant ma carrière de pompier professionnel, JAMAIS en douze ans, je n'ai éteint un incendie en projetant de l'essence sur les flammes. Les lois actuelles, loin de s'attaquer au fléau, attisent son développement. Celles et ceux qui ont un comportement aussi abject à l'égard des autres, ne méritent aucun pardon.

  Le Zen n'implique pas l'acceptation des aberrations ; si les cadavres jonchant les routes n'incarnent pas une réelle aberration, alors, qu'on me donne la définition qui visiblement, satisfait les hypocrites ! Mais avant de me jeter la pierre, qu'on laisse au moins les intéressés s'exprimer ! De grâce, messieurs les grands, pour une fois dans votre vie, descendez de votre piédestal et essayez de voir les choses en face. Croyez-vous que vos « Décrets », vos « Lois », soient de nature à ériger un obstacle suffisant à cette progression de vies anéanties ?

°o°o°o°o°o°

« « OBAMA – SARKOZY : MÊME COMBAT » »

27 / 03 / 2009

         Que ce soit pour le Président Américain Barack Obama ou son homologue Français Nicolas Sarkozy, le combat est  identique. À l'instar de tous les pays sur la terre, la crise mondiale ne ménage personne. Chaque Nation du mieux qu'elle  peut, relève le défi. Chaque Nation ?... Sans doute, à l'exception de la France malheureusement, et cela me fait très mal.  Depuis 1990 que je vis en Suisse, je réalise à quel point gouverner la France en ces temps difficiles, relève de l'exploit !  Surtout Nicolas, continues le sport qui te permet de te détendre ;-)) Je vais peut-être déroger à mes règles de base, usitées depuis 1998, à savoir ne pas aborder la politique, mais trop c'est trop. Je poursuis... Tant pis pour les « Puristes » habitués à naviguer sur notre site, mais oui, là je m'engage.. Non pas politiquement parlant, (quoi que...), mais en qualité de citoyen responsable. Vivant en Suisse depuis 1990, je porte un regard attentif sur la France et ce qui contribue à avilir son éclat d'antan. Je ne juge personne, je ne cherche pas à décrédibiliser ce qui peut encore l'être, loin s'en faut. Mais mon cœur de patriote a très mal. Car je déplore les magouilles, les complots et les inepties auxquelles doit faire face Monsieur Sarkozy depuis son élection. Outre les attaques répétées émanant de certains pays de l'Europe, qui visiblement ne cherchent qu'à réduire la France à néant, le Président Français doit affronter les bassesses des partis de l'opposition et surtout, des syndicalistes à la solde des missionnaires chargés de le dévaloriser. N'y a-t-il pas eu un scandale monté en épingle par les médias au sujet des vacances de Mme et M. Sarkozy, sur un Yacht, prêté par un de ses amis ; donc l'argent de l'État n'a pas été affecté. Que dire d'une certaine fille illégitime d'un ancien Président ? Combien de millions la France a payé (les contribuables naturellement) pour sa protection et son éducation ??? Là, les fouteurs de merde s'écrasent mollement ! Simple remarque. Avant de voir la petite paille dans l'œil de Nicolas Sarkozy, messieurs les détracteurs patentés, enlevez donc la poutre qui vous bouche la vue !

Que dire de la plupart des médias qui relatent avec délectation, pour ne pas dire jubilation, tout ce qui est susceptible de détruire ce que le Chef de l'État essaie de reconstruire, avec la fougue et la détermination qu'on lui connaît. Toutes chaînes confondues, il ne se passe pas une journée sans qu'un « Débat » destiné à discréditer Nicolas Sarkozy, ne soit diffusé avec une telle rage de détruire et de faire mal. Où est la déontologie ? Quel objectif est envisagé ? En dehors de vouloir manipuler les téléspectateurs, électeurs en puissance, et de les pousser à réviser leur jugement sur le Président, ces vitrines médiatiques sont à vômir.

Dénuées de logique et d'authenticité, elles ne font qu'écœurer davantage celles et ceux qui ont encore de l'amour propre. Ces mêmes « Pseudos-journalistes », auront-ils le courage de déblatérer les mêmes inepties contre le Pape ? Ils auraient pourtant du grain à moudre après les propos scandaleux que le chef de l'église a tenus. Un bon conseil l'ancien, évite de prendre des capotes de contrefaçon !!! Là, c'est le silence qui prime ; bande de lâches ! À propos, les guignols qui s'insurgent avec une telle véhémence contre Nicolas Sarkozy, seraient-ils en mesure d'apporter des solutions ? Non ? Alors de grâce, mettez-là en veilleuse !

Trop c'est trop en effet. Si ceux qui manipulent les opinions, grâce aux médias ripoux et certains syndicats véreux entre autres, avaient glorifié la France quand ils en avaient la charge, ça se saurait !!! C'est loin d'être le cas hélas. La critique est aisée, mais l'art est difficile ! L'absence de réformes... Les trente-cinq heures... J'en passe et des meilleures... Les « Anciens dirigeants » peuvent-ils être fiers du marasme qu'ils ont généré en plus de vingt ans de règne, ayant entraîné la France dans cette spirale de la déliquescence ? Puisqu'ils ont largement prouvé leur incapacité, qu'ils aient au moins à défaut de valeur, l'intelligence de ne pas mettre les bâtons dans les roues du Gouvernement actuel. En arrêtant pour se faire, de laisser croire qu'ils sont les meilleurs, qu'ils ont des idées plein la tête... (Ah bon... Lesquelles ?)

Pourquoi citer Monsieur Obama ? Parce qu'il me donne l'impression d'avoir les mêmes qualités que Monsieur Sarkozy. Déterminés, francs, loyaux et honnêtes tous les deux, ils ne désirent qu'une chose : sortir leur pays du marasme. Sauf qu'il n'y a qu'aux USA que les valeurs intrinsèques de Barack Obama sont reconnues et respectées ! Derrière le Président des USA, le peuple a compris que l'union fait la force et que ce n'est pas en mettant en exergue les idéologies partisanes, qu'il parviendra à rétablir une économie stable.

Quels que soient l'obédience, la couleur de la peau ou tous les autres points de désunion préalables, le peuple fait bloc avec son Président. Tout en affirmant sa personnalité en refusant les malversations des principaux responsables (Banquiers en tête), les Américains ont compris l'effort auquel ils doivent s'astreindre. En attendant, combien de grèves ou autres mouvements de contestation mettent en péril la sérénité du Président Obama ? En France, un pet de travers (respectant les directives imposées), et voilà le « Peuple » dans la rue !

Quand je parle du peuple, je parle de la minorité de grévistes professionnels. Par rapport à la masse salariale globale, cela représente quel pourcentage ? Boff !... En étant généreux je dirais 2 à 3 %. Les autres, la grosse majorité des citoyens pris en otage, en ont ras-le-bol. D'autant que parmi les manifestants, bon nombre d'entre eux ne savent même pas pourquoi ils sont là ; j’vous jure ! (entendu à la télé...). On leur a dit de venir, ils sont là, point barre. Les pires, sont les minorités d'étudiants et les lycéens. Eux, toujours obéissants aux doctrines imposées, manifestent pour « Améliorer la qualité de l'enseignement » !

Elle est bonne celle-là. En levant le poing contre Nicolas Sarkozy ? En pillant des magasins ? En démolissant le portrait des étudiants digne de ce nom, qui eux, veulent bosser ?  À coup sûr, à ce régime, l'enseignement va être grandement amélioré ! À propos, combien y avait-il d'étudiants et de profs en 81 ? L'enseignement était-il aussi nul ? Pourquoi dans ce cas, gueuler à tue-tête contre le projet de Nicolas Sarkozy, qui vise à rétablir les mêmes quotas ? Économies... Économies... Revendiquer c'est un droit, oui. À condition d'exprimer sa propre opinion, et non celles imposées par les organisateurs !

Derrière Barack Obama, les Américains l'ont bien compris. En France ? C'est l'égoïsme qui l'emporte sur la raison. Plutôt que de tout mettre en œuvre pour faire montre de solidarité et retrousser les manches, non... Syndicats en tête bien entendu, (sous le joug des partis de l'opposition), tout est mis en œuvre au contraire pour endoctriner la base. En guise d'effort individuel, la contestation téléguidée du peuple, annihile tous les espoirs de parvenir à sortir de la crise. Est-il si dur de comprendre, et d'admettre surtout, que ce n'est pas en fustigeant tel ou tel dirigeant, que la sortie du tunnel sera pour bientôt ? Pourquoi ne pas faire comme aux USA (et dans d'autres pays aussi bien sûr), c'est à dire prendre le taureau par les cornes et foncer tête baissée ?

Hélas, trois fois hélas, en misant sur le sacro-saint égoïsme de tout un chacun, les magouilleurs se frottent les mains et rajoutent chaque fois un peu plus d'huile sur le feu. Ne perdons pas de vue que leur seul objectif, c'est reprendre le pouvoir. Pour continuer l'œuvre qu'ils ont du quitter ? Non merci !!! Et pourtant, la solidarité n'est pas un vain mot. Au JT de 13 h sur TF1 le 25 Mars dernier, les employés d'une entreprise ont offert de leurs jours de congés, pour permettre à un couple de rester pendant plus de deux ans auprès de leur fille atteinte d'une leucémie.

Pour se mobiliser pour des œuvres humanitaires (Sida, Téléthon etc.), là encore, le peuple sait se montrer généreux. Alors par quel miracle, baisse-t-il les bras face aux difficultés à venir pour permettre de redresser l'économie ? C'est en tout cas ce que ces manipulations cherchent à faire : déstabiliser la population pour évincer Nicolas Sarkozy ; le reste, ils s'en foutent comme de leur première liquette. Ces exemples prouvent à quel point certains médias jouent leur rôle de démolisseurs à fond. À cause de leurs « Reportages » bidons et odieusement ciblés contre Nicolas Sarkozy, les plus faibles doutent.

Quelle frange de la population est à ce point hostile au Président ? Et si, par hasard, ces mêmes médias organisaient un sondage sur leurs chaînes respectives ? À condition toutefois, que les questions posées soient, pour une fois, objectives et impartiales ; pour certains, ce serait mission impossible, je sais ! Il est tellement plus facile de parler « Au nom du peuple opprimé », qui naturellement, n'a qu'un droit c'est de la fermer.

Ce que les anciens responsables politiques n'ont jamais réussi à faire, par peur de voir baisser leur « Côte de popularité », Monsieur Sarkozy l'a entrepris sans trembler. On ne fait pas d'omelettes sans casser d'œufs, tout ne tombera pas rôti dans les assiettes. Ce qui implique tacitement, comme le peuple Américain, de faire abstraction de ses intérêts personnels au profit de la communauté. Ah bon ?... Bon courage Monsieur Sarkozy ! En guise d'abstraction des intérêts personnels, les syndicalistes les plus acharnés obéissant aux partis en déconfiture, pour ne pas dire en décomposition mentale, s'arrangent pour que ce soit le contraire qui se passe.

Après les trente-cinq heures, et la pagaille qui en a découlée, voilà que ces mêmes agioteurs réclament à tue-tête des augmentations dans tous les secteurs les plus menacés. Après les RTT, pourquoi pas la semaine de trente heures, payée deux fois le SMIG ? Ceux-là même qui argumentent avec tant de conviction de telles inepties, seraient-ils prêts à mettre la main au porte-monnaie ?... Naturellement, celles et ceux qui entendent de telles « Propositions », ne peuvent qu'émettre des doutes.

Voilà comment, à cause de tous ces débordements excessifs et partisans, la France aura bien du mal à se sortir de la crise, dont elle n'est en aucun cas responsable rappelons-le quand même ! À grands coups de messages tronqués et faussement porteurs d'espoir, les médias Français devraient essayer de faire au moins aussi bien qu'en Suisse. Car, vu de la Suisse, l'image de marque de la France en prend un sacré coup. Heureusement que les médias Romands essaient de jouer le jeu, en ne culpabilisant personne et en tentant de minimiser la crise. Un petit coucou à Monsieur Jean-Pierre PERNAUT sur TF1. Tous les autres ?... No comment ! Exemples à suivre pour les assoiffés de sensations fortes !!!

À l'instar de mes compatriotes, j'essaie d'avoir des idées. Pour preuve, les projets auxquels j'ai pensés (parmi tant d'autres), pour améliorer les problèmes de DÉNEIGEMENT ou encore limiter les dépenses d'énergie avec mon projet pour les DÉMÉNAGEMENTS. J'aimerais bien revenir en France, si l'un ou l'autre de ces projets retenait l'attention des responsables. Puisque grâce à Nicolas Sarkozy, les créations d'entreprises sont grandement facilitées, promis, j'ouvrirai la mienne !

Si ce coup de gueule vous a « Choqués », tant pis ; ou tant mieux c'est selon. Car dans mon Essai P.P.A., mes propos sont nettement plus incisifs envers tous les responsables du marasme, qui perdure depuis... au moins cinquante ans ! Politiques, banquiers, Justice, Religion, Syndicats etc... Bref l'ensemble du microcosme dominant, sans oublier nos propres faiblesses ou lâchetés, à refuser de réagir dignement !

Si d'aventure vous souhaitez connaître le fond de mes pensées sur les origines du marasme, depuis des décennies, je vous recommande vivement d'aller jeter un œil sur mon site : Essai P.P.A. et de l'acheter bien entendu ! Dans ce livre, j'essaie de démontrer par quels subterfuges, on manipule les populations en occultant le Présent au profit du Passé, pour mieux nous faire trembler sur l'Avenir ! Un fichier PDF résume une quarantaine de pages du livre, sur les 509 qu'il comporte. Le troisième chapitre est réservé à mes « Propositions » pour tenter de trouver des solutions...

°o°o°o°o°o°

© Richard Natter

ISBN 978-2-9700660-1-9

Accueil Dossiers

Accueil  /  Passion Artistique  /  Principaux Romans  /  Poésie

Souvenirs de scène  /  Poésie à la carte  /  Figuration  /  Rose d'Or 86

 

PLAN DU SITE