Les extraits de tous les livres sont à lire sur le site. En aucun cas, une autorisation de diffusion ou de copie (même partiellement), ne sera accordée à qui que ce soit © Richard Natter. Rappel : Les livres sont vendus en Français.

CHAPITRE SECOND

« « Parodie Européenne » »

°*°*°*°*°

Je parle de parodie effectivement, de par l’opacité de ladite Union. Combien de citoyens aujourd’hui, sont en mesure de parler de l’Europe sans éprouver quelques difficultés ? Quels sont les pays membres ? Qui partage la monnaie unique ? Y a-t-il un gouvernement Européen ? Trop de lacunes, trop de mystères, entourent cette Europe tant décriée. Les médias, encore eux, se font une joie d’annoncer tout et son contraire pour noyer le poisson. Pas assez de foutre la merde en France, ils s’octroient des pouvoirs insensés et manipulent les millions d’âmes, qui sont perdues dans ce dédale politicien.

Comme j’ai eu l’occasion de le dénoncer dans plusieurs de mes Dossiers Brûlants sur mon site dynavie.com, rien n’est fait pour harmoniser la vie des peuples. À ses débuts, l’Europe était composée de six pays : France, Allemagne, Luxembourg, Italie, Pays-Bas, Belgique. Aujourd’hui 27 Nations contribuent à cet effort commun. Hélas, pour le quidam, où va s’arrêter cette progression ? Lequel parmi les dirigeants Européens, a songé un jour aux difficultés de la langue ? La monnaie unique c’est bien, mais se comprendre c’est mieux ! La suppression des frontières ne supplantera jamais, les lacunes linguistiques. Oui mais voilà, peut-on envisager d’instaurer un langage commun ?

Selon toute vraisemblance, l’Europe n’offre guère de place aux citoyens moyens. Que l’on soit ouvrier en Allemagne, en France ou dans n’importe quel autre pays de l’Union, le mutisme est le même quant à l’opportunité d’exprimer un point de vue. Il n’y a que la finance qui soit en exergue. Les magouilles sur ce plan sont quintuplées, par rapport à celles en vigueur dans chaque pays. Plus on augmente la densité humaine, plus les risques de dérapages sont proportionnels au nombre d’habitants. Et moins naturellement, les peuples se sentent concernés. Crise économique mondiale oblige, chacun tire la couverture à soi pour protéger ce qui peut encore l’être. C’est le sauve-qui-peut général et à ce petit jeu, d’ici quelques années l’Europe aura vécu.

Avant d’envisager une construction pleine et entière, pourquoi ne pas évincer les dérives qui perturbent l’harmonie ? Trop de divergences et de règles discordantes d’un pays à l’autre. Tout confier aux seules décisions de Bruxelles, équivaut à prendre la mer sur un bateau percé. D’autant que la France est depuis déjà quelques années, dans le collimateur des députés Européens. Ils imposent à la France des quotas débiles, que ce soit pour le lait, la pêche ou Dieu sait quoi encore. Un exemple concret pour étayer mes propos : les cigarettes ! Pourquoi l’Europe n’impose pas un tarif unique pour chaque paquet de clopes ? Payer 6 Euros en France et 4 Euros en Belgique ou en Espagne, est-ce logique ? Pendant ce temps, les débits de tabac frontaliers à ces pays sont en train de péricliter. Plus de cinq ou six cents fermetures de commerces rien que dans le Nord-est du pays.

Hollande en rajoute une couche en limitant le nombre de cartouches par voiture, passant à dix au maximum. Et dire qu’il voulait mettre l’Europe à ses pieds ! Foutaise. Pour l’instant, en bon caméléon qu’il est, il se fait tout petit dans ses godasses et amplifie la déprime avec ses décisions farfelues. Que les très chers « Partenaires » s’ingénient à détruire la France, cela peut se comprendre ; sans toutefois être admissible. Mais qu’un chef d’État se mette à plat ventre pour se faire bien voir (tu parles), des autres dirigeants, je trouve cela minable. Lequel des autres responsables de cette mascarade, s’est penché sur le problème crucial des rémunérations ?

Les disparités entre Nations sont tout simplement déconcertantes. N’y aurait-il pas de solutions pour amoindrir les écarts entre les salaires ? La crise a bon dos ! Un ouvrier en France est payé admettons 15 Euros de l’heure. Le même ouvrier, à compétences égales, est payé au minimum deux fois moins cher en Roumanie, en Espagne ou en Pologne. Que fait l’Europe pour rétablir une harmonie à ce niveau ? Oui je sais, on va me rétorquer que tous les pays sont indépendants et gèrent leurs affaires internes. Quand on voit comment la France est manipulée, l’on est en droit de se poser quelques questions. Ce n’est plus de l’ingérence de la part de l’Union, c’est tout simplement un massacre, pour avoir la main mise sur l’une des Nations les plus puissantes d’Europe. Voilà ce qui fait que la France est montrée du doigt et mise au rencard en permanence.

Pour approfondir davantage mes rancœurs, j’aborde à présent l’un des aspects fondamentaux. La différence entre « Membre de la zone Euro et de l’Union ». Actuellement, l’Europe se compose de 27 Pays ; bientôt 28 en 2013 avec l’entrée de la Croatie en Juillet prochain. Par contre, seulement 17 Pays adhèrent à la zone Euro ! C’est là qu’il conviendrait de se montrer ferme. Tu veux adhérer à l’Union Européenne ? Tu acceptes d’en partager la monnaie unique ou tu dégages ! De plus, afin d’éviter les aléas financiers comme ceux de la Grèce, avant d’accepter un nouveau membre, il conviendrait d’éplucher les comptes sérieusement. Et non pas se contenter des « Bilans » fournis par ledit pays, dans le seul but d’obtenir les prêts inhérents à l’adhésion. En quelque sorte, il serait de bon aloi que chaque postulant montre patte blanche. Mais ça… Faut pas rêver !

Le chômage, autre pierre d’achoppement, augmente d’une manière dramatique. Là encore, avant d’accepter un nouveau pays, il faudrait que des mesures de stabilisation économique soient appropriées. Ce qui actuellement, est l’inverse produit par la France ! Qui dit Union, sous-entend Solidarité. Quelle est-elle cette soi-disant solidarité ? Tous les dirigeants Européens n’ont qu’une idée en tête, se remplir les poches. En guise « D’Ode à la Joie de Beethoven », qui est l’hymne officiel de l’Europe, ils auraient mieux fait de choisir une oraison funèbre. Pourquoi est-ce que je dis ça ? Une fois encore je me suis renseigné sur un site très intéressant : Politiquemania.com et là, effaré, scandalisé, j’ai pu découvrir en gros le salaire moyen d’un député Européen. Ainsi, en indemnité de base, il touche 7 927 euros. Auxquels il convient d’ajouter les frais généraux, compensés à hauteur de 4 300 euros. Et ce n’est pas tout. Une indemnité journalière pour chaque jour de présence est fixée à 304 euros… Les déplacements sont remboursés sur justificatifs… Quand j’écris que ces chers députés ne courent qu’après le fric, en voilà la preuve !

De plus, après cinq années de mandat, ceux qui ont cotisé à un fond de pension, bénéficient d’une « Petite » retraite de 1 400 euros par mois. Après deux mandats, la retraite passe à 2 500 euros par mois. Le site précise bien que ces chiffres datent de 2009. Car depuis, le Parlement Européen ne les communique plus ; comme c’est bizarre… Je parle de solidarité et j’en arrive aux calculs fondamentaux. En prenant pour base les seules indemnités, soit 7 900 + 4 300 = 12 200 euros par mois et par député ! Si l’on tient compte du nombre de députés au Parlement Européen, soit 754 (source Wikipédia), cela fait quand même, excusez du peu, la bagatelle de près de 9 millions d’euros mensuels de « Salaire ». Je ne perds pas de vue les retraites ni les frais de déplacements !

Je ne néglige pas encore moins, les indemnités perçues par ces mêmes députés, en France. Sur ce point, il est nécessaire d’apporter quelques chiffres relatifs aux salaires de nos chers députés Français (Source Wikipédia). Alors voyons cela de plus près. L’appointement mensuel d’un député est de 7 100.15 euros, qui comprend l’indemnité de base, l’indemnité de résidence et l’indemnité de fonction. En cas de cumul de mandat (Maire, Conseil Général etc.), la rémunération mensuelle passe à 9 857.49 euros. À ces sommes, il convient d’ajouter l’indemnité représentative de frais de représentation, pour arriver à la coquette somme de 13 512.15 euros de salaire.

Que l’on me dise en face, qu’il n’y a pas que le fric qui intéresse ces hommes (et femmes) politiques, là je crois bien que je pèterai un câble. Je continue sur ma lancée en cumulant les deux salaires pour les députés qui sont Européens et Nationaux. Pas besoin de calculette pour évaluer le gigantisme des sommes. En gros, laissant les centimes de côté, on arrive quand même au chiffre hallucinant de 25 000 euros par mois. Pour faire quoi au juste ? Simple question. Car, et j’en rajoute une couche, il faut savoir que les avantages en nature sont loin d’être négligeables et pour cause. Tout d’abord, l’accès gratuit au réseau SNCF (en 1ère classe) ; la carte est payée par l’Assemblée Nationale. Ensuite, pour les députés, les taxis sont gratuits à Paris. Ne cherchez pas, là, c’est le peuple qui paye.

Outre ces premiers avantages, il convient d’ajouter les quotas aériens, les forfaits annuels pour le téléphone et le courrier, l’allocation d’aide au retour à l’emploi pendant trois ans, et la « Petite retraite » de 1 549 euros par mois pour un seul mandat de cinq années. En 2007, Nicolas Sarkozy supprima les prêts d’aides au logement ; que va faire Hollande à ce sujet ? Maintenant qu’il a mis en place sa cohorte de fonctionnaires et ses dirigeants soumis, va-t-il les soumettre aux restrictions dont le peuple souffre ?

Quand je dis que les députés, pour 95%d’entres eux, ne servent à rien, j’y ajoute une preuve à l’appui.

 

Extrait du blog : http://pierre.parrillo.over-blog.fr/article-deux-deputes-ps-payes-chacun-tous-les-mois-9-4-smic-pour-jouer-au-scrabble-115095495.html

 

    « On pensait déjà avoir atteint le summum de la bêtise à l'Assemblée Nationale avec la tournure que prenaient ces derniers jours les discussions sur le Mariage Pour Tous et il s'avère finalement qu'il est possible de faire encore bien pire. Deux députés PS se sont brillamment illustrés dans la nuit de dimanche à lundi par leur haut degré de « Je m'enfoutisme » à assumer la charge qui devrait théoriquement être la leur et pour laquelle ils ont obtenu la confiance des électeurs » !

 

La photoci-dessous l’atteste sans la moindre contestation :

 

 

Payés pour jouer au scrabble, il faut le faire ! J’imagine qu’ils ne sont pas les seuls et tant qu’à faire, je préfère qu’ils s’amusent au scrabble plutôt que surfer sur les sites pédophiles. En gros, le non cumul des mandats prôné par Hollande, n’est qu’un leurre et un mensonge de plus à son actif. Presque 600 Députés en France alors qu’avec une cinquantaine au maximum, les lois seraient certainement plus vite votées. De plus, qui me dit que les Sénateurs ne sont pas assez doués pour tout faire en même temps ? On vote et on applique les lois, point barre. Il serait temps de permettre aux Français d’exprimer leur avis sur ce sujet. Et non plus dire amen à tout comme malheureusement, c’est le cas depuis des lustres. Finalement, ce que je propose dans PPA, n’est pas aussi farfelu que cela ; à méditer.

Que se passe-t-il au niveau de l’Europe ? Sans vouloir minimiser le rôle de son Parlement, je me pose la question de son utilité réelle. A-t-on vraiment besoin d’un nombre aussi important de députés, je me le demande. En prime, cette forme de « Présidence » tournante de six mois est tout simplement ridicule. Ce qu’il faut à l’Union, c’est un VRAI gouvernement. À l’instar de chaque pays membre, l’Europe devrait se gérer d’une manière indépendante, avec un chef d’État désigné par l’ensemble des peuples et de son gouvernement. En se basant sur un chiffre approximatif de 100 personnes élues, cela ferait déjà près de huit millions d’euros d’économies mensuelles ! Plutôt que d’imposer des lois inhumaines et drastiques à tous les citoyens, si ces chers députés commençaient déjà à réduire leurs indemnités, cela serait un grand pas de fait vers la démocratie.

Facile de décider tel ou tel quota, de montrer du doigt tel ou tel pays, de soutenir telle ou telle banque, d’accueillir toujours plus de pays sous la bannière Europe, sans se soucier de la véracité de ses comptes ! Je sais, je suis un doux rêveur et je suis persuadé que tout est possible. Mais il conviendrait pour cela, de valoriser non plus le fric, mais les êtres humains. Avant chaque élection Européenne, tous les citoyens dans leur langue respective, devraient recevoir une sorte de manifeste. Une présentation concise de l’objet de la votation, son rôle au sein de l’Union, les tenants et les aboutissants sur le plan économique national et international, autant que le profil de tous les candidats en lice, sans étiquette politique.

Quel citoyen connaît tel ou tel personnage politique en Grèce, Roumanie ou en Pologne ? Qu’ils soient de droite ou de gauche, ce sont avant tout les valeurs humaines des prétendants qui seraient mises en exergue. Les rivalités partisanes, les magouilles et les querelles idéologiques, tout ça c’est du pipeau. L’homme ou la femme qui brigue un mandat, devrait être apprécié(e) pour ses seules compétences, non celles artificielles attribuées par son parti.

Un pays souhaite adhérer à l’Union ? Selon les mêmes critères de sélection, TOUS les citoyens décideraient si oui ou non, ledit pays mériterait d’intégrer l’Europe. Une sorte d’examen de passage, favorable ou non, en fonction des éléments fournis. Bilan économique des dix dernières années et non plus sur un bilan tronqué comme la Grèce l’a fait, avec une projection futuriste sur les réalisations envisagées. Pas besoin de pommade, d’artifices ou de « Piston » politique, chaque citoyen pourrait juger en son âme et conscience selon des critères rigoureux. Avec les moyens de communication actuels, en une journée les millions d’êtres composant l’Europe, pourraient réfléchir dans la plus grande sérénité. Valoriser l’individu, il n’y a pas d’autres solutions pour faire de l’Europe une véritable Nation, unie et respectée. Comment en vouloir au quidam de chaque pays, qui rouspète après une baisse de salaire ou une augmentation des charges ?

Si demain, ce même quidam est tenu informé et se sent valorisé, je suis presque sûr que les mouvements d’humeur cesseraient. Pas besoin des syndicats merdiques, encore moins des promesses électorales qui par définition, ne sont jamais tenues ; n’est-ce pas Hollande ? Les faits, rien que les faits, non édulcorés. Chaque projet de loi avant d’être adopté (et non plus voté) par le Parlement, devrait être soumis aux votes des peuples. On dénigre ce que l’on méconnaît, tout en adhérant à ce qui tient compte de l’avis de la base.

Pas besoin de bakchichs ou de « Promotions » canapés, pour obtenir l’accord des 500 millions d’âmes. Un exemple quelque peu hors sujet certes, mais qui conforte cette idée de clarté. Si je prends les différents scandales récents des plats cuisinés, on comprend mieux le raisonnement des individus. Tant que l’on ne sait pas, on achète aveuglément. Dès que l’on sait de quoi se compose la marchandise, adieu veau vache, on bouffe autre chose.

Pour moi la politique c’est du pareil au même. On écoute plus ou moins, on fait confiance et subitement, on se sent trahi. Moralité, on retourne sa veste pour aller voir dans la gamelle du voisin. Et si bientôt, avant de voter, on nous exposait sans ambages la nature de la « Nourriture politicienne » véritable, comme celle que je suggère, assurément un climat de sérénité règnerait sur l’Europe et dans chaque pays. De droite ou de gauche, ce qui importe ce n’est pas le « Poids » partisan de l’élu, mais bien sa faculté à respecter celles et ceux qui ont pour mission de l’élire.

J’imagine que pour toutes les raisons évoquées, les changements espérés ne sont pas prêts d’aboutir. D’une part les gens en ont ras-le-bol et d’autre part, le fric a trop d’emprise au niveau mondial. L’Europe a un rôle prépondérant à jouer. Hélas, avec le simulacre de gestion actuel et l’appât du gain des plus hauts dirigeants, difficile d’apercevoir le bout du tunnel. Guerres, compromissions, sont devenues des incontournables. À défaut de rechercher de vraies solutions, l’on préfère s’abaisser à prouver sa puissance. En dépit des millions de morts qui jonchent les terres brûlées, les chefs d’États ferment lamentablement les yeux. Comme j’ai tenté de l’expliquer dans mon Essai « Passé-Présent-Avenir », le seul objectif de ceux qui se partagent l’usufruit de la planète, c’est de réduire au silence les peuples dominés.

L’Europe en est un exemple cuisant. Loin de valoriser ses enfants, elle les réduit à la soumission. Il n’y a guère que les chiffres, qui pourraient éventuellement impressionner monsieur et madame tout le monde. Avec un PIB de presque 18000 milliards d’euros et plus de cinq cents millions d’habitants, l’Europe figure au premier rang mondial pour la finance et au troisième sur le plan démographique. Cela nous fait une belle jambe n’est-ce pas ?

Quand je vois les efforts que les pays émergeants produisent, pour se hisser au plus haut niveau, je ne peux que déplorer le laxisme de l’Europe. D’accord, j’en suis conscient et je m’insurge avec véhémence contre toutes les attaques, visant à déstabiliser l’Union Européenne. En premier lieu ces agences de notation fantasques, qui s’ingénient à réduire autant que faire se peut la notoriété de chacun des États. Même si l’abaissement de la note de la France était justifié, à cause de Hollande, ces agences pirates mériteraient l’échafaud. Qui se trouve derrière ces scandales financiers ? L’Amérique bien entendu, sans oublier la Chine. Qui voient d’un très mauvais œil la main mise sur le monde leur échapper.

Au-delà des poignées de mains hypocrites et des congratulations utopiques, les dirigeants Européens ne sont pas capables d’affirmer la personnalité de l’Europe. J’appelle ça baisser son futal devant les Chine et les États-Unis. Quelles sont les mesures de rétorsion répliquant aux boycotts sur les produits Européens ? Je n’en connais aucune, significative naturellement. Ce ne sont ni les menaces, ni les grands discours, qui affirmeront la volonté de l’Europe à réagir au coup par coup. L’Europe ne peut exporter tel ou tel produit ? En rendant la monnaie et en bloquant en retour les productions phares de ces pays, le son de cloche serait un tantinet différent. (Suite sur le livre)

Cet extrait représente environ 10 pages, sur les 31 du chapitre original

© Copyright Richard Natter

Chapitre 1  /  Chapitre 2  /  Chapitre 3

Accueil 6 Mai

ISBN : 978-2-9700809-1-6

Accueil  /  Passion Artistique  /  Principaux Romans  /  Poésie

Souvenirs de scène  /  Poésie à la carte  /  Figuration  /  Rose d'Or 86

 

PLAN DU SITE