De Nikole (Canada)

11/03/1999

        Ce soir, j'ai une envie folle de venir partager avec vous, la belle lettre d'amour que ma mère de 81 ans m'a écrite dans un moment de tristesse.

        J'adore les petits oiseaux que je nourris chaque jour et j'ai hâte de voir une petite mésange venir me manger dans le creux de ma main. J'y étais presque arrivée et tout à coup, plus rien. Le lendemain matin, en prenant mon café, je vois mes petits voisins avec des fusils à plomb, tirer sur mes petites mésanges. Je suis devenue folle de rage et de peine.

        Je suis sortie dehors en criant comme une débile et je leur ai dit très fort : " Vous n'avez pas honte de faire ce que vous faites ? J'attire les oiseaux en les nourrissant chaque jour, et vous les faites fuir en tirant dessus ! "... Vous dire dans quel état je me trouvais c'est impossible. J'avais la rage au cœur. J'ai appelé le père de mon voisin en lui disant que si à 15 ans son fils tirait sur les oiseaux, à 20 ans il tirerait sûrement sur les humains !

        Tout à coup, le téléphone sonne et au bout du fil, c'est ma mère qui me dit doucement ceci : " Bonjour ma chérie ; je t'appelle seulement pour te dire que je t'aime beaucoup ". J'avais les larmes aux yeux et commençais à lui raconter mon histoire, qu'elle a trouvée bien triste. Une semaine après, j'ai reçu cette fameuse lettre que ma mère m'a écrite. Je crois que ma mère sans le savoir, aurait fait un bon écrivain. Il n'y a pas de bonjour ni de bonsoir sur la lettre. En voici le contenu :

        5 Mars 1999

        Nous les oiseaux du ciel.

        Nous venons vous dire merci pour toute la bonne nourriture que vous nous donner, surtout en hiver car c'est dur pour nous autres. Nous ne sommes pas braves, il y a tellement de monde qui nous font du mal. Peut-être que vous allez penser que l'on mange beaucoup, mais quand on part vite et que nous avons la bouche pleine, nous allons porter cela aux autres qui sont malades. Vous voyez que le monde des oiseaux, c'est tout un monde.

        Nous venons à votre fenêtre prendre de la nourriture, nous vous voyons à la table, mon Dieu que vous êtes beaux. Nous ne savons pas vos noms mais nous entendons souvent ma chérie, mon chéri ;ça doit-être votre nom ? Le matin quand le jour se fait, tous ensemble nous chantons pour Dieu le père pour le remercier, et nous chantons aussi pour vous deux. Un jour, nous viendrons manger dans vos mains.

        Signé : Les Oiseaux du Ciel qui vous aiment.

        Merci beaucoup

Accueil  /  15 Jours de Jeune  /  Abracadabrante  /  Amour

Baron et Zorro  /  Belle Femme  /  Bonne Personne  /  Bonne Journée

Changement D'heure  /  Défunt Accusé  /  Espoir  /  Fleming

Gaël  /  Lapis Angularis  /  Les 3 Portes  /  Les Yeux de L'Âme

Lettre Jésus  /  Malade à 14ans  /  Maman  /  Mélody

Oiseaux du Ciel  /  Organiser sa Vie  /  Parabole des Papillons

Petite Fable  /  Positivisme  /  Revivre ma Vie

Rose Blanche  /  Tsunami  /  Virus Constructeur

AUTRES DOSSIERS

PLAN DU SITE