Les extraits de tous les livres sont à lire sur le site. En aucun cas, une autorisation de diffusion ou de copie (même partiellement), ne sera accordée à qui que ce soit © Richard Natter. Rappel : Les livres sont vendus en Français.

Synopsis

 Plus que jamais, la cigarette est à l’origine de controverses assez virulentes. Les interdictions, de plus en plus contraignantes, isolent chaque jour un peu plus les fumeurs, dans une sorte de ghetto. Sous le couvert de la santé, qui n’est à mes yeux qu’un prétexte assez grossier, se cache en vérité une réalité beaucoup moins honorifique !

À l’instar de tout ce qui permet aux dirigeants du monde entier de dominer les populations, le tabagisme et ses dérives, mettent en exergue l’unique volonté de manipuler les êtres humains. Insidieusement, les individus sont conduits là où les grands de ce monde veulent les « Isoler », c'est-à-dire au rang de parfaits moutons dociles. Plus que jamais, l’adage « Diviser pour mieux régner » est revêtu de ses plus beaux atours.

Privés de liberté, incapables de s’opposer à ces dogmes manifestes, les peuples subissent en silence les dérives sectaires. Pourquoi est-il si difficile d’arrêter de fumer ? Parce que les toxines introduites dans la fabrication du tabac, de plus en plus nombreuses et sournoises, métamorphosent les fumeurs en robots. Ne serait-il pas de bon aloi, d’en interdire l’usage ? Si la santé était véritablement le fer de lance, de ces campagnes abjectes de lutte contre le tabac, ceux qui détiennent le pouvoir, pourraient facilement imposer des contraintes aux fabricants, non ?

Les drogues contenues dans le tabac, le sont volontairement et ce, pour que les adeptes de la clope deviennent des drogués, tout simplement. La manipulation est avérée. Le côté « Humanitaire » de toutes ces interdictions, est donc aussi illusoire qu’hypocrite. Pour conforter ces manipulations flagrantes, les dangers du tabac sont astucieusement mis en évidence, par le truchement de spots publicitaires morbides. Des risques de cancers à ceux de la pollution, à grands coups de publicité, le clou est enfoncé dans l’esprit de ceux et celles qui en deviennent les seules victimes, c'est-à-dire les fumeurs.

L’accent sur la « Dépendance » et ses conséquences devient un lit motiv, qui peu à peu, s’incruste dans le subconscient des fumeurs. Au point qu’ils soient convaincus de ne pas pouvoir s’arrêter par eux-mêmes, sans l’aide de substituts. Substituts qui au demeurant, sont tout aussi inefficaces que faussement conçus pour venir en aide ! Mais il faut bien enrichir au passage, les laboratoires qui les fabriquent ! Ce qui élimine le doute quant aux manipulations dénoncées. On « Condamne » d’un côté, pour faire bonne figure (surtout en période électorale), tout en s’arrangeant pour faire en sorte d’empêcher les fumeurs de s’arrêter.

Les mannes financières, engrangées par le tabac et ses dérivés sont bien trop importantes, pour qu’un Gouvernement s’en dispense ! En culpabilisant les fumeurs, en les plaçant au rang de pestiférés, celles et ceux qui tirent les ficelles se frottent les mains. Grâce aux publicités et aux témoignages « bidons », de ces pseudo victimes du tabagisme passif, la peur du manque se grave dans l’esprit des fumeurs, au point d’annihiler tout désir d’arrêter de fumer. L’idée de dépendance, plus la crainte d’être en manque, font que les fumeurs sont condamnés à vivre dans leur prison artificielle.

Moralité, convaincus de ne pas pouvoir mettre un terme à leurs habitudes, les fumeurs se résignent et rien ni personne, ne les empêchera de fumer. Ni le prix de plus en plus prohibitif, qui au passage enrichit les Gouvernements, encore moins les interdictions, n’érigeront les barrières nécessaires, pour sortir les fumeurs de leur drogue. Contrebande, Internet, marché noir, sont autant d’astuces qui contourneront les interdits. Cela n’échappe pas aux dirigeants qui, tout en se donnant là encore bonne conscience avec des « coups de filets » spectaculaires, favorisent ces marchés parallèles.

L’idée de réaliser un court métrage pour résumer tout ceci, m’est venue en découvrant le livre écrit par Monsieur Allen Carr : « La méthode simple pour en finir avec la cigarette » ! D’après les divers témoignages recueillis, ce livre s’avère être « LA » solution pour abandonner le tabac. Les quelques pages que j’ai feuilletées (avant de m’y plonger à fond prochainement), prouvent à quel point le fumeur peut abandonner la cigarette sans le moindre risque. Allen Carr, fumeur invétéré pendant trente trois ans, a découvert le pouvoir de sa méthode après plusieurs tentatives infructueuses d’arrêter de fumer (en moyenne cinq paquets par jour) ! D’après lui, (ce qui est aisément crédible), la dépendance, autant que le risque de manque, ne sont que des leurres.

On nous dit qu’il faut des années pour que l’organisme d’un fumeur soit débarrassé de la nicotine ? Allen Carr affirme avec détermination, qu’il ne faut au contraire que quelques jours, voire trois ou quatre semaines tout au plus ! Car selon lui, les toxines qui génèrent ces formes de dépendances, ne s’incrustent pas dans le corps humain.

Elles sont là pour agir sur le cerveau et créer le besoin, donc la sensation de manque. Mais fort heureusement, toujours selon Allen Carr, aucun résidu nicotinique ne demeure dans l’organisme. Ce qui lui permet d’affirmer que l’arrêt du tabac, n’est qu’une question de volonté et de prise de conscience. Le plus dur, selon Allen Carr, avant d’envisager d’arrêter de fumer, c’est de reconnaître et admettre que le fumeur est un drogué. Puisque visiblement, la seule lecture de son livre permet d’arrêter de fumer, pourquoi les dirigeants ne l’offrent-ils pas aux fumeurs ? Cet ouvrage est traduit en quinze langues et dans chaque pays, des milliers de personnes ont vaincu le tabac. Seulement voilà il y a… un « HIC » et non des moindres ! Car si demain, tous les fumeurs écrasent leurs clopes en même temps, les milliards de dollars, d’Euros ou autres monnaies, habillement récoltés grâce au tabac, seraient difficiles à combler ! À bon entendeur…

Richard Natter.

© Richard Natter Janvier 2007

1ère Partie

***

CHAPITRE 1 :

    Le film commence avec un groupe de jeunes garçons, âgés de douze à quinze ans. Comme ils le font tous les jours, ils viennent en cachette fumer leur cigarette, à l’abri des regards indiscrets. Protégés par les arbres, qui leur offrent une protection certaine, ces gamins entrent de plein pied dans l’univers du tabac. Pour se donner une contenance, faire « comme les grands », ils occultent le danger au profit de l’apparente notoriété que leur procure la cigarette… Une voix, que l’on nommera « Conscience », tente de les mettre en garde des risques encourus. Apparaissant (en surimpression. Prise de vue studio sur fond bleu) sous les traits d’une jeune femme, elle incarne la sagesse et la lucidité.

SÉQUENCE 1 : Extérieur jour

Plan 1 : Zoom AV depuis Charles-Naine, en direction des sapins, derrière lesquels se cachent quelques jeunes gens.

Plan 2 : PE en plongée, sur ce même groupe, en train de fumer une cigarette.

Plan 3 : PR / le groupe, qui initie un jeune à fumer sa première cigarette :

            – Marc : Aller mec… Tu vas pas nous couler un bronze ?... (Il secoue son copain)

            – Xavier : T’as peur que ta mère t’engueule ?

            – Alain : Vas-y… c’est comme la baize… c’est la première fois la plus dure, après ça va tout seul !

Plan 4 : GP / le gamin qui hésite à fumer :

            – Michel : Mais c’est dégueulasse !... (Il tousse et crache)

            – Alexandre : Tu préfères le cigare peut-être ? (Éclat de rire du groupe)

Plan 5 : Apparition de La Conscience, au-dessus du groupe, qui lève la tête pour la regarder. (Invisible au tournage).

Plan 6 : PR / la Conscience :

            – Conscience : Non mon garçon… par pitié ne les écoutes pas… tu vas entrer dans un enfer d’où tu ne sortiras que difficilement… si encore tu y parviens !

Plan 7 : GP / le chef de la bande, qui s’adresse à la Conscience :

            – Marc : Non mais t’es qui toi ?... occupe-toi de tes fesses…

Plan 8 : GP / la Conscience, qui tente de le convaincre :

            – Conscience : Tu crois vraiment être un homme avec la cigarette ?... n’y a-t-il pas des moyens plus glorieux de prouver sa personnalité, sans vouloir devenir un mouton ?

Plan 9 : PR / de profil, le chef insiste auprès de son jeune ami, pour le forcer à fumer :

            – Marc : T’occupe pas d’elle mec… si tu veux être un homme, tu dois fumer ta clope jusqu’au bout…

            – Alain : Elle a raison Marc… je préfère le sport moi tu le sais…

Plan 10 : PE / La Conscience et le groupe qui trouve la situation assez cocasse. Qui est cette femme qui est apparue et qui donne ses conseils ? De qui s’occupe-t-elle ? Fou rire général moqueur vis-à-vis de la Conscience, qui persiste :

            – Conscience : Ne riez pas mes enfants… vous ne prouvez rien d’autre que votre faiblesse en voulant imiter vos aînés… êtes–vous à ce point naïfs pour vous comporter comme de vrais moutons de Panurge ?

Plan 11 : PR / contre plongée sur le chef de la bande, avec en arrière plan la Conscience. Le chef commence à perdre patience :

            – Marc : Ta gueule la sorcière… (Se tourne vers ses potes) eh les mecs… c’est Jeanne d’Arc qui revient parmi nous avec ses moutons… (Regarde à nouveau Conscience) allez… casse-toi la meuf… laisse faire les hommes ! (Éclat de rire du groupe)

Plan 12 : PR / Conscience de dos, plongée sur le chef de la bande avec à sa gauche, le gamin qui tire une seconde taffe sur la clope ; nouvelle quinte de toux ce qui irrite la Conscience :

            – Conscience : Arrête mon jeune ami… ne les écoute pas, prouve leur que toi, tu es un homme, un vrai, en refusant de fumer…

Plan 13 : PE / groupe, contre plongée depuis le bas de la bute, à travers les branches des sapins. Le chef de bande affirme son autorité :

            – Marc : Tu choisis mec… si tu veux faire partie de la bande, tu dois fumer ta clope comme tout le monde… sinon, tu vas rejoindre les pisseuses…

Plan 14 : GP / Conscience qui tristement, se contente de balancer la tête de droite à gauche en regardant la scène, impuissante.

Plan 15 : PR / le groupe depuis l’arrière de celui-ci, le chef de bande se trouve en arrière plan avec son jeune ami à sa gauche. Tout le monde lève la tête, surpris de ne plus voir Conscience :

            – Marc : C’est bien mec… t’as presque fini et tu vois, tu tousses plus… (Applaudissements du groupe)...

– Xavier : Eh les mecs… Jeanne-d’Arc a disparu… (Tout le monde lève la tête en direction de Conscience qui effectivement n’est plus là).

– Marc : Elle a pigé la vioque…

Plan 16 : PE / le groupe quittant les lieux, le chef tenant son nouvel ami par l’épaule…

***

CHAPITRE 2 :

Même lieu, même attitude, avec cette fois un groupe de jeunes filles, âgées sensiblement entre treize et quinze ans. L’approche est identique par rapport à la cigarette, mais contrairement aux garçons, quelques jeunes filles sont sensibles aux recommandations de leur « Conscience ». Ce qui permet de mettre en scène un second personnage, que l’on nommera « Diable », qui lui, va tout faire pour encourager le vice. Tandis que la Conscience prône l’intelligence, le Diable quant à lui, dénonce les tentatives d’intimidation, incarnées par les spots publicitaires encourageant l’arrêt du tabac… Apparaissant sous les traits d’un vieillard déguisé en diable, il tente de minimiser les risques du tabac, au profit du plaisir. (Apparition en surimpression comme pour Conscience).

SÉQUENCE 2 :

Plan 1 : PR / plongée ; les jeunes filles gravissant les marches des escaliers, en direction de la petite cachette sous les sapins. Ouvrant la marche, Nicole, la plus âgée du groupe :

            – Angélique : Ça fait longtemps que tu fumes Alexandra ?

            – Alexandra : Quelques mois… tu verras c’est planant comme truc…

            – Nicole : C’est aussi moins dangereux que la drogue…

            – Brigitte : Et moins cher surtout… (Éclat de rire du groupe)…

Plan 2 : PE / contre plongée depuis la petite cour ; les jeunes filles continuent de monter les escaliers. Fermant la marche, Angélique, celle qui va fumer pour le première fois :

            – Nathalie : Fais pas cette tête Angélique, on dirait que tu vas à confesse…

            – Alexandra : Lâche-la tu veux…

            – Nicole : On est arrivées… c’est mon chéri qui m’a indiqué la planque…

Plan 3 : PR / depuis la plate-forme ; les jeunes filles arrivent sur les lieux de la cachette, RdV de tous les jeunes. Après avoir regardé aux alentours, à travers les branchages, Nicole s’adresse à ses copines :

– Nicole : OK, personne à l’horizon, on ne risque rien… approchez-vous, mieux vaut rester groupées… ça va Angélique ?

            – Angélique : Oui, oui… Je ne suis pas au mieux mais… je crois que ça ira…

Plan 4 : GP / Angélique, quelque peu inquiète quand même. Pano ←← en PR sur Angélique, qui arrive à hauteur des autres filles.

Plan 5 : PE du groupe depuis l’arrière de la plate-forme ; Nicole sort son paquet de cigarettes et appelle Angélique, qui s’approche timidement :

            Nicole : Viens ma chérie… tu vas bientôt t’envoler au septième ciel !

Plan 6 : GP / Angélique, qui est assez inquiète mais confiante. En fixant le paquet de cigarettes, Angélique arrive tout près de Nicole, qui lui fait deux gros bisous :

– Nicole : Tu es chou ma chérie… Mais tu verras, tu vas vite y prendre goût, comme nous…

Plan 7 : GP / le paquet de cigarette de Nicole, qui en sort une :

            – Nicole : Voilà les bâtons magiques… tiens… prends en une…

Plan 8 : PR / Angélique, de profil, qui saisit la cigarette :

            – Angélique : Merci…

Plan 9 : PE en Pano →→→ depuis Angélique, sur les autres filles qui allument leurs cigarettes :

            – Brigitte : Bienvenue au club Angélique !

            – Nathalie : Au club des femmes libérées… (Rire du groupe sauf Angélique)

Plan 10 : P ¾, en contre plongée / le visage d’Angélique qui met la cigarette à sa bouche.

Plan 11 : PR de profil / Nicole, qui allume la cigarette d’Angélique :

            – Nicole : Surtout n’avale pas la fumée à la première bouffée…

            – Brigitte : T’es gonflée Nicole, elle s’appelle pas Monica !...

Plan 12 : GP / le visage d’Angélique qui, après avoir aspiré la première bouffée, se met à tousser fortement. Derrière elle, ses copines l’encouragent :

            – Nathalie : Respire un bon coup ma chérie...

            – Alexandra : Tu peux cracher si tu veux, ne soit pas gênée… on a toute eu la même réaction la première fois…

            – Nicole : On ira boire un coup après, pour enlever l’odeur… vas-y encore ma puce…

Plan 13 : GP à PE / en contre plongée sur Conscience, qui décide d’intervenir (comme pour la séquence 1, tournage studio en surimpression, invisible à la prise de vue) :

            – Conscience : Voyons mesdemoiselles… vous n’avez pas honte ? Vous devriez montrer l’exemple en disant non à la cigarette ! Songez aux risques de cancer… de maladies pulmonaires graves… demain il sera trop tard !

Plan 14 : GP / visage médusé d’Angélique, qui lève la tête lentement en direction de Conscience :

            – Angélique : Je crois que vous avez raison madame… en plus c’est vraiment dégueulasse ce truc…

Plan 15 : GP / le visage de Nicole, perplexe et interloquée, regardant elle aussi en direction de Conscience :

            – Nicole : Qui êtes-vous… d’où sortez-vous ?... je rêve ou quoi ? Mêlez–vous de vos affaires, qui que vous soyez…

Plan 16 : PR / Conscience :

            – Conscience : Je suis votre Conscience, et ma mission est de vous mettre en garde. Le tabac n’est qu’un subterfuge, un faux ami, qui ruinera votre santé…

Plan 17 : P ¾ buste de face, / les autres filles, surprises et intriguées par cette arrivée soudaine de Conscience :

            – Angélique : Je crois qu’elle a raison… j’ai vu un reportage l’autre jour sur les poumons d’un fumeur… c’était pas beau à voir… j’ai pas envie de finir comme ça !

            – Alexandra : Euh… finalement, je crois que je vais abandonner aussi…

            – Nicole (très en colère) : Oh les filles… vous n’allez pas trembler en écoutant ces balivernes quand même ? Non mais pour qui elle se prend cette… « Conscience » !!!

            – Nathalie : Tort ou raison, moi je vais laisser tomber la clope aussi… de plus, vu le prix des paquets… je vais me ruiner si je continue !

Plan 18 : PR / Angélique, qui regarde Conscience puis sa cigarette à plusieurs reprises.

Plan 19 : GP / Conscience :

            – Conscience : Tu as raison ma grande… ton argent te permettra d’acheter des toilettes… des bijoux… t’offrir des places au cinéma… et surtout, tu épargneras ta santé, ce qui est le plus important !

Plan 20 : PR / Diable qui intervient en faveur de la cigarette (Surimpression fond bleu) :

            – Diable : N’écoutez pas ces jérémiades les filles… pensez à votre plaisir avant tout… on ne vit qu’une fois, autant en profiter, sans croire toutes les inepties qu’on vous raconte sur le tabac…

Plan 21 : PR à PE depuis le Diable en zoom AR / le groupe de filles, Conscience et Diable qui continuent de se disputer, sous les regards médusés des adolescentes :

            – Conscience : Tais-toi horrible monstre… c’est à cause des tentations que des millions de gens meurent chaque année à cause du tabac…

            – Diable : Y’en a marre de ces manipulations ignobles… tout ça pour enrichir une poignée de tocards… bientôt, l’être humain ne pourra même plus respirer sans payer… alors laissons lui un peu de liberté !

            – Conscience : Et la liberté de ceux qui ne fument pas, qu’en fais-tu ? Combien d’entre eux sont victimes de cancer, d’emphysème… à cause des fumeurs sans scrupule ?

            – Diable : Combien de cancers sont dus aux saloperies que les multinationales mettent en boîte ? Mais là, personne ne dit rien… mieux vaut massacrer les pauvres fumeurs en les isolant comme des pestiférés !

Plan 22 : PR ¾ jambes en contrechamps / les filles, dont deux d’entre elles lâchent leur cigarette qu’elles écrasent aussitôt.

Plan 23 : GP / Conscience, ravie de voir que son intervention permet au moins à deux filles de se reprendre :

            – Conscience : Bravo les enfants… mon rôle n’est pas de vous réprimander, mais de vous aider à ne pas entrer dans l’enfer du tabac…

Plan 24 : PR / Nicole et Angélique, de profil. Nicole (qui regarde Conscience), essaie de reprendre la main, en lui demandant de bien vouloir s’occuper d’une cause plus urgente, en respectant la liberté de chacun. Angélique aimerait dire quelque chose, mais Nicole lui prend la main pour l’obliger à fumer :

            – Nicole : J’t’aime bien toi le vieux machin déguisé en diable… et toi, belle Conscience, tu nous oublies… OK ! Allez ma chérie… fais un effort… tu décideras après avoir fini ta cigarette.

Plan 25 : GP / Diable, qui renforce les désirs de Nicole, en évoquant les manipulations des plus hautes instances, dans le seul but de culpabiliser les fumeurs :

            – Diable : Voilà une belle réplique jeune fille… on vous fait peur avec le cancer, mais c’est du vent !... la cigarette est sans danger… la dépendance… la maladie… c’est de la manipulation rien d’autre, dans le seul but de culpabiliser les fumeurs et les priver de liberté !

Plan 26 : PR à PE en plongée depuis le groupe, qui visiblement est divisé :

            – Nicole : Tu me fileras ton numéro de Natel Papi, je vais t’envoyer un SMS… on va bien rigoler tous les deux…

            – Angélique : Moi j’ai plus envie de rire… (Elle tousse après avoir tiré une autre bouffée)je vais être malade avec ce truc… (Elle écrase sa cigarette)…

            – Nathalie : Tu as raison… j’ai pas envie de finir dans une chaise roulante avec un masque à oxygène… (Elle écrase aussi sa cigarette).

            – Alexandra : Adieu le club… bonjour la vie ! (Elle écrase sa cigarette avec rage).

            – Nicole (qui prend Brigitte par l’épaule) : deux rescapées sur cinq… c’est pas le tabac qui fait des ravages, mais la connerie humaine !... si on en fumait une… rien que pour la plaisir ?... (Elle lève sa cigarette en direction du Diable)… à ta santé… Ô… sage vénéré au royaume des valeurs encore existantes !

Angélique, Nathalie et Alexandra abandonnent la cigarette, tandis que Nicole et Brigitte semblent ignorer les recommandations de Conscience.

Plan 27 : PR / Diable qui se frotte les mains et Conscience qui lève les bras au ciel.

***

CHAPITRE 4 :

Un peu plus tard, disons quelques années après, deux couples d’une trentaine d’années sont réunis pour une soirée amicale. Là encore, fumeurs et non fumeurs s’opposent d’une manière assez vive. Les premiers, blasés de ces campagnes abusives et discriminatoires, les seconds se complaisant dans leur rôle de victimes passives. Plus que jamais, la Conscience et le Diable rivalisent de malice en fonction des arguments énoncés. Les fumeurs défendent leur liberté, les non fumeurs arguent la potentialité des dangers auxquels ils sont exposés.

Mais au fond, qui, est en mesure d’authentifier les images de poumons soi-disant diminués par le tabac ? L’emphysème, qui n’a rien à voir avec la cigarette à proprement parler, ne servirait-il pas de support à ces campagnes d’intoxication ? De plus, et cela personne n’ose en parler, les saloperies qu’on ingurgite avec des aliments de plus en plus chimiques et dangereux, sont bien plus meurtriers que la nicotine. Bref, le déballage est total, l’enthousiasme aussi, l’arbitrage de la Conscience et du Diable en devient presque illusoire.

SÉQUENCE 4 :

Plan 01 :       Travelling AV puis PE en pano ←←← depuis la porte d’entrée jusqu’au bar. Henry et Stéphanie sont assis sur le canapé 3 places, René et Béatrice sur celui à 2 places. Stéphanie, en parfaite maîtresse de maison, propose de prendre l’apéritif :

            – Stéphanie : (debout face à ses amis) : Qu’est–ce que je peux vous offrir… Ricard… whisky… porto…

Plan 02 :       PR / les invités René et Béatrice :

            – René : Je prendrai bien un whisky… sans glace… merci !

            – Béatrice : Un petit porto pour moi, sans glace non plus…

Plan 03 :       GP / Henry :

            – Henry : Et moi un whisky aussi ma chérie s’il te plaît… avec un peu d’orange !

Plan 04 :       PE depuis la chaîne Hi–fi / Stéphanie, qui se dirige derrière le bar :

            – Stéphanie : Je n’ai plus de jus d’orange mon Poussin… je vais te mettre un peu de soda comme tu aimes…

Plan 05 :       GP / Henry, qui allume une cigarette.

Plan 06 :       PR contre–plongée / Stéphanie qui n’est pas contente :

            – Stéphanie : (rouspète en voyant son mari allumer sa cigarette) : Non mon chéri, s’il te plaît… tu ne vas pas commencer à fumer maintenant ?...

 Plan 07 :      GP / Béatrice, qui la soutient :

            – Béatrice (solidaire de Stéphanie) : Chaque fois c’est pareil… on ne pourra jamais passer une soirée sans tabac… vous êtes chiants les mecs je vous jure !

Plan 08 :       GP / René qui allume à son tour une clope, par solidarité masculine :

            – René (L’esprit taquin, allume lui aussi une cigarette) : T’as raison mon trésor… mais on n’en fume jamais deux à la fois, rassure-toi…

Plan 09 :       PR / Stéphanie qui place les bouteilles sur le bar et qui soupire :

            – Stéphanie (pas très ravie) : Non mais vous vous entraînez mutuellement et dans peu de temps, l’air sera irrespirable… comme d’habitude, Béa a raison !

Plan 10 :       GP / Béatrice qui lève les yeux et les bras au ciel :

            – Béatrice (rajoute de l’huile sur le feu) : Ouais… mais en bons égoïstes qu’ils sont ces chers fumeurs, ils se moquent bien de ceux qui subissent la fumée !... n’est-ce pas messieurs ?

Plan 11 :       PR / les deux maris qui se regardent en souriant.

Plan 12 :       PE / Stéphanie qui vient chercher les verres, en demandant à Henry de mettre un peu de musique :

            – Stéphanie : Tu veux bien mettre un peu de musique Poussin ? Ca mettra un peu d’ambiance car j’ai bien peur qu’elle ne se gâte à cause de la clope… autant prévoir…

Plan 13 :       PE / Henry, René et Béatrice (en amorce). Henry propose de mettre un CD de leur ami Michel :

            – Henry (réaliste) : Si tu ne veux pas que l’orage éclate, mieux vaut ne pas entamer le débat sur la cigarette ! Ca devient monotone vos remarques… je vais mettre un CD de Michel… vous verrez, c’est vraiment sympa ce qu’il fait !

Plan 14 :       PR en contre-plongée / Stéphanie, qui saisit les verres :

            – Stéphanie : Bonne idée… peut-être que le côté planant de sa musique vous empêchera de trop fumer !...

Plan 15 :       GP / Béatrice qui souhaite allumer les bougies :

            – Béatrice : Mieux vaut prévenir que guérir… je vais allumer les bougies pour atténuer le nuage de fumée… tu veux un coup de main Steph ?...

Plan 16 :       PR à PE (zoom AR) pano →→→ depuis le vaisselier / Stéphanie, qui place les verres sur la table basse (elle tend ensuite les bougies et l’allumeur à Béatrice) :

            – Stéphanie : Non merci, tu es gentille… tiens ma chérie… je te passe les bougies et l’allumeur… alors… (Elle se redresse et résume les commandes)deux whisky… et… deux portos…

 Plan 17 :      PE / Stéphanie, (René et Béatrice en amorce de dos). Elle va vers le bar pour prendre les bouteilles et revient à la table, pendant que Béatrice allume les bougies ; le ton est donné vis-à-vis de la cigarette :

            – Stéphanie (qui sert les boissons) : Je ne sais pas si les bougies vont suffire ma pauvre Béa… une fois de plus nous allons devoir subir les halots vaporeux de ces chères cigarettes !...

Plan 18 :       GP / Henry, qui espère éviter les hostilités :

            – Henry (agacé) : Pitié… vous n’allez pas commencer avec vos litanies !... chaque fois c’est pareil, merde à la fin !... à vous entendre, vous n’êtes que les pauvres victimes de l’égoïsme des fumeurs. Donnez-nous de quoi arrêter la clope, sans nous culpabiliser tout le temps !

Plan 19 :       GP / René qui souhaite la même chose :

            – René (calme le jeu)On se calme les enfants… en faisant un effort tous ensemble, on trouvera un terrain d’entente, sans nous crêper le chignon comme l’autre jour !

Plan 20 :       GP / Béatrice qui est prête au combat :

            – Béatrice (monte d’un ton) : À qui la faute ?... à nous peut-être ? On ne sera jamais d’accord vous le savez bien !

Plan 21 :       PE depuis le bar / Henry qui demande à René de venir près de lui, ce qui sera plus pratique pour fumer :

            – Henry (qui s’adresse à René) : Viens à côté de moi vieux frère… car j’ai peur que ta femme finisse par te bouffer une oreille…

            – René (qui tapote la cuisse de sa femme)… Mais non… elle ne mord pas… n’est-ce pas ma caille ?...

Plan 22 :       PE depuis l’entrée / le groupe. René vient s’asseoir près d’Henry ; pendant ce temps, Stéphanie prépare les amuse-gueule dans le plateau :

            – Stéphanie : Tu le mériterais bien pourtant…

            – Béatrice (irritée) : Oh que oui… si ça continue, je vais faire comme le boxeur qui a arraché l’oreille de son adversaire en la mordant…

            – René (amusé) : Heureusement que je n’ai que deux oreilles… comme ça quand tu les auras bouffées toutes les deux, je pourrai fumer sans risques…

            – Stéphanie : Et tu trouves ça drôle peut-être ? Non mais vous êtes de vrais gamins par moment tous les deux… vous savez que la fumée nous dérange et vous vous en moquez royalement !

Plan 23 :       GP / René qui s’installe à côté de son pote :

            – René (blasé) : Vous êtes vraiment casse couilles les deux… si on vous écoute, notre liberté commence où finit la vôtre ! Changez un peu de disque, ça sera plus agréable…

            – Henry (amusé) : À propos de disque, comment trouvez-vous la musique de notre ami Michel ?...

Plan 24 :       GP / la main de Stéphanie en train de verser un whisky :

            – Stéphanie : Ne change pas de conversation tu veux ?... on pourrait très bien vous retourner le compliment à propos de nos libertés !... vous ne pensez qu’à votre plaisir, sans vous soucier du mal que vous faites à votre entourage…

Plan 25 :       PE depuis la chaîne / Stéphanie, qui approche le verre à Béatrice, puis remplit un autre verre :

            – Stéphanie : Tiens ma chérie… on ne va pas se laisser embobiner n’est–ce pas ? (Elle tend ensuite le verre à René) : je propose une trêve, le temps de trinquer…

Plan 26 :       PE depuis la porte d’entrée / le groupe levant les verres pour trinquer ; aussitôt après, les attaques contre la cigarette commencent :

            – René : Le calme avant la tempête en quelque sorte ? Santé !...

            – Henry : Santé… prenons des forces, on ne sait jamais !

            – Béatrice (sournoise) : Santé… tu as raison car parti comme c’est parti, ça promet d’être animé ce soir !

            – Stéphanie : À la bonne vôtre… je vous rappelle quand même qu’il est interdit de se servir des verres comme projectiles, OK ? La dernière fois, vous m’en avez cassé deux, ça suffit !

Plan 27 :       PR en c–pl. / Stéphanie et Béatrice qui échangent un regard complice, bien décidées à en découdre avec leurs maris :

            – Béatrice (complice) : Mon cher mari les remboursera… ce sera toujours ça de moins pour ses clopes…

            – Stéphanie : Tu crois vraiment que ça suffira pour qu’il arrête de fumer ?

Plan 28 :       PR ¾ / Henry et René qui heurtent leurs verres, prêts à affronter le débat « traditionnel » sur la cigarette :

            – René (en victime effondrée) : Tu vois mon vieux ce que je subi à longueur de temps ?... (Trinque avec Henry) : à la tienne p’tit frère… à nos femmes, nos escaliers, nos chevaux… et tous ceux qui les montent !...

            – Henry : Au peu de liberté que les non fumeurs nous accorde !...

Plan 29 :       GP / Stéphanie qui la première se pose en victime :

            – Stéphanie (qui attaque) : T’es gonflé quand même ! Qui est-ce qui enfume tout le monde, même au restaurant ?... qui est-ce qui pollue l’atmosphère ? Qui est-ce qui menace la santé de ceux qui ne fument pas ?... goujat que tu es ! Et tu oses pleurnicher sur vos libertés ?

Plan 30 :       GP / Henry qui lui demande de ne pas en rajouter :

            – Henry (agacé) : N’en rajoute pas une tonne quand même ! Faut pas déconner ! Je sais que vous êtes hypnotisées par les manipulateurs débiles qui vous ont gavées de leurs inepties, mais de là à nous accuser de polluer, pas d’accord !

Plan 31 :       GP / Béatrice qui fait semblant de tousser :

            – Béatrice : En tout cas, comme désodorisant, y’a mieux que la fumée ! (Elle tousse encore, Stéphanie lui tapote délicatement le dos).

            Son mari (voix off) se moque un peu d’elle :

            – René : Faudra que tu révises la manière de tousser pour être crédible…

Plan 32 :       PE depuis le bar / le groupe, le débat est lancé et à tour de rôle, les amis échangent leur point de vue à propos de la cigarette. Les épouses se plaignent d’être les victimes passives, tandis que les maris s’opposent à cette forme de discrimination :

         Béatrice (irritée) : Et toi tu devrais réviser le manuel du parfait mari !... t’as sauté pas mal de chapitres ! C’est à cause de cette putain de clope que je tousse, tu le sais bien !

         Henry (fataliste) : Eh c’est parti mon kiki !... accrochez vos ceintures, l’avion va traverser une forte turbulence… 

         Stéphanie : Il va surtout traverser une zone enfumée ! Dommage que nous n’ayons pas les masques à oxygène pour survivre !

         René (sarcastique) : Le commandant et son équipage vous souhaitent la bienvenue, à bord du vol 00 sexe, en direction de l’île de la connerie !... nous survolons actuellement les côtes de l’imbécillité, dont la capitale « duplicité », est mondialement connue pour ses bourrages de crâne !

         Béatrice (qui monte les tours) : Tu oublies la presqu’île de l’égoïsme… connue par les seules victimes du tabagisme passif !

         Stéphanie : Vous pourrez apercevoir la beauté et le charme de cette presqu’île, sitôt que le nuage de fumée qui la recouvre se sera dissipé… si toutefois, les pollueurs acceptent d’observer une trêve, pour permettre à ses habitants de respirer librement !

         Henry (amusé) : Mais c’est qu’elles ont de l’imagination nos deux hôtesses… dommage qu’elles ne sachent pas faire preuve de plus de tolérance !

            – René (moqueur) : Ne leur en veuillez pas commandant… elles ne font que répéter la leçon qu’on leur a apprise à l’école du racisme latent !...

Plan 33 :       PE en pl. / le groupe qui poursuit le débat :

            – Béatrice (vexée) : Tu devrais mettre ta brassière de sauvetage, car ton avion est en train de couler !

            – Henry (étonné) : Ben dis donc… ça vole bas aujourd’hui !

            – Stéphanie (en rajoute une couche) : À qui la faute ?... chaque fois c’est pareil… on vous demande de faire un effort en fumant un peu moins eh ben non… il y a d’autres moyens de s’affirmer non ?

            – René : Peut-être… mais en ce qui concerne les fumeurs, nous n’avons pas besoin d’écouter toutes les conneries qu’on nous impose pour faire ou dire ce qui nous paraît juste… je parlais de racisme car à force de vouloir écraser les fumeurs comme de vulgaires mégots, la forme de rejet n’est rien d’autre que du racisme, voulu et habillement orchestré par ceux qui vous manipulent…

            – Béatrice : Je n’ai besoin de personne pour exprimer une opinion que je sache ! Les faits sont là, qui parlent d’eux-mêmes et il n’y a que les fumeurs pour en minimiser l’importance…

            – Henry : Les fumeurs existent depuis la nuit des temps, personne n’a jamais soulevé une telle polémique à leur encontre… René a raison, cela devient une forme de racisme… nous sommes conscients des risques et nous savons respecter les non fumeurs, contrairement à ce que les guignols qui sont à l’origine de ces rejets essaient d’inculquer aux crédules !

            – Stéphanie (cynique) : Pas possible… vous savez respecter les non fumeurs ?... laisse–moi rire tu veux ! Seriez–vous capables… là, maintenant… d’écraser vos clopes ?... (PLAN 34 : René écrase nerveusement sa cigarette)… En attendant la suivante n’est–ce pas ?... (Retour au PE initial)… Je veux bien admettre qu’il y a quelques excès, mais de là, à parler de racisme c’est un peu raide !

            – René (qui perd un peu pied) : Mais vous nous faites chier les nanas… rajoutez des bougies et foutez-nous la paix… (PLAN 35)… on ne va quand même pas aller fumer dans les chiottes non ?...

Plan 34 :       GP / la main de René écrasant presque nerveusement sa cigarette (le débat se poursuit en voix off)

Plan 35 :       GP / la flamme d’une bougie (poursuite du débat en voix off)

Plan 36 :       PR / les épouses :

            – Béatrice : Pourquoi pas sur le balcon ? Ce serait même bénéfique pour vous car je suis sûre que vous fumeriez déjà moins…

            – Stéphanie : Break… je vous sers un autre verre ? Les émotions donnent soif non ?... pendant ce temps vous direz moins de conneries…

Plan 37 :       GP / Henry, qui temporise un peu, redoutant de ne pas pouvoir dîner à cause d’un débat stérile :

            – Henry : Je me doutais bien que l’offre cachait une autre vanne ! Je veux bien un autre verre, merci… car j’espère que nous pourrons passer à table sans revêtir nos armures ?

Plan 38 :       GP / Stéphanie, qui prend la balle au bond en lui demandant de ne plus fumer pour gagner du temps :

            – Stéphanie (qui prend la balle au bond) : Il n’y a pas de meilleure solution que d’arrêter toi aussi ta clope mon chéri… comme René… après avoir fini l’apéro, nous passerons à table… sans armure, c’est promis…

Plan 39 :       GP / René, qui suggère à son pote de commander une pizza pour eux deux :

            – René (qui retrouve son calme) : Tu sais quoi Henry ?... je crois qu’on devrait commander une pizza, pour être sûrs de casser la croûte sans avoir l’épée de Damoclès au-dessus de la tête !

Plan 40 :       GP / Stéphanie qui ne perd pas le nord et propose à Béatrice d’aller au restaurant :

            – Stéphanie (joue le même jeu et se tourne vers Béatrice) : Eh bien nous, nous n’avons qu’à aller dans un restaurant… non fumeur cela va de soi !

Plan 41 :       PR / les deux hommes qui se regardent, visiblement pris à leur propre jeu.

Plan 42 :       PR en c–pl. / les deux femmes éclatant de rire en voyant la tête de leur mari. Stéphanie se ressaisit, mais espère que le salon ne va pas se transformer en fumoir :

            – Stéphanie (retrouve son sérieux après son éclat de rire, tout en versant un autre verre aux hommes, à genoux devant la table basse) : Mais je plaisantais bien sur… ne faites pas ces têtes !... ne fumez pas trop c’est tout ce qu’on vous demande, car après, le salon empeste la fumée pendant des jours !

Plan 43 :       PR / Henry, qui saisit le plateau et l’approche des épouses, un peu pour leur demander de cesser de gémir :

            – Henry (temporise aussi, en espérant une petite accalmie) : Servez-vous mesdames… mieux vaut avoir l’estomac bien garni en cas de nouvelle perturbation !... merci de mettre vos rancoeurs en sourdine, ce serait vachement cool !

Plan 44 :       PE depuis l’entrée, les épouses prenant un amuse-gueule, sans pour autant baisser la garde :

            – Béatrice (prend un ou deux biscuits salés) : Merci… Qui c’est qui rallume la chaudière ?... pas nous en tout cas… on le sait très bien que vous êtes intoxiqués, on ne vous changera pas ! Mais franchement, sans méchanceté, est-ce que tu penses à ton gamin Henry ?

            – Stéphanie : Il ne pense déjà pas à moi, ça m’étonnerait qu’il se fasse du souci pour Grégory ! C’est dommage en effet, car le pauvre gamin a tous les jours les habits qui puent le tabac froid…

Plan 44B :    GP/Henry :

            – Henry (qui commence sa phrase au moment ou Conscience apparaît lentement derrière lui) : C’est reparti mon kiki… la trêve aura été de courte durée ! (Surpris de voir la tête que font les deux femmes en fixant le mur au dessus de sa tête)Qu’est-ce qui se passe ?... vous en faites des tronches !

Plan 45 :       Apparition de Conscience derrière les maris. Elle abonde naturellement dans le sens des femmes, en affirmant que la fumée passive est au moins aussi destructrice que celle active des fumeurs. Les deux hommes tournent la tête et sont surpris de cette apparition soudaine :

            – Conscience : Ne vous affolez pas surtout… je ne suis là que pour vous aider à comprendre les choses, sans les exagérer… (Les deux hommes lèvent la tête et sont médusés ; Conscience conforte les propos de Stéphanie)… Stéphanie a raison, le tabac froid dégage une odeur qui s’incruste dans tous les tissus… autant qu’il tapisse l’intérieur de vos poumons messieurs…! Sans oublier ceux de vos épouses ! (PLAN 46, Conscience continue son monologue) : voix off : Est-ce si bon que cela de fumer ?

Plan 46 :       PR / les épouses, tout aussi surprises, apprécient néanmoins ce renfort soudain ; (Conscience poursuit son monologue en voix off)

Plan 47 :       Mais le Diable n’est pas loin et ne se prive pas d’intervenir :

            – Diable : Bien sûr que c’est bon de fumer… c’est tout simplement divin… magique… ne l’écoutez pas mes amis, elle radote depuis des centaines d’années…

Plan 48 :       GP / René, qui se demande quel est ce plan :

            – René (médusé par ces apparitions soudaines, regarde les femmes) : Non mais c’est quoi ce plan ?... c’est pour la caméra invisible ou quoi ?... (Il regarde le Diable, qui est juste au–dessus de sa tête)après le sermon, voilà qu’on nous encourage… (Il se pince)… ou c’est le whisky ou je rêve !...

Plan 49 :       GP / le Diable qui précise qu’il est là pour neutraliser les propos de Conscience :

            – Diable : Mais non, tu ne rêves pas mon ami… depuis quelques années, Conscience… ici présente… essaie de faire arrêter les gens de fumer et moi, je lutte contre ses propos démagogiques…

Plan 50 :       GP / Stéphanie, qui demande au Diable de ne pas jouer l’assistance technique des maris :

            – Stéphanie : Ok l’ancien… pense ce que tu veux, mais ne le dit pas trop fort ; nos époux n’ont pas besoin d’assistance technique ! J’aime bien Conscience par contre… on ne sera pas trop de trois pour obtenir gain de cause !

Plan 51 :       GP / Conscience qui la rassure :

            – Conscience (qui regarde les femmes) : Les conflits ne servent à rien, ils conduisent toujours à des excès de violence, préjudiciables à l’être humain… seul le dialogue permet la compréhension et la sagesse est son unique ambassadrice…

Plan 52 :       PR / Conscience et Diable ; ce dernier rétorque à Conscience de rester elle aussi en dehors des débats, les hommes étant assez grands pour contrer les attaques des femmes :

            – Diable (fixe Conscience) : Arrête tes salades Conscience… tu vois pas que tu les déranges non ?... je compte sur vous les mecs, pour ne pas vous laisser attendrir !

Plan 53 :       GP / Stéphanie, qui soutient Conscience au titre de la solidarité féminine :

            – Stéphanie (s’adresse au Diable) : Que faites-vous de la solidarité féminine cher monsieur ? Je trouve au contraire les propos de Conscience tout à fait stimulants et authentiques !

Plan 54 :       GP / René, qui aussitôt revendique la solidarité masculine vis–à–vis du Diable :

            – René (au Diable) : T’en fais pas Papy… on va nous aussi faire en sorte de soutenir la solidarité masculine… (Regarde les femmes)… ben oui, vous nous gonflez assez avec « l’égalité des sexes » !

Plan 55 :       PE / du groupe + Conscience et Diable, le dialogue s’intensifie, le Diable amenant sur le tapis, la mal-bouffe, aussitôt contré par Conscience qui pense que ce n’est pas une raison pour menacer la santé des non fumeurs :

            – Diable : Tu as raison… bientôt l’homme devra se soumettre à tous les caprices des femmes… la cigarette n’est qu’un début !

            – Conscience (fixe le Diable) : En poussant au vice, tu penses apporter des solutions concrètes ? Personnellement je ne condamne pas les fumeurs, que j’essaie d’aider à prendre conscience des dangers auxquels ils s’exposent…

            – Béatrice : Et auxquels ils exposent la santé des autres au passage !

            – Henry : On est en plein délire les mecs… voilà qu’on cause avec le mur !... je crois qu’il est temps de mettre un terme à ces conneries…

            – Stéphanie : Je trouve au contraire cette situation tout à fait amusante et… constructive de surcroît !

            – René : Ouais, c’est marrant ce délire… même pas besoin de se piquer pour avoir l’impression de planer !... on devrait filmer la scène, car on risque de passer pour des cons si on en cause… les salaires… les hiérarchies… le tabac bien sur… tout est devenu prétexte à des luttes intestinales, sans que rien ne soit fondé !

Plan 56 :       GP / Stéphanie, qui met en exergue la santé des fumeurs, en rappelant à son mari qu’il souffre d’emphysème et qu’il a été hospitalisé deux fois pour cela :

            – Stéphanie (un peu énervée) : Pas fondé, pas fondé… tu ne sais pas de quoi tu parles mon vieux… tu veux que je te montre les radios d’Henry avec son emphysème ? C’est peut-être pas du réel pour toi ?

Plan 57 :       GP / Henry qui lui rappelle que ses problèmes respiratoires ont été avant tout aggravés durant ces douze années de pompier professionnel.

            – Henry : Calme-toi ma chérie… tu oublies que mes problèmes respiratoires datent du temps où j’étais pompier professionnel… la fumée, les produits toxiques dans les incendies, n’ont pas contribué à améliorer ma santé !

Plan 58 :       GP / Conscience, qui en profite pour lui recommander d’arrêter de fumer pour ne pas amplifier son problème :

            – Conscience : Raison de plus pour arrêter de fumer mon jeune ami… tes poumons ne sont pas encore affectés totalement, mieux vaudrait que tu les préserves au maximum !

Plan 59 :       PE depuis le bar / le groupe (Conscience et Diable hors champ) Henry répond d’abord à Conscience :

            – Henry : Merci du conseil… je vais y songer c’est promis… dès que j’aurais arrêté de fumer !...

            – Béatrice : Autrement dit jamais !... promesses… promesses… on connaît la chanson, n’est-ce mon cher mari ?

            – René : Tu sais ce qu’il te dit ton mari ?… inutile de le préciser je pense ! Mêle-toi de tes fesses tu veux, et laisse causer un peu notre pote derrière…

            – Béatrice (agacée) : Qu’est-ce que tu peux être con quand tu t’y mets j’te jure ! On n’est pas en train de vous jugez que je sache… enfin… un peu si, quand même ! Mais c’est pour votre bien avant tout !

Plan 60 :       PE / Stéphanie, qui se lève pour aller voir si leur fils dort bien :

            – Stéphanie (qui se lève) : Excusez-moi, mais je vais aller voir si notre petit bout de chou dort bien…

Plan 61 :       GP / Béatrice qui veut venir avec elle… histoire de respirer un peu d’air moins vicié :

            – Béatrice : Attends… je viens avec toi… ça nous changera d’air !

            Bras dessus bras dessous, les deux jeunes femmes quittent le salon, laissant les maris entre les mains de Conscience.

 Plan 62 :      PR / les deux maris, qui en profitent pour en allumer une :

            – Henry (qui regarde son ami et tape dans sa main) : Si on en profitait pour en griller une en attendant le retour de ces dames ?

            – René : C’est exactement ce à quoi je pensais… (Les deux hommes allument une cigarette et en savourent la saveur).

Plan 63 :       PE / les maris + Conscience et Diable au–dessus de leur tête. Conscience essaie de les dissuader de fumer, par respect pour les femmes. Ce qui n’est pas du goût du Diable, encore moins des deux hommes :

            – Conscience : Vous n’êtes pas raisonnables messieurs… vos épouses vont être déçues une fois encore !

            – Henry : Sauf le respect que je vous dois, est-ce que vous pourriez nous lâcher un peu la grappe ?

            – René : Je dirais même plus… pourriez-vous nous foutre la paix tout simplement ?... ça commence à me gonfler sérieusement vos conneries !

            – Diable : Enfin des hommes rebelles !... bravo messieurs, vous faites honneur à la gent masculine… enfin… ce qu’il en reste !...

Plan 64 :       PE / Stéphanie et Béatrice, en train de border l’enfant qui dort à poing fermé. Elles éprouvent quand même un peu de pitié pour leurs maris, qui, pensent–elles, sont avant tout victimes du système :

            – Stéphanie (qui borde son fiston) : Il dort bien, mais j’ai toujours peur qu’il prenne froid… il n’arrête pas de remuer le pauvre chou ! (Elle remarque une larme sur la joue de son amie) : qu’est–ce qui t’arrive ma chérie ? (Elle la serre contre elle et elles s’assoient sur le bord du lit. Regards attendris, sourires affectueux, petites caresses, tout atteste de la complicité entre les deux femmes).

            – Béatrice : J’aimerais tellement avoir un enfant aussi… mais… tant que René fumera, je ne prendrai pas de risque… d’un autre côté, j’ai pitié de lui car je sais bien que cette maudite drogue est plus forte que sa volonté… qui blâmer ? Lui, ou les fabricants qui bourrent les clopes de produits toxiques pour accentuer les effets de dépendance !

            – Stéphanie (Qui prend le visage de Béa entre ses mains, avant de lui déposer un baiser sur les lèvres) : Pensons à notre soirée… là au moins, ils ne fument pas nos hommes… (Les deux femmes s’embrassent tendrement).

            Au même moment, au salon, les époux eux aussi ont visiblement envie de mettre un terme à ces querelles, préférant sans doute songer à la suite de la soirée qui se voudra complice et très sensuelle.

Plan 65 :       PR / Henry, qui sert un autre verre à son ami :

            – Henry (les deux hommes décident de leur côté de faire un petit effort pour calmer le jeu) : Elles n’ont pas tout à fait tort nos p’tites femmes… si on ne se calme pas, ça va devenir une vraie guerre des tranchées !

            – René : T’as raison mec… de toute façon, c’est chaque fois les mêmes histoires. Allez… j’écrase ma clope… jusqu’à la prochaine bien sûr ! (Henry fait de même et les deux hommes ne voient même pas disparaître Conscience et le Diable).

Plan 66 :       Jugeant que leur présence n’est plus souhaitable, Conscience et Diable s’effacent doucement et disparaissent du fond.

Plan 67 :       PE depuis la plante / les épouses qui franchissent le seuil du salon. Stéphanie rassure son mari, leur fiston dort bien :

            – Stéphanie : Bravo… je vois que vous ne fumez pas, félicitations ! Tout va bien Poussin… Greg dort à poings fermés…

Plan 68 :       PR en pano ←←← / les épouses, depuis la porte d’entrée jusqu’au canapé occupé par les jeunes femmes, qui se rassoient. Stéphanie déplore que les verres des épouses n’aient pas été remplis de nouveau :

            – Stéphanie : Sympa les mecs… vous auriez pu nous verser à boire non ?

            – Henry : Tu sais que l’alcool c’est très mauvais pour la santé Bibiche !!! (Éclat de rire général, Henry verse le porto dans le verre des épouses)…

Plan 69 :       GP / Béatrice, qui s’étonne de ne plus voir Conscience :

            – Béatrice : Mais… Conscience et son copain ne sont plus là… (Tout le monde lève la tête)c’est bizarre tout de même… je la trouvais plutôt sympa cette Conscience !

Plan 70 :       GP / René, qui prétend qu’elle est partie fumer sa cigarette, mais qu’elle ne veut pas l’admettre en public :

            – René : Elle a du aller fumer sa clope et boire un canon comme tout le monde… mais elle n’ose pas l’avouer ! (Éclat de rire)

Plan 71 :       PR / les épouses, Stéphanie donne le verre à Béatrice et les deux femmes trinquent :

            – Stéphanie (qui donne le verre à son amie) : Tiens Béa… je crois qu’on l’a bien mérité !

            – Béatrice : Oh oui alors !... après toutes ces émotions ! (Elle trinque avec Stéphanie) : tchin-tchin ma chérie…

 Plan 72 :       PE depuis l’entrée / les quatre amis. Henry propose une trêve dans cette joute oratoire en tout point puérile. Au fond, il est conscient d’être plus victime qu’autre chose à cause de la drogue des cigarettes, mais reconnaît humblement que les non fumeurs n’ont pas la vie belle. Ce qui permet de trinquer de nouveau, en détendant l’atmosphère :

            – Henry : À la vôtre mesdames… à la tienne mon pote !...

            – René : santé à tous… (Il se retourne pour voir si Conscience est là) : ben non… ils sont vraiment partis nos deux amis fantômes… c’est dingue quand même ce truc là ! (Regarde Henry) : tu m’expliqueras ce que vous avez maquillé pour ce petit spectacle…

            – Béatrice : C’était l’apparition du bien et du mal je pense… ces forces qu’on a toutes et tous en nous et qui s’opposent… de temps en temps, ça fait du bien d’être rappelés à l’ordre en y étant confrontés pour de vrai ! J’avoue que pour ma part, ça m’a vraiment fait du bien…

            – Stéphanie : Vous avez vu comme cette… Conscience était belle ? (Les hommes secouent la tête pour confirmer) : dommage qu’elle ne soit que le reflet de nos subconscients, n’est-ce pas les deux coquins ?... vous l’auriez bien invitée à notre petite soirée ?... remarquez… nous aussi, n’est-ce pas Béa ?... alors on devrait trinquer à la suite de la soirée, OK ? (PLAN 73) santé tout le monde…

Plan 73 :       GP / les quatre verres qui se heurtent au–dessus de la table

Plan 74 :       GP à PE depuis les verres / sur les amis qui retrouvent une certaine sérénité et envisagent de passer à table après l’apéro :

            – Henry : On vous promet de ne pas fumer avant la fin du repas…

            – René : Pas plus d’une cigarette à la fois, c’est juré !

            – Béatrice : Il est temps qu’on passe à table, car le whisky commence à produire son effet !

            – Stéphanie : Je préfère nettement ce climat à celui du début… (Nouvel éclat de rire).

***

CHAPITRE 7 :

En entrant dans la voiture, Henry, habitué à ce geste machinal, allume une cigarette. Assis sur le capot, le Diable jubile. Mais son plaisir est éphémère, puisque la Conscience, qui l’écarte brusquement, reprend la parole en conseillant à l’homme d’écraser sa clope. Après quelques secondes d’hésitation, Henry se plie à ce désir et jette la cigarette par la fenêtre avant de démarrer. Le Diable fulmine bien entendu, alors que la Conscience se délecte de ce geste salutaire. Discrètement, Stéphanie fait un signe du pouce à la Conscience, comme pour la remercier d’avoir jeter le doute dans l’esprit de son mari.

Le couple entre au restaurant et s’installe. Dès qu’ils sont assis, Stéphanie remarque à quel point son mari est lointain. Elle essaie au mieux pour le sortir de sa méditation, mais elle sent bien qu’Henry est presque envoûté, par l’antagonisme auquel il doit faire face. En filigrane en effet, les noms des maladies liées au tabac défilent en alternance, dans son esprit : cancer, tuberculose, problèmes pulmonaires aigus. En permanence, les images défilent avec la même intensité : oxygène, toux, gêne respiratoire à l’effort, radios, cigarettes…

De l’apéritif au dessert, Henry est toujours aussi silencieux. Conscience, qui veut venir à son secours, se fait rejeter fermement. Stéphanie lui demande de le laisser en paix quelques instants, le temps qu’il retrouve sa lucidité. Le dilemme dans lequel il se trouve impose le respect et la tranquillité. L’ambiance est loin d’être euphorique, mais Stéphanie le sait, la victoire est imminente. Car c’est la première fois qu’Henry ne fume pas entre les plats, ce qui laisse à penser qu’il est vraiment proche d’abandonner la clope. [X]

SÉQUENCE 7 :

Plan 01 :       PR / Henry et Stéphanie (Ils entrent dans leur voiture).

Plan 02 :       GP à travers le pare–brise / Henry (met sa ceinture et allume une cigarette machinalement).

Plan 03 :       GP depuis l’intérieur de la voiture / Diable (assis sur le capot de la voiture, il manifeste une joie réelle en voyant Henry fumer) :

            – Diable : bravo… enfin un homme qui ne se laisse pas manipuler !

Plan 04 :       GP / Conscience (inquiète, conseille à Henry d’écraser sa cigarette) :

            – Conscience (Son visage exprime la désolation. Elle essaie malgré tout de raisonner Henry) : loin d’être une preuve de caractère, c’est un triste aveu de faiblesse au contraire ! As–tu vraiment besoin de cette cigarette ? Est–ce qu’elle te procure un réel plaisir ? Pense à ta petite femme, qui une fois de plus, va avoir les poumons infectés par la fumée…

Plan 05 :       GP / Stéphanie (le visage tendue elle retient son souffle, redoutant la réaction de son mari).

Plan 06 :       PR à travers le pare–brise / le couple (Henry regarde sa cigarette après avoir tiré une bouffée. Après quelques secondes, il ouvre la fenêtre et jette sa cigarette).

Plan 07 :       PR depuis l’extérieur / Diable (de dos, il manifeste sa colère en gesticulant. Stéphanie adresse un regard admiratif à Henry, ponctué d’un sourire tout aussi affectueux)

Plan 08 :       GP / la clef de contact actionnée par Henry

Plan 09 :       GP depuis l’intérieur / Conscience (ravie, elle sourit largement en regardant Henry puis Stéphanie).

Plan 10 :       GP depuis l’extérieur / Stéphanie (d’un petit geste du pouce levé, elle adresse à Conscience un petit bisou, pour lui manifester son plaisir)

Plan 11 :       PE / la voiture qui prend la direction de la sortie du parking.

Plan 11 b : PR depuis l’intérieur de la voiture / Henry (de ¾ AR, qui met le ticket dans l’appareil, la barrière s’ouvre). [X]

Plan 12 :       PE / le couple qui s’approche du restaurant.

Plan 13 :       PR / le couple qui entre dans le restaurant, (Henry entre le premier et tient la porte à Stéphanie).

Plan 14 :       PR en ¾  / le serveur de face, et couple de dos (le serveur salue ses clients et leur indique une petite table au fond de la salle) :

            – Serveur : bonjour madame… monsieur, soyez les bienvenus !... votre table vous attend… si vous voulez bien me suivre !

Plan 15 :       PR / Le serveur, Henry et Stéphanie (galamment, le serveur écarte la chaise de Stéphanie pour qu’elle puisse s’asseoir) :

            – Serveur : je vous en prie chère Madame…

            – Stéphanie (s’installe en regardant le serveur) : merci beaucoup… c’est très aimable à vous…

Plan 16 :       PR / Stéphanie (prend la carte tendue par le serveur ; pano ←←← jusqu’à Henry, qui prend lui aussi la carte en remerciant le serveur) :

            – Serveur (qui tend une autre carte du menu à Henry) : je vous laisse choisir…

Plan 17 :       PR de profil / le couple (Stéphanie regarde brièvement la carte, puis son mari, plus attentive à la physionomie d’Henry qu’aux menus proposés)

Plan 18 :       GP / Henry (qui garde encore le contact avec la réalité, en annonçant que le plat du jour lui convient parfaitement) :

            – Henry : je crois que je vais me laisser tenter par le plat du jour… une fois n’est pas coutume… qu’en penses-tu ma chérie ?...

Plan 19 :       GP / Stéphanie (elle est du même avis que son mari, mais ses yeux se posent sur le paquet de cigarettes qu’Henry a posé sur la table, par habitude) :

            – Stéphanie : oui… je crois que moi aussi je vais prendre le plat du jour…

Plan 20 :       GP / le paquet de cigarettes et le briquet.

Plan 21 :       PR en c–pl. / Serveur (propose un apéritif après avoir pris note de la commande du couple et ramassé les cartes ; Stéphanie désire un porto et Henry un whisky) :

            – Serveur : merci… désirez–vous prendre un apéritif ?

            – Stéphanie (elle n’est pas habituée à prendre de l’alcool, mais elle veut sortir Henry de sa méditation) : oui… pour une fois je vais me laisser tenter… je veux bien un whisky… sans glace !

            – Henry (surpris par le choix de son épouse) : hein ?... un whisky, toi ?... (Pour toute réponse, Stéphanie bascule la tête en direction des cigarettes, qu’elle désigne d’un mouvement de tête) : après tout, c’est ton droit… pour moi aussi un whisky… mais avec de la glace et du soda…

Plan 22 :       GP / Henry qui se cale la tête sur sa main gauche (il est clair qu’il est en ce moment, déchiré par ses pensées qui le hantent. À tour de rôle, le nom des maladies défile dans son esprit) :

            – Henry (en voix off, se répète le nom des maladies) : pneumonie… bronchite… emphysème… cancer… tuberculose…

Plan 23 :       PR en c–pl. / Stéphanie (son visage exprime à la fois la pitié, un profond  sentiment d’impuissance, autant que la peur d’intervenir) :

            – Stéphanie (en voix off) : mon pauvre amour… arriveras–tu à t’en sortir ?..

Plan 24 :       PE / le serveur de dos, Henry et Stéphanie de profil (le serveur sert Stéphanie en premier, puis Henry) :

            – Serveur : à votre santé Madame…

            – Stéphanie (qui regarde son verre, pas très rassurée) : merci…

            – Serveur (servant Henry) : santé Monsieur…

            – Henry : c’est gentil… merci !... (Le serveur s’éloigne de la table)

Plan 25 :       GP / les verres qui se heurtent :

            – Henry (Voix off) : santé ma chérie…

– Stéphanie (Voix off) : tchin–tchin mon chéri…

            – Henry (toujours en voix off pendant que les verres se séparent) : tu m’étonneras toujours !

Plan 25 B :   GP alternés sur les yeux de Stéphanie puis d’Henry.

Plan 26 :       PR en pl. / Henry (il boit une gorgée avant de reposer son verre. En fermant les yeux, les images défilent : bouteille d’oxygène, quinte de toux, gêne respiratoire en montant les escaliers, radio des poumons, cigarettes…)

Plan 27 :       GP / Henry (il baisse légèrement la tête, ouvre les yeux et regarde fixement le paquet de clopes).

Plan 28 :       GP / la main d’Henry (lentement, elle s’approche du paquet de clopes, le saisit en hésitant, le repose, le reprend en le serrant très fort comme pour attester de la peur qui l’envahit, avant de le reposer et de s’en écarter).

Plan 29 :       GP / Stéphanie (la scène lui fait faire une horrible grimace, mais elle se garde bien d’intervenir. Elle voit bien que son mari est complètement égaré dans ses pensées)

Plan 30 :       PR ¾  / Serveur, Stéphanie en amorce de dos (le serveur dépose les deux assiettes de salade, puis souhaite encore bon appétit) :

            – Serveur : je vous souhaite un bon appétit messieurs dames…

            – Stéphanie (Qui regarde son verre, puis le serveur) : merci… la prochaine fois je prendrai un porto… (Elle sourit en terminant son verre).

            – Serveur (Amusé par la grimace de Stéphanie) : avec un peu d’orange c’est plus facile à boire… (Le serveur récupère les verres d’apéritif avant de partir).

Plan 31 :       PR / Conscience (discrète, elle reste sur la table en petite taille, pour ne pas attirer l’attention des autres clients. Sur la pointe des pieds, elle se hasarde à vouloir apporter une aide à Henry) :

            – Conscience (Lève les yeux vers Henry) : je vois bien que tu n’es pas très bien Henry… tu peux y arriver… tu n’as pas envie que ta Bibiche se mette à boire quand même ?...

Plan 32 :       GP / Henry (fixant la table, il envoie Conscience sur les roses. Il est clair qu’il est en pleine crise, et ne souhaite l’aide de personne) :

            – Henry (très énervé, envoie balader Conscience) : fous–moi la paix tu piges !... laisse–moi au moins manger tranquillement, en arrêtant de me culpabiliser !

Plan 33 :       GP / Stéphanie (en haussant les épaules, accompagné d’un non de la tête, elle fait comprendre d’un petit geste amical à Conscience, qu’il vaut mieux laisser Henry en paix pour le moment) !

Plan 34 :       GP / Conscience qui disparaît

Plan 35 :       PR de profil / Henry et Stéphanie (Henry prend la main de Stéphanie, et s’excuse d’être aussi agressif. Il meurt d’envie de fumer, mais quelque chose le lui interdit ; d’où cette irascibilité soudaine. Stéphanie, loin de le blâmer, l’encourage même à prendre une cigarette, car il ne doit rien précipiter en quoi que ce soit. Elle en sort une, l’allume et la donne à Henry qui accepte volontiers) :

            – Henry (qui essaie de se faire pardonner par Stéphanie, en lui prenant la main tendrement) : je te demande pardon ma chérie… mais… depuis hier je me sens vraiment le pestiféré de service… je crève d’envie de fumer, mais je me sens tellement coupable et honteux, que je n’ose pas !...

            – Stéphanie (émue, elle sourit à son mari en lui caressant le visage. Puis, décidée, elle saisit le paquet de cigarettes, en allume une qu’elle tend à Henry) : tiens mon chéri… je ne veux pas te voir souffrir ainsi… après tout, une de plus ou de moins, ça ne fait guère de différence et je refuse de provoquer cette tension en toi… (Henry tire une bouffée, qui lui procure un réel plaisir, qui n’échappe pas à Stéphanie) : avec le temps tu finiras pas arrêter si tu le veux vraiment… [X]

Plan 36 :       PR / Serveur et le couple (le repas est terminé, la table débarrassée, le serveur apporte les deux cafés. Stéphanie lui demande l’addition en même temps) :

            – Stéphanie : merci… c’était délicieux… vous m’apporterez l’addition s’il vous plaît ?

            – Serveur (qui pose la tasse de café devant Henry) : merci c’est gentil… je vous l’apporte tout de suite…

Plan 37 :       GP / Stéphanie :

            – Stéphanie (après avoir bu une gorgée de café, demande à Henry si le repas lui a convenu) : alors mon chéri… le repas t’a plu ?..

            – Henry (voix off, GP maintenu sur Stéphanie) : délicieux Bibiche… tu es adorable…

            – Stéphanie (le visage légèrement penché sur le côté, sourit tendrement à son mari) : que dirais–tu d’aller visiter le Musée d’Histoire Naturelle ?... il est génial paraît–il… à moins que tu ne préfères celui de l’horlogerie ?... ou autre chose comme tu veux mon Poussin, tu n’as qu’à choisir… pour une fois qu’on peut s’octroyer un peu de temps pour nous, ce serait bête de ne pas en profiter ?

            – Henry (GP à PR / le couple ) Dubitatif, se contente d’acquiescer en haussant les épaules) : Boff !

Plan 38 :       GP / Henry (Il se contente de hausser les épaules en guise de réponse, en écartant les mains devant lui. Galant et amoureux, il prend quand même la main de Stéphanie, sur laquelle il dépose un baiser). [X]... (La suite sur le livre)

***

Cet extrait représente ~ 40 pages, sur les 131 du scénario original (4 Séquences / 10)

© Copyright Richard Natter

Accueil Clope

ISBN  978-2-9700660-2-6

Accueil  /  Passion Artistique  /  Principaux Romans  /  Poésie

Souvenirs de scène  /  Poésie à la carte  /  Figuration  /  Rose d'Or 86

 

PLAN DU SITE