Les extraits de tous les livres sont à lire sur le site. En aucun cas, une autorisation de diffusion ou de copie (même partiellement), ne sera accordée à qui que ce soit © Richard Natter. Rappel : Les livres sont vendus en Français.

CHAPITRE TROISIÈME

« «  Oser s’affirmer, ou fermer les yeux  » »

°*°*°*°*°

Vu de l’extérieur, la France offre un visage ambigu. Depuis que j’habite en Suisse, je peux me rendre compte des mentalités qui prédominent dans mon pays natal. Durant des années, j’avais du mal à accepter ses travers et surtout, imaginer que j’étais moi aussi versatile et vindicatif quand j’y vivais. Mais les faits sont là et progressivement, j’ai pu me rendre à l’évidence. Tout n’est pas négatif certes, mais globalement, le Français moyen n’est pas aussi déterminé qu’il veut bien le laisser paraître.

Je dirais même qu’il est plus enclin à la soumission qu’à l’ambition. L’élection de Hollande en est la preuve. Loin de se méfier des magouilles et des manipulations dont il est victime, le Français se détourne des réalités en manifestant son mécontentement, sans apporter la plus petite solution. Les copains ont dit ça ? Alors je dis la même chose. Ils ont voté pour Hollande ? Alors la photocopieuse se met en route et voilà comment on gère le pays, dans l’allégorie et la duplicité.

Sans clamer haut et fort que j’ai honte d’être Français depuis le 6 Mai 2012 essentiellement, je suis dubitatif quant aux chances de voir la France se relever de cet échec. « Indignez-vous » disait Hessel ! Ah bon… Parce qu’il était persuadé de se positionner en leader sur le plan des revendications ? Sans le raz-de-marée médiatique orchestré par Hollande et ses comparses un tel pamphlet ne serait jamais sorti. Le but était avant tout, de massacrer Sarkozy il ne faut pas le perdre de vue. Finalement, loin d’être le « Héros » du vingt-et-unième siècle, l’auteur ne fut qu’un bouc émissaire au service de la gauche. S’il avait été de droite, jamais il n’aurait été publié ; ça me rappelle quelqu’un. Je dis ça comme ça ! ;-)) Non, je ne suis pas jaloux du tout. La notoriété tronquée très peu pour moi. Quoi qu’il en soit, les médias une fois de plus, on fait montre d’une partialité absolue et démagogique à l’égard de Hollande.

Comme le précise l’adage : « C’est pas quand on a chié dans le pantalon qu’il faut serrer les fesses », il conviendrait de reprendre ses esprits. Loin de chercher à provoquer l’indignation de mes compatriotes, j’essaie humblement de traduire mon for intérieur. Chacun en son âme et conscience, est à même de se forger une opinion. Il faudrait pour cela, accepter de couper le cordon des endoctrinements idéologiques et partisans, et regarder les choses en face.

D’autant plus quand l’issue d’une bataille, fut-elle sportive ou politique, est manifestement truquée. Ce n’est pas Hollande qui a gagné, mais bien Nicolas Sarkozy qui a été battu. Vous pensez que c’est du pareil au même ? Je m’explique. Sur un ring de boxe, il n’y a que deux adversaires. C’est le plus fort qui l’emporte. Lors de la dernière Présidentielle, Sarkozy était seul contre toute la clique de gauche, plus le FN et le front de gauche. Le combat était-il loyal ?

Malgré tout, l’écart entre le Président sortant et Hollande a été pour le moins ténu. Tous les médias, après une campagne de dénigrement et de dédain contre Nicolas Sarkozy, claironnaient prématurément Hollande vainqueur au premier tour. Pour eux, compte tenu des sondages qu’ils avaient eux-mêmes sortis, la victoire de Hollande dès le premier tour était acquise. Maître corbeau ne se sentait plus. Lui aussi se voyait déjà président. J’imagine la tronche qu’ils ont du faire au terme du second tout ! Et le peuple dans tout ça ? C’est sur ce point précisément que je mets l’accent maintenant. Qu’en pensent les Français ? Ont-ils la possibilité de manifester leurs opinions ? Non, bien entendu. En dehors des sondages aussi farfelus qu’orientés, la base n’a aucun pouvoir de se manifester. Même sur la plupart des réseaux sociaux, les avis sont partagés. L’engouement pour Hollande s’estompe et nul ne veut en approfondir les raisons. La victoire du PS a désormais un goût amer pour les vrais militants. Le vent est en train de tourner, mais personne ne veut relever le défi. Et pourtant les solutions sont à portée de main. Je prends un exemple tout bête, Windows 8. À grands renforts de pub, Microsoft depuis le lancement de ce logiciel, cherche à imposer son nouveau produit.

Selon mes dernières informations, voilà Windows 8 sur le point d’être arrêté et retiré du marché. Pourquoi ? Le produit est-il nul à ce point ? Je ne pense pas. Simplement, les Internautes du monde entier lui préfèrent Windows 7. Moralité, en dépit des écrans publicitaires massifs, au final c’est l’Internaute qui a pris sa décision en rejetant le nouveau produit. N’est-ce pas là, au-delà de tout esprit partisan, la preuve du potentiel dont le peuple dispose ?

Que ce soit pour l’Europe ou pour toute autre décision politique, il serait bon que celles et ceux qui disposent du seul vrai pouvoir, l’utilisent à bon escient. Si je me permets une petite métaphore, je compare les candidats aux chevaux de course. Les jeux sont-ils dictés par les médias ? Bien sûr que non. Ce sont les joueurs eux-mêmes qui parient sur leurs favoris. En fonction de leurs propres connaissances avant tout, mais aussi des résultats obtenus par leur cheval préféré.

Pourquoi, alors que les électeurs en ont la possibilité, tous les résultats sont fanatisés ? La valeur intrinsèque de chaque élu est réduite à néant. L’influence des médias est telle qu’au moment de voter, les Français massivement sont guidés sur un choix dont ils ne voulaient peut-être pas. L’incidence d’une manipulation avérée est indiscutable. Les effets subliminaux, largement usités, produisent leurs effets. Le citoyen devient un robot, obéissant aux ordres de la gauche. C’est là précisément, que je m’insurge avec véhémence.

Le manque de volonté d’une part, l’absence de motivation de l’autre, le tout enveloppé d’un dégoût prononcé pour la politique, tels sont les ingrédients pour annihiler les idées et métamorphoser un être humain en marionnette. Le 6 Mai 2012 est donc à mes yeux, devenu le symbole de la décadence. Certains amis Suisses ne manquent pas d’ironiser en parlant des Français. Pour eux, ce sont « Des grandes gueules avec un petit zizi » ! Je prends ça à la rigolade, mais secrètement, mon honneur en prend un coup. J’en arrive aux médias. J’ai développé assez fortement mes pensées à leur sujet dans les chapitres précédents. Je souhaite ici, approfondir mes idées. Qu’une majorité de prétendus journalistes soit de gauche, cela ne me dérange en aucune manière. Chacun a le droit d’exprimer son opinion. Par contre, l’emprise que les médias prennent jour après jour sur les citoyens, là, je tire à boulets rouges.

Les politiques, toutes tendances confondues, les utilisent à leur convenance. Sondages par-ci, interviews par-là, la presse écrite ou parlée s’en donne à cœur joie. Le drame, c’est que de nos jours, les médias sont intouchables. Ils ont acquis une telle puissance, que nul ne peut s’arroger le droit de les réduire au silence. L’impartialité, est un mot banni de leur vocabulaire. Leur mission est désormais limpide : Tout mettre en œuvre pour anéantir la droite. Si demain une certaine équité devenait réalité, même sans rien changer, les choses évolueraient dans le bon sens.

J’ai suivi pendant de longues années, les « Débats politiques » sur à peu près toutes les chaînes Françaises. À force d’enregistrer ces scènes de théâtre, je me suis lassé. On tourne en rond sans apporter de solutions, encore moins de clarté dans les débats, à charge naturellement contre la droite. Je tire un coup de chapeau au passage, à tous les intervenants de l’UMP qui, durant cette campagne odieuse, ont affronté avec dignité les hordes sauvages qui leur étaient opposées. Pour tenter de comprendre ce qui se disait, il fallait être sacrément doué. Le brouhaha ambiant rendait caduque l’envie d’écouter.

Des manifestations de haine, des vociférations cruelles et débiles fusaient dans la bouche (je reste poli et courtois), de chaque « Défenseur » de Hollande. Quant aux « Animateurs » de ces soirées burlesques, ils rajoutaient de l’huile sur le feu pour relancer les quolibets et les invectives. Dans les journaux télévisés, c’était le même abrutissement en faveur de Hollande. Les journaleux se faisaient un malin plaisir à massacrer Nicolas Sarkozy. Tous les intervenants de droite, sans distinction, ne pouvaient même pas répondre aux questions qui leur étaient posées. Systématiquement, on leur coupait la parole. Je le reconnais, je suis « Un peu » en boule. Un peu seulement car au-delà, je serais grossier et ce n’est pas le but. Je souhaite avec ces quelques exemples, prouver que le Français échappe à son propre jugement. Encore une fois, je respecte les opinions qui sont différentes des miennes. Qu’elles soient politiques ou religieuses, je ne discrimine pas mes semblables. J’adore écouter, m’informer par moi-même, sans que l’on me prenne par la main comme si j’étais un gamin.

C’est en cela que je cherche les solutions pour sortir de cette forme de léthargie, qui enveloppe le pays dans une nébulosité totale. Non pas en « S’indignant » comme le préconisait Hessel, mais en s’affirmant tout simplement. Inutile de prendre les armes pour se faire respecter. Prendre les vessies pour des lanternes, c’est donner à ceux qui sont dans l’erreur un poids et une dimension totalement injustifiés. Je parle d’erreur, dès lors que la France est en danger. Non parce qu’elle est dirigée depuis Mai 2012 par la gauche, mais bien parce que ceux qui gouvernent ont opté pour la démolition pure et simple. « Moi d’abord les autres après », cette formule est obsolète et dangereuse.

Si j’insiste autant sur les médias, c’est qu’ils ont atteint leurs limites. Être plus manipulateurs, ce serait difficile. À nous de leur prouver que l’on peut vivre en dehors des ornières dans lesquelles ils nous conduisent. Plus ça va, plus les émissions du style télé-réalité pullulent. Pourquoi de telles inepties ? Parce que globalement, les téléspectateurs s’enfoncent dans les pièges de ces débilités. « Votez pour elle ou pour lui »… Quand est-ce que les Français comprendront que les votes ne servent à rien d’autre qu’enrichir les chaînes ? Avant même de commencer l’émission, le gagnant est déjà désigné ; en secret bien entendu. C’est un peu le même principe qu’une rencontre de catch, où le vainqueur est connu d’avance. Sauf que pour ce sport, les prouesses qui sont réalisées sont authentiques et spectaculaires. De quelles prouesses les guignols de la télé-réalité font-ils preuve ?

En dehors d’afficher leurs coefficients intellectuels voisins de zéro et de montrer leurs fesses devant les caméras, je ne vois vraiment pas ce que de telles niaiseries apportent. Quant aux soi-disant « Sondages » sur les audiences, ils sont tronqués. Il n’y a qu’à voir sur les réseaux sociaux les critiques acerbes, qui sont quotidiennement envoyées. Sincèrement, j’ai mal pour celles et ceux qui se prennent au jeu des appels téléphoniques. Plus que n’importe où ailleurs, il conviendrait de réagir.

Si du jour au lendemain, les appels étaient réduits de moitié, « L’éclat » de ces idioties s’estomperait. Quant aux participants eux-mêmes, dont les trois quarts sont des laissés pour compte, que deviennent-ils après leur « Prestation » ? Ils retombent dans l’oubli avec assez souvent, des conséquences psychologiques dramatiques. Mais ça les « Organisateurs » s’en balancent. Incapables de produire des émissions dignes de ce nom, ils s’enfoncent dans les sables mouvants de la médiocrité.

Pour passer à la télé, les gens seraient prêts à se faire sodomiser par un éléphant. On le remarque dans les jeux qui à longueur de temps, cultivent avec sadisme cet état de fait. Les producteurs le savent bien et quoi que ce soit qu’ils proposent, ils misent avant tout sur la connerie des gens qui sont accrocs aux caméras. Les « Animateurs », le contenu des jeux, ils s’en moquent éperdument. Il suffit pour s’en convaincre, de voir les spectateurs derrière celui ou celle qui anime, pour en être convaincu. Certains ont les yeux rivés sur les caméras, sans négliger les effets produits par quelques minettes en chaleur.

Difficile dans ce cas, de faire mieux en matière de dépendance. Il reste l’appât du gain, qui chapote ces émissions soi-disant « Culte » ! Pour endiguer ce phénomène de voyeurisme, le public ne devrait plus être filmé, comme dans Question pour un Champion. D’accord on le sait, le présentateur est en plein délire quand il annonce des centaines de personnes dans la salle. En comptant le personnel de nettoyage et les techniciens sans doute. Concernant les émissions sur France2, entre 11 h 30 et 13 h, il y a autre chose à dire. Les jeux en eux-mêmes sont assez bien réalisés et divertissants. Par contre, ce qui l’est beaucoup moins et même insoutenable, ce sont les guignols qui les animent. Dans le genre, je n’ai jamais rien trouvé de plus nul. Les deux gugus aux commandes, s’en donnent à cœur joie dans leur frénésie du sensationnel. Depuis des années que nous regardons la télé à ces heures de grande écoute, pas une seule fois, les présentateurs ne se sont montrés dignes.

 Entre les « Insinuations perverses » et les prises de parole abusives, on a envie de changer de chaîne. J’en parle avec plus de détail dans mon Dossier Brûlant : « Purin médiatique ». Hélas ailleurs ce n’est pas la panacée non plus. En attendant, pour nous qui sommes en Suisse, il devient miraculeux de pouvoir suivre le télé-journal de 12 h 45 sur la RTS, par suite des débordements intempestifs et quotidiens du jeu de France2. Que l’animateur se moque des joueurs, des spectateurs et des téléspectateurs en France, c’est une chose. Qu’il impose sa médiocrité aux pays limitrophes, cela devient du mépris total.

Le constat qu’il nous est possible de dresser, c’est la pauvreté de la programmation en général. Entre les « Séries » vues et revues qui repassent en boucle d’une chaîne à l’autre, et les navets qui sont intercalés, il y a de quoi frôler un infarctus. Entre les émissions « Spéciales artistes », ou pire, les « Tubes » de celles et ceux qui sont incapables de créer et qui reprennent les répertoires de grandes stars de la chanson Française, il y a de quoi vomir. Je ne veux parler que d’Edith Piaf, sans avoir besoin de nommer celles et ceux qui se font du fric sur son nom. Non seulement le talent est absent, mais le plus dramatique, c’est de constater l’engouement qu’ils suscitent. La télé-réalité d’un côté, qui insidieusement envahit toutes les chaînes, l’absence de créativité de l’autre, il y a de quoi se poser des questions sur l’avenir de l’audiovisuel en France. Mais bon, cela paraît convenir aux Français qui acceptent sans broncher.

Globalement, sans être de Marseille pour autant, je dirais que toutes ces guignolades occupent largement plus de cinquante pour cents de l’espace public et privé à la télé. Pourquoi est-ce que les Français se laissent-ils bouffer de la sorte sans réagir ? Ce n’est pas difficile pourtant, de refuser de payer sa redevance par exemple. Puisque seul le fric importe aux yeux de l’ensemble des sociétés de productions, si du jour au lendemain les chaînes sont privées de cette manne financière, peut-être bien que les choses changeraient. Mais là comme pour beaucoup d’autres éléments de vie, c’est le statu-quo. Chacun chez soi, bien campé dans son mutisme et son égoïsme, nul ne s’attache au ressenti des autres téléspectateurs. C’est ce que j’essaie de démontrer à travers des exemples flagrants. « Oser s’affirmer ou fermer les yeux », on est en plein dans le sujet.

J’en arrive à la publicité ! Mon Dieu. J’ai déjà peur de ce que je vais écrire ;-)) Toutes chaînes Françaises confondues, les spots publicitaires occupent environ entre quinze et vingt minutes par heure ; rien que ça ! Montre en main, je suis dans le vrai. Mais ils sont filous les producteurs. Ils s’arrangent pour faire chevaucher les pots d’une heure sur l’autre. Pour être en conformité avec le CSA qui avait jadis imposé un maximum de sept minutes de publicité par heure.

Sur ce point, sans compter sur la pub Suisse hélas, ce serait presque légal. Mais en chevauchant sur les tranches horaires, on en revient aux quinze à vingt minutes. Au-delà de l’arnaque pure et simple, reste le contenu de ces « Spots miraculeux ». Plus ridicule que cela ça n’existe pas. Les créateurs en manque d’inspiration flagrante, rivalisent de fadaises. Plus les jours passent, plus les publicités indisposent les téléspectateurs. Outre le fait de payer pour regarder la télé, on enrichit outrageusement les arnaqueurs. Je parlais des pubs en Suisse. Là, ce n’est plus de l’arnaque mais du piratage pur et simple. En effet, les publicistes se servent du logo de TF1 et de M6 qu’ils ont bidouillés, pour faire passer la pilule.

Dès les premiers clips, fort heureusement, on voit très vite la nullité qui crève les écrans. Toutes les chaînes Françaises, sont envahies pas la publicité Suisse. Si ça continue comme cela, on aura droit bientôt à quelques minutes de films qui viendront « Interrompre » le programme publicitaire. Il ne faut pas négliger non plus, le fait de « L’anglofolie » qui devient un fléau, en Suisse plus encore. La plupart des spots, sans doute pour se démarquer des concurrents, s’ingénient à utiliser la langue Anglaise. Au début sous-titré, désormais c’est carrément dans la langue de Shakespeare qu’ils sont diffusés.

Je pense en écrivant ce passage, à celle pour un opérateur Français, « Orange » pour ne pas le nommer. Celui qui récite son texte, s’arrache la gueule pour narrer sa partition avec un accent merdique à couper au couteau. Non seulement c’est indécent, mais je pense aux malvoyants qui suivent les programmes. Dans ce cas, pourquoi proposer des émissions en audio description ? Sans doute pour faire bien naturellement. En attendant, même si l’on parle Anglais, restons Français que Diable ! Je reconnais qu’en Suisse, c’est franchement comique d’entendre les pubs en Anglais. Non contents d’être incapables de proposer de vraies créations, les publicistes Suisses reprennent majoritairement les spots Français, en y ajoutant leurs commentaires. À mourir de rire.

Le phénomène n’est pas prêt de s’arrêter j’en ai bien peur. Car depuis que le CSA est passé entre les mains de la gauche, inutile d’espérer une diminution de la pub. Je dirais même que dans ce domaine, après tant d’autres, Hollande se fait un malin plaisir à détruire ce que Nicolas Sarkozy avait imposé aux cinq chaînes publiques. D’ici peu j’en ai bien peur, la publicité va de nouveau envahir ces chaînes. Bien qu’elles ne se privent pas d’ores et déjà d’implanter subtilement des spots de plus en plus nombreux. Après vingt heures, oui je sais, c’est notre pote Canteloup sur TF1 ; pour combien de temps encore ? Quant aux chaînes publiques, elles ne font plus officiellement de publicité mais elles parlent « D’annonces ». Expliquez-moi la différence. D’une semaine sur l’autre, toujours après vingt heures, les programmes à venir sont « Proposés » par telle ou telle marque de produit. Ils sont malins ces requins.

Puisque le CSA est dans l’obligation de satisfaire aux ordres qui lui sont donnés, il reste encore la possibilité de demander une médiation auprès de la Cour Européenne. Où commence notre liberté ? Peut-on subir des années encore ces matraquages et ces arnaques indécentes ? Car en plus des désagréments engrangés, on est en droit de se poser la question de savoir à quoi sert le fric ainsi gagné. Pour les productions ? Ah bon… Faites-moi signe quand l’une d’entre elles viendra « Éblouir » nos écrans. Et dire que je croyais, comme des millions d’autres naïfs, que les chaînes publiques s’étaient engagées à offrir davantage de créations.

En dehors de la pub, qui rapporte un max, je cherche encore les films produits par lesdites chaînes. Je parle de films bien entendu ; pas de navets à deux balles. Sans négliger un autre aspect tout aussi abject de la pub. Suivant la chaîne et l’émission, les unes peuvent tout se permettre et les autres sont bridées. Je pense en écrivant ceci, à l’une des émissions digne de respect sur TF1 (Ben oui, ça arrive), je veux parler de « Tous Ensemble ».

Pourquoi le CSA contraint la chaîne à masquer les noms des entreprises, qui apportent leur soutien à Marc-Emmanuel et à son équipe ? Par contre sur les jeux des chaînes publiques, qui n’ont rien d’humanitaires, on n’hésite pas à publier clairement le nom des annonceurs. Que les gagnants remportent un voyage ou un ensemble immobilier, en quoi est-ce indispensable de faire référence au donateur ? Oui bien sûr, va-t-on me rétorquer, ces derniers risquent de ne plus être aussi généreux. Le sont-ils en tant qu’annonceurs ? Ils devraient être dans l’obligation de faire au moins un spot par semaine, pour bénéficier de l’écran publicitaire gratuit lors de ces émissions. De fait, il suffirait de donner de l’argent, comme avec le jeu « Questions pour un Champion ». À qui profite le crime, la question mériterait d’être posée. Il y aura toujours une poignée de charognards pour se remplir les poches ! (Suite sur le livre)

NOTES : Mon vœu le plus cher en écrivant ces lignes, c’est que la France recouvre sa dignité. De gauche ou de droite peu importe, mais il est grand temps qu’enfin la politique arrête de jeter le discrédit sur les peuples qu’elle est censée soutenir. Des riches et des pauvres hélas, il y en aura tout le temps, c’est immuable. Depuis la nuit des temps il en est ainsi. Tant que le fric sera l’unique objectif des dirigeants et des grands patrons, au détriment des valeurs humaines, rien ne pourra fonctionner. Les grèves, les manifestations et autres caricatures d’opposition aux différents régimes, ne sont que des leurres. À qui profitent tous ces crimes ? C’est finalement la question que je pose dans mon Essai. Si vous avez la réponse, merci de me la transmettre !!!

 

Cet extrait représente environ 10 pages, sur les 50 du chapitre original

© Copyright Richard Natter

Chapitre 1  /  Chapitre 2  /  Chapitre 3

Accueil 6 Mai

ISBN : 978-2-9700809-1-6

Accueil  /  Passion Artistique  /  Principaux Romans  /  Poésie

Souvenirs de scène  /  Poésie à la carte  /  Figuration  /  Rose d'Or 86

 

PLAN DU SITE