11 Juin 2010

                En ces heures de crises, délibérément orchestrées ne nous voilons pas la face, il serait temps de songer à construire autre chose qu'une Europe financière et politicienne. Pas besoin de " Contrôleurs " plus ou moins véreux, pour déterminer la valeur de telle ou telle Nation, favorisant uniquement le jeu des spéculateurs. À mon humble avis, le jour où chaque citoyen au sein de l'Union Européenne, pourra partager librement sa culture avec ses voisins, les agioteurs n'auront plus qu'à se reconvertir. Dans quoi je me le demande, compte tenu de leur nullité notoire. Car si les monnaies sont fragilisées, pour parvenir à leurs fins, JAMAIS, ces requins ne pourront s'attaquer aux valeurs humaines. Sempiternelle question à ce sujet : À qui profite le crime ?...

         Seulement voilà, il y a comme un " Hic ", dans cette noble ambition ! En effet, lequel des dirigeants politiques, tous pays confondus, serait prêt à accepter l'idée que je soumets dans ce dossier ? Ne répondez pas tous en même temps ! ;-)) Alors messieurs, et mesdames naturellement, qui vous targuez d'être nos vaillants défenseurs, que diriez-vous si demain, on arrêtait les commémorations des grandes guerres ? Comment parler d'Union, dès lors que chaque pays membre pleure ses morts ? Il n'y a rien de pire que de voir des enfants visiter un camp de concentration par exemple, pour terminer la visite avec la haine au fond du cœur ; ce passage, entre autres, je les développe plus à fond dans mon Essai PPA.

         Modestement, voilà ce qui à mon avis, permettrait d'éradiquer ces dérives. Pas question dans mon esprit, de tirer un trait sur les atrocités que tous les pays ont connues. Ce qui serait une insulte à l'égard des millions d'enfants qui ont perdu la vie au cours de ces conflits débiles. Seulement, au lieu de voir tel ou tel pays " Honorer " sa victoire, moi je verrais plutôt une seule commémoration, commune à tous les pays. Comment parler d'union encore une fois, si une ou deux fois par an l'on rend hommage aux victimes tombées sous les balles ennemies ? Les alliés d'aujourd'hui peuvent-ils vraiment être considérés comme tels, quand lors de ces hommages, ils sont considérés comme des criminels ?

         Une fois par an donc, chaque pays membre de l'Union, organiserait une journée en hommage aux disparus. Quelle qu'ait été la guerre, en Europe ou ailleurs dans le monde, les morts ont droit aux mêmes égards, sans aucune discrimination. Mon idée est simple sur ce plan. Admettons que ce soit la France qui organise cette journée commémorative. Les autres Nations de l'Union Européenne, seraient invitées d'office. Mais je vais plus loin encore, pour ne laisser personne sur le bord de la route. Car les enfants d'autres pays hors de la Communauté Européenne comme le Canada, les USA, la Russie, le Sénégal, la Tunisie, le Maroc et bien d'autres pays Africains encore, sont venus se faire massacrer pour lutter contre l'ennemi.

         Ces pays lointains, deviendraient le temps de cette journée, les " Invités d'Honneur " ! J'imagine en rêvant, les images pathétiques qui émergeraient de ces journées féeriques. Plutôt que de voir disparaître l'un après l'autre, les anciens combattants, ne serait-ce pas le plus grand hommage que l'on pourrait leur rendre ? Hier antagonistes à cause d'idéologies politiques et partisanes, aujourd'hui main dans la main pour honorer non pas le passé, mais le Présent et l'Avenir de l'Union. Une journée pour rendre un solennel hommage aux millions de disparus, civils et militaires. Car hélas, en plus de ces mascarades politiciennes, on oublie systématiquement d'honorer les centaines de milliers de morts civils. Combien de femmes, d'enfants et de vieillards ont été massacrés dans chaque pays ? Quel est le dirigeant qui, lors de ces commémorations illusoires, adresse une pensée émue aux civils qui ont été victimes des aberrations des guerres ?

         Une journée par an, la même pour tous, au cours de laquelle un vibrant hommage serait rendu à toutes ces malheureuses victimes. En choisissant un dimanche par exemple, il n'y aurait même pas besoin d'envisager un jour férié ! Autrement dit, il conviendrait de supprimer ceux existants, qui ne servent à rien d'autre qu'entretenir la haine, sans pour autant valoriser les valeurs humaines. Sans négliger le fait que ces jours fériés seraient convertis en jours de travail ! Se souvenir c'est bien, c'est même un devoir d'histoire. Sous forme de journée internationale de la Fraternité et de l'Amitié, l'espoir de voir naître enfin l'Europe des Peuples est-il à ce point utopique ? Car c'est bien là que les difficultés sont rencontrées. Comment demander à un enfant Allemand, Anglais ou Français de fraterniser avec les gamins des autres Nations, si en permanence, on lui inculque le sentiment de haine en lui faisant visiter les lieux d'atrocités ?

         Pour étayer ce que je viens d'écrire, je fais référence à un reportage à la télé il y a quelques années. Les bambins d'une classe primaire devaient se rendre en Allemagne pour " Visiter " les camps de concentration. Les premières images montraient les écoliers dans la cour de leur école, main dans la main avec leurs petits camarades Allemands, en visite en France dans le cadre des échanges culturels. À l'issue de cette visite en Allemagne, la gamine qui tenait son copain Allemand par l'épaule en lui faisant un petit bisou avant de partir, au terme de cette visite changea radicalement d'attitude, en traitant l'écolier Allemand de " Sale Boche " ??? Avec mon épouse, nous avions éprouvé le même dégoût en 1991, en visitant La Maison des Esclaves à Gorée (Sénégal). Nos propos étaient certes moins caustiques, mais nos cœurs ont été marqués par tant de souffrance contenue dans ces murs. À ce sujet, l'esclavage est-il réellement aboli de nos jours ?

         Tout le monde déplore d'une manière plus ou moins franche et directe, les dérives de l'humanité au profit de la politique financière. Au passage, je rends hommage à Monsieur Patrick Sébastien qui, avec le courage qu'on lui connaît, essaie de faire avancer les choses. Sur son site le DARD, il se bat comme un lion pour que celles et ceux qui ont encore un cœur, le rejoignent dans sa lutte contre l'indifférence, les abus et le laxisme. Bon courage Patrick !!! Modestement, depuis 1998, entre mes Dossiers Brûlants (sortis en livre), et ceux du Cœur, c'est la démarche que j'ai entreprise. Dénoncer les carences de la société, en tout bien tout honneur ! Malgré parfois un brin de sarcasme et une causticité dénuée de haine, tout en essayant d'apporter un embryon de solution, ce sont les buts que je me suis fixés. Je croise les doigts pour que Patrick Sébastien, grâce à sa notoriété, parvienne à faire bouger les choses ; car hélas, malgré ma bonne volonté, je n'ai pas réussi à le faire jusqu'à présent ! L'espoir fait vivre ! ;-))

TOUS LES DOSSIERS DU CŒUR

PLAN DU SITE